Chapitre 18 : Mélange

9 minutes de lecture

Elise parcourait nerveusement la foule de l’after. Cette concentration de personnes réduisait considérablement son champ de vision. Pour ne rien arranger, elle attirait énormément l'attention ; celle des hommes mais aussi des femmes. Même engoncée dans cette tenue, la commissaire gardait un pouvoir magnétique, presque envoûtant. Avec l’objectif de se fondre dans le décor, elle essayait de ne pas répondre aux nombreux sourires récoltés. Mais, malgré elle, son regard de braise consumait tout sur son passage. Décidée à trouver un meilleur point de vue, la commissaire se faufila vers la piscine.

Pressée par le temps, Elise posa son plateau sur l’un des bancs près d’une des balustrades surplombant le bassin. Elle recula discrètement sur l’une d’elles, les deux paumes sur la rambarde en prise d’appui, talon sur un des barreaux afin de se hisser et prendre de la hauteur. Son mètre soixante-dix ici, n’était pas suffisant. Son premier pas fut interrompu par le regard interrogateur d’une femme, plantée devant elle. Imperturbable, elle le soutint si bien que la jeune défiante poursuivit son chemin dans le vertige de la salle comble. Malgré le professionnalisme qui la caractérisait, Elise ne put s’empêcher de remarquer la tenue pour le moins extravagante de cette fille, lui rappelant, au combien la sienne lui manquait. Elle baissa la tête, soupira et pinça avec ses doigts le pli de sa chemise blanche ordinaire.

Une fois la commissaire parfaitement installée sur son perchoir, elle eut immédiatement dans son collimateur la mère de Sasha. Christine, visiblement éméchée, avait réussi à monter sur le bord de la scène avec deux gros Mr muscles qui la badigeonnaient de peinture corporelle.

Telle mère telle fille

Elise inclina légèrement la tête pour parler à ses collègues.

– Boissier au rapport, Boissier !

– Oui chef, répondit le policier, la bouche pleine.

– Vous m’avez oublié ? Parce que croyez-moi je ferais en sorte que ça ne soit jamais le cas.

– Non chef, excusez — moi je...

- Plus vite Boissier, faites-moi un topo, vous suivez toujours le suspect ? s’impatienta la commissaire

– Heu oui chef, je.. Mais ramasse-moi ça toi !

Des bruits de sachet plastique envahissèrent la communication. Elise soupira très fort pour signifier son agacement.

– Dites-le-moi si je vous dérange !

– Oui enfin non, le suspect oui ... Il s’est éloigné de notre actrice préférée depuis environ dix minutes. Il tourne actuellement en rond près des toilettes, il est vraiment chelou ce type là !

– Boissier gardez le à l’œil. Félix, pouvez-vous me dire où est Sasha ? Elle n’est pas dans mon champ de vision.

Aucune réponse ne vint, à la surprise des deux autres interlocuteurs. La commissaire insista en mettant un doigt sur son oreillette pour inciter à une réponse, toujours avec la courtoisie qui l'a caractérisait.

– Félix, répondez ! Félix ? Je n’aime pas ça ! Boissier vous le voyez ?

– Félix répond, Félix, Félix ! Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Félix, répond merde ! s’égosilla Filip en ignorant la question de sa supérieure.

– Boissier, vous le voyez ?

– Négatif chef !

Avec intelligence, Elise garda son calme et essaya de contenir son subalterne. Même si elle le savait, la situation s’envenimait. Son instinct le lui criait.

– Boissier écoutez-moi, demandez à l’agent de sécurité à côté de vous de trouver la dernière image de Félix. Pendant ce temps, je file vers notre suspect, il est toujours devant les toilettes ?

– Non chef, il est entré dedans, je répète, il est entré.

La commissaire, sentant le danger, se précipita vers le lieu. Elle fendit la foule énergiquement en pivotant ses épaules de gauche à droite pour se frayer un chemin et glissa précautionneusement une main dans son chemisier. À la sortie de la marée humaine, elle s’extirpa si fort qu’elle fit voler le plateau d'un des serveurs. Pressée par le temps, Elise s’excusa à peine, outrepassant sa politesse habituelle, et accéléra la cadence.

– Chef, dernière position de Félix, à la sortie arrière du bâtiment, près des quais.

Tout en assimilant l’information, Elise tapa avec son pied dans la porte d’entrée des toilettes et sortit son arme de son holster d’épaule.

Personne. Il n’a pas pu se volatiliser.

Le cerveau en ébullition, elle poussa hargneusement les portes adjacentes en espérant coincer le fuyard. À la dernière, elle s’arrêta net, stoppant la cacophonie de sa fouille. Elise plissa les yeux et s’approcha d’un pas pour ramasser un objet au sol, une photo. La rouquine reconnut immédiatement l’acteur, Léonardo Di Lorenzo. En bonne flic, instinctivement, elle retourna délicatement le cliché et entrevit une inscription : « Le plus grand fan de Sasha la retrouvera ». En dessous, le dessin d’une aération et en haut à gauche, le nombre 12.

La commissaire leva immédiatement la tête pour trouver une plaque d’aération dans la pièce.

BINGO

Boissier, il est probablement passé par le conduit de l'aération. Où mène t-il ?

– Heu...

– Allez Boissier, vite !

– Sur les quais, ça donne sur les quais !

Rangeant soigneusement son arme pour éviter de semer la panique parmi les convives, Elise glissa ensuite le cliché dans la poche de son pantalon et se précipita vers la sortie arrière du lieu.

– J’y vais directement, foncez me rejoindre mais avant localisez-moi Sasha Sanders !

Quelques secondes s'écoulèrent entre la question et la réponse qui permirent à la commissaire d’atteindre sa destination.

– Je la vois, elle est dehors en train de fumer, vous allez la croiser en sortant.

Tout de suite en arrivant, la policière jeta un regard fugace de gauche à droite. Aucune trace du suspect mais l’actrice était bien là. Cependant, Elise s'intriga immédiatement d'un détail, une gourmette à l’un des poignets de la brunette.

Sasha ne portait aucun bracelet tout à l’heure.

Pour en avoir le cœur net, elle s’approcha de la cible et attrapa son bras, à lui en couper le sang.

– Hey mais qu’est-ce qui vous prend, vous êtes malade ? Vous me faites mal !

La policière tint encore plus fort le membre, éluda complètement la complainte et continua son investigation en lui ôtant ses lunettes de vue teintées.

– Habillée pareil, même attitude, même corpulence mais vous n’êtes pas Sasha ! affirma Elise en jetant méchamment le bras de l’imposteur.

A cet instant, Filip Boissier arriva dans le dos de sa supérieure.

– Qu’est-ce qu’il se passe chef ?

Elise pivota légèrement la tête afin de voir son subalterne débarquer, un sandwich à la main. Filip était un bon flic mais avec une réputation d’estomac sur pattes. Et la scène de ce soir le confirmait. Un simple regard noir de la commissaire avait réussi à lui faire lâcher le casse-croûte.

– Boissier ce n’est pas Sasha, je vous présente sa doublure Jane Mordani. Je savais que ce n’était pas qu’un mythe. Cette Sanders, elle a tous les vices.

Le sens affuté de l’observation d’Elise avait encore frappé. Jane répondit à son introduction avec un clin d’œil au policier, qui souriait niaisement.

– Hum, je parierai que c’est un canular de notre chère actrice ! Je parierai !

– Pas de pari ici Boissier, grogna Elise en balançant ses bras devant elle. Nous devons retrouver tout ce petit monde. Appelez immédiatement les renforts aux alentours. Quant à nous, nous devons retrouver rapidement le suspect.

– Bien chef.

Elise n’avait pas besoin de forcer son autorité qui apparaissait naturellement lorsque l’heure devenait grave, sa timidité engloutie par l’action. Filip s’écarta d’un pas afin de laisser le champ libre à sa supérieure et s'exécuta. Elise se retourna pour s’adresser au vigile près de la porte.

– Hey, vous là, venez ici ! ordonna-t-elle en agitant la main et en sortant sa carte de police. Vous me la surveillez jusqu'à ce que mes collègues arrivent.

– Bien commandant.

– C’est commissaire, précisa Elise pointilleuse.

– Bien commissaire.

– Chef, c’est fait, les unités sont en route. Qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

– Le Léonardo, ça vous évoque quelque chose?

– Ici, c’est sûrement le nom d’un bateau.

– C’est exactement ce que j’ai pensé. On y va ! commanda la rouquine en amorçant sa course, arme à la main.

Parfaitement consciente qu’elle n’avait pas de gilet pare-balle, Elise affectionnait cette adrénaline du danger. Vivante, elle se sentait vivante.

– Mais où chef ?

– Emplacement 12, suivez moi !

– Et les renforts ?

– C’est nous les renforts ce soir.

Filip ralentit légèrement sa course pour sortir son arme.

– Yes, je vous suis alors, autant prendre des risques, autant mourir à vos côtés, ça aura plus de gueule !

Les deux officiers s’enfoncèrent dans la pénombre à vive allure, avec en point de mire, les quais. Ils ralentirent tous deux à l’approche du premier yacht, chacun se penchant légèrement pour entrevoir les numéros des bateaux. Filip aperçut sur le côté un agent de sécurité à terre, il se rua vers lui et lui prit le pouls. Mort. Ne pouvant plus rien faire pour lui, il rattrappa sa supérieure. Elise trottina en pas-chassé, les genoux à peine fléchis, son arme d’un côté et de l’autre une main complètement dépliée vers le sol, en signe de protection. Puis s’arrêta net. L’emplacement 12 venait d’émerger. Main en arrière pour indiquer à Filip de stopper sa course, elle se retourna pour demander à son collègue de rester silencieux et lui montra avec son index où se placer aux abords du bateau. Les deux collègues baissèrent instinctivement la tête qui frôlait désormais leur arme et prirent chacun leur place. Ils entendirent tous deux des bruits sourds venant de l’intérieur du yacht. La commissaire glissa discrètement sa tête pour apercevoir le ponton. Personne. Boissier l'imita de son côté. Personne.

L’un et l’autre remarquèrent les traces de sang qui jalonnaient la poupe. Galvanisée par le danger, Elise regarda son partenaire, hocha la tête et commença un décompte avec ses doigts. Filip se tenait prêt, dans l’expectative. 3, 2, 1. La commissaire prit les devants et surgit sur le pont du navire, suivi de son subordonné. Ils vérifièrent les côtés. Personne. Il ne restait plus que la cabine. Les bruits sourds avaient cessé.

Cette fois-ci, Filip bondit en premier dans le petit escalier, sans en avertir Elise. Le policier avait aussi une réputation de casse-cou et sa supérieure venait d’en avoir la démonstration. Agacée sur le moment, la commissaire emboita immédiatement le pas à son partenaire pour le couvrir, les deux mains crispées sur son arme. À peine arrivé en bas du petit escalier, Filip reçut un coup massif en plein visage qui le fit tomber lourdement en arrière. L’auteur du méfait enjamba le policier meurtri pour essayer de s’échapper, un couteau à la main.

– Police, lâche ton arme ! somma agressivement Elise.

L’individu s’arrêta, fit mine de baisser son arme un instant puis réenclencha sa course folle vers la policière. Elise tira. Une fois. Dans l’épaule pour le neutraliser. L’assaillant eut un lourd mouvement de recul, lâcha son arme et poussa un puissant cri de douleur. Puis, sonné, il frôla avec ses doigts la zone d'impact. La commissaire avala les quelques mètres qui la séparait du suspect, fit une prise pour le faire tomber et grimpa sur lui pour l’immobiliser.

- Boissier, debout, réveillez-vous ! Boissier !

Reprenant à peine ses esprits, Filip se releva rapidement et découvrit l’urgence de la situation.

- Il me faudrait quelque chose pour l’attacher si ça ne vous dérange pas ! se crispa Elise en essayant de contenir l’individu au sol.

Sans réaction de Filip, elle insista.

- Comme des menottes par exemple !

- Ah oui, pardon chef !

- La prochaine fois, je passerai en premier, vous aurez peut-être moins mal ! ironisa Elise en menottant le suspect.

Les deux policiers se sourirent mutuellement.

Une fois le suspect maîtrisé, Filip le releva énergiquement pendant que sa supérieure frottait ses habits. Même dans l’adversité, Elise désirait toujours être impeccable.

- Alors mon petit Pierrot, on se retrouve ! Commissaire je vous présente Pierrot le dingue !

- Appelez une ambulance, je vais mourir ! Vite !

- Vous écoutez ça chef, le pauvre bébé va mourir !

La commissaire n’était pas du tout encline à suivre la conversation, happée par le cadavre gisant dans la cabine.

En s'approchant du corps, son visage d'ordinaire si radieux, se décomposa. Et ce n'était pas à cause de la monstruosité de l'acte, devenue la chair imputrécible de son métier.

- Chef, ça ne va pas ? Oh merde..

Ne regardant qu’à peine son collègue, comme elle le faisait si bien lorsqu’elle était gênée, la commissaire lui répondit furtivement.

- Je la connais, c’est Stana, Stana Nickolic, l’ex-femme de Sasha Sanders. Et visiblement votre Pierrot est dans le coup.

Annotations

Vous aimez lire leo stem ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0