Chapitre 26: Le chevalier rouge

6 minutes de lecture


Juliano Petiti

Lundi 18 du mois de Mai de l’an de grâce 1205 AE.

Camp de bivouac de la compagnie Écarlate ; après la prière des Vêpres

Royaume du Corvin

Ce fut lors d’une froide matinée qu’un groupe de voyageurs en provenance de Cologneux approcha de sa destination. Colonne de cinq cavaliers, Juliano Petiti menait la troupe depuis maintenant trois jours, le morne paysage boisé et sauvage lui faisait regretter les terres ensoleillées des duchés. Le chemin avait été compliqué. Ils avaient dû voyager de nuit pour éviter les patrouilles nordiennes et autres bandits qui sévissent sur les grands axes. Arpentant une piste qui se détachait de la grande route, ils naviguaient à travers des plaines de hautes herbes. Les cavaliers approchaient d’une structure centrale. L’endroit qui ressemblait à un amoncellement de vieux bâtiments dépassés, usés par le temps, accueillait étrangement une certaine agitation. Les cavaliers engagés sur la piste menant aux ruines, ne tardèrent pas à voir des formes qui en sortirent. La nuit qui commençait à tomber faisait décliner la lumière du jour et des torches brisèrent l'obscurité croissante en émergant  en même temps que les occupants des lieux et des ombres semblaient se dessiner à la lumière du feu.

Une palissade de bois entourait les bâtiments en pierres, juliano, qui traversait l’ouverture qui devait servir d’entrée, fut salué par un arbalétrier en hauteur. Toisant les arrivants, il était légèrement équipé, et sa lourde arbalète lui donnait un air étrange, menaçant. Une pièce de tissu lui couvrait le visage ainsi qu’aux hommes qui venaient accueillir la petite troupe. L'accoutrement des résidents des lieux était composé de cuir sombre et autres pièces d’armures légères, leurs visages étaient cachés sous des cagoules, masques et autres casques légers. Seuls des brassards de tissus rouges ressortaient sur ces sombres combattants.

Les cavaliers maintenant arrêtés dans un espace dégagé, dans l'amoncellement de ruines, mettaient pied à terre. Les lieux comprenaient quelques tentes éparses ainsi que des affaires et chariots. Certains occupants des lieux étaient regroupés autour de feux et tentaient de se réchauffer. Les caisses présentes étaient ouvertes pour la plupart et des armes et munitions dépassaient. Le groupe qui venait à la rencontre des arrivants s'arrêta et un homme vint les accueillir en personne. Se détachant du groupe, il tira la protection de son visage et gratifia Julliano d'un sourire en lui faisant signe.

- C'est un plaisir de vous voir Seniore, mais je dois dire que nous vous attendions plus tôt.

Attachant les rênes de son cheval à une rambarde prévue à cet effet, Juliano enleva ses gants avant de sourire à son tour, tout en caressant affectueusement sa monture.

- C'est un plaisir de vous voir ici maître Petruci, le voyage aurait été plus rapide si nous n’avions pas dû éviter les grands axes. Le royaume semble s'être dirigé vers une période sombre et les troupes en armes arpentent les chemins en nombre. Triste spectacle pour un royaume autrefois si puissant.

- Et c'est dans ces périodes troubles que nous pouvons trouver des opportunités intéressantes, seigneur. Ça me rappelle presque la période où feu le roi nous avait engagés pour combattre dans sa guerre avec le royaume d’Elba.

- Que de souvenirs Petruci, je dois dire que je me suis demandé l'utilité de manoeuvrer dans un royaume dont le roi est décédé. La guerre d’Elba était un conflit simple d'où nous pouvions aisément tirer profit mais bon, on dirait que mon père avait anticipé la tournure des événements. Le jeu de pouvoir entre nobliaux ne m’attire guère mais mon père voulait m’envoyer expressément ici. Si ça peut aider la famille ou notre cité, j’agirai.

- Seigneur Petiti a signé de nombreux accords avec le défunt roi et maintenant qu’il n'est plus, seule la princesse peut nous assurer de les honorer convenablement. Elle s'est retranchée à Perissier à ce que m'a dit un marchand sur la route. Ses forces grandissent et son frère a infligé des pertes déjà grandes aux forces de Léonard.

- Ce qui est sûr, c'est que ce Léonard ne tiendra pas ses engagements, il est bien plus sectaire et ne porte pas les duchés en haute estime. Et je n’en attendais pas moins du “premier chevalier” du Corvin. Folcard n’a pas usurpé son titre.

- Et vous, avez-vous fait des rencontres intéressantes sur la route Seniore ?

- À part les détrousseurs et autres coupe-jarrets, je n’ai pas croisé grand monde. Cependant lors d’une halte à une auberge j’ai entrevu le rejeton du vieux Durand, tu te souviens de lui ?

- Le seigneur d’Ambroise ? je crois me souvenir vaguement de lui lors d’une visite dans notre ville.

- Mon père et lui se sont toujours trop bien entendus à mon avis. Je les soupçonne de s'être alliés durant leur jeunesse.

- Vous parlez de l’ordre, Seniore?

- Entre autres, dit Juliano en soufflant. La nouvelle de sa mort va affecter mon père, je le crains. Le vieux seigneur d’Ambroise a toujours été proactif dans l’ordre.

- Il était à la capitale, c’est ça ?

Juliano répondit d’un hochement de tête.

- Au moins la lignée ne s'est pas éteinte et nous verrons ce jeune seigneur à Perissier. Du moins si les Sauveurs le veulent.

- Le seigneur Durand était quelqu’un de bon pour un habitant du Corvin, commença Juliano en souriant. J’espère que son fils arrivera à bon port sans trop d'encombres. Son chemin ne sera pas de tout repos.

- Je l'espère aussi Seniore, en parlant de la fille du roi. Ce que m'a dit Raffaello est vrai ? Elle fait partie des Veilleurs, elle aussi?

- Je vais définitivement devoir avoir une petite discussion avec mon frère, ce nigaud ne sait pas tenir sa langue. Je me demande pourquoi notre père lui fait autant confiance. Pour te répondre, elle fait aussi partie de l’ordre. Pourquoi Durand un nordiste pur et dur aurait-il soutenu ses revendications sinon.

- Je le savais, dit-il en souriant. Pour vous exposer ma pensée Seniore, vous, vous êtes l’épée et lui… Disons qu’il sait bien parler avec les nobles. D’ailleurs, votre équipement est prêt.

Petruci siffla et des hommes apportèrent l'équipement de combat de Juliano. Celui-ci, se dirigeant vers une bassine d’eau, passa le liquide froid sur son visage pour s’entretenir un minimum après toute la route qu’il avait faite. Il n’avait pas l’occasion de faire plus attention car il devrait bientôt repartir. Enlevant les habits de marchands qu’il portait, il s'équipa des sombres pièces d’armure. Passant les protections de cuir, il regarda Petruci.

- En parlant de Perissier, le chargement d’or que nous devait la princesse est-il arrivé chez nous ?

- Oui, votre père m’a envoyé une lettre le confirmant.

- Parfait maître Petruci, nous allons donc agir et montrer ce que valent les spadassins des duchés. La reine Anaïs veut des professionnels pour occuper les troupes de Léonard et nous allons les lui fournir. Il est l’heure de battre le rassemblement.

Maître Petruci fit un signe et l’un des hommes qui l’avaient accompagné, qui se tenait à distance des deux figures importantes, y fut réceptif. Tirant un cor, il souffla et, au bruit, le camp calme se changea en un instant. Les hommes voyant leur seigneur arrivé vinrent se rassembler. Juliano observait ses hommes. Ils étaient pour la plupart des combattants expérimentés et ils étaient rompus à l’art de la guerre.

- Bien messieurs, il est l’heure de gagner votre solde, nous allons montrer à ces nordiens ce que valent de vrais combattants.

Après les quelques mots de leur leader, les hommes des lieux s’activèrent. Pliant tentes et affaires ils s’équipèrent de leurs armes. Se rassemblant, les hommes commençaient à former une colonne. Juliano ne voulait pas être découvert par les nordiens, pour cela il comptait voyager de nuit. Des éclaireurs étaient déjà partis en tête et reconnaissaient le chemin qu’allait prendre la colonne. Les hommes équipés et armés se mettaient de la suie sur les parties de peau dépassant de leur protection.

Petruci qui se tenait à présent en tête du convoi au côté de Juliano regarda la troupe derrière lui avant de prendre la parole.

- Bien les enfants, on a un travail à mener, en avant !

L’exultation des hommes se fit entendre et la colonne de combattant se mit en marche, ils s’aventurèrent dans la nuit telles des ombres.

Annotations

Vous aimez lire Kost . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0