155. Léo

2 minutes de lecture

Léo souriait doucement à la remarque de son Maître d’apprentissage. Il lui faisait toujours cet effet la. Le punk se demandait ce que ça faisait de cotoyer Glad’ à l’extérieur du bar. Dans la vie de tout les jours, avec une sortie dans un bar, une marche dans la ville… D’un côté, il allait bientôt le savoir vu ce qu’il allait lui demander.

- Mouai… La moitié du panier c’est pour que tu oublie pas soirée d’hier, même si tu peux utiliser sept jours de mon temps à n’importe quel moment pour pas travailler ! Et l’autre moitié… C’est pour ce que j’ai à te demander.

Il inspira et expira comme s’il en avait lourd sur la patate, et en effet, il en avait lourd. Attrapant son tabouret à roulette. Le rouquin avait besoin de s’asseoir pour arriver à dire ce qu’il avait à lui demander. N’osant pas le regarder dans les yeux, il les baissa vers le sol, ce qui fit tomber ses cheveux devant son visage. Son seul mécanisme de défense physique autre que ses poings et pacifiste. Ne pas regarder Glad’ l’aidera plus facilement à parler de ce problème.

- Hum… En gros… Avant d’arriver dans cette ville, j’étais en Australie… En Centre de Redressement expérimental… Mon dossier était à la charge d’un juge et malgré mon âge j’étais pupille de l’État… J’avais fait appel à la commission du Conseil pour pouvoir avoir une vraie vie et sortir de ce Centre… La seule condition était que je me fasse suivre par un psychiatre. Et comme ils en avaient un sous la main, c’est celui du Centre qui m’a suivit jusqu’ici…

Sa voix se mettait petit à petit à trembler. Pas qu’il allait faire une crise, plutôt, il avait honte, et peur. L’évocation du psy’ le fit fermer son poing fébrilement.

- Un véritable connard… Qui me traitait comme au Centre… Comme un de ses cobayes… J’ai refais appel auprès du Conseil… Et la solution pour que je le vois plus… Et que je prenne plus de médocs… Qui marchent pas sur moi et me mettent dans un sale état… C’est de trouver… Une sorte de « parrain »… Qui me suivrait quotidiennement… En sortie… Ou en tout les cas avec un appel, mais une mise en contacte par semaine… Et au taff, ça compte pas vraiment…

Annotations

Vous aimez lire Reiko . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0