255. Léo

3 minutes de lecture

Le punk ria doucement à la remarque de son amant. C’était que ses propres cheveux étaient encore pas mal trempés et que, vu qu’ils étaient bien plus longs que ceux du brun, ils gouttaient pas mal. C’est alors qu’il se retrouva à son tour affublé d’une serviette et frictionné fébrilement. Léo s’apprêtait de se dégager pour prendre sa bouteille de lait démêlant quand Uta lui attrapa une mèche de ses cheveux roux. Il arrêta son mouvement, observant son brun qui semblait réfléchir. Sauf qu’à l’évocation de sa mère, Léo écarquilla les yeux. Ne s’attendant pas le moins du monde que son démon l’évoque un jour. Depuis la mort de ses parents, jamais il n’avait été sur leurs tombes. Il ne voulait même pas savoir ou ils étaient enterrés. Si ça se trouve, ils sont peut-être au cimetière qui longue le centre ? Peut-être mais le punk ne voulait pas savoir. La rancoeur qu’il éprouvait contre eux était immense. Tellement immense qu’à la seule vue des pierres tombales, il savait au fond de lui qu’il foncerait dessus pour les démolir. Autant il avait de la facilité à raconter son histoire, enfin… Maintenant, et avec Glad’ et Uta, en tout les cas. Mais… Parler comme ça, du lien entre ses cheveux et sa mère. Lui donnait envie de vomir et une remontée de souvenirs terribles.

Il se revoyait, jeter à la cave, tel un malpropre. Les cheveux longs et en pagaille, qui n’était pas coupés uniformément. Sa mère lui interdisait de se les couper. En plus, le petit Léo adorait ses cheveux longs. C’était le seul garçon dans sa classe à les avoir comme ça. Ce qui faisait qu’il était adoré des garçons et des filles. Il fascinait. Sauf que pendant les crises de jalousie de sa mère, elle les lui coupait violemment. Et pas à la tondeuse pour que ça soit coupé à la même longueur. Non, aux ciseaux de cuisine et parfois avec le rasoir de son père. Dès fois, elle tirait tellement, ou elle ne faisait pas attention exprès, tellement elle était enragée, qu’elle lui coupait le cuir chevelu. Il en avait gardé des cicatrices sur le crâne. Uta avait sans doute dû les sentir un jour ou il lui caressait les cheveux.

Cependant le garçon se reprit vite. Ne laissant pas ce passé lui pourrir sa journée. Il laissa Uta s’en aller, pour qu’il s’occupe de sa touffe de lion. Bien que ses cheveux lui rappelle sans cesse le visage de sa mère, il les aimait. C’était la seule partie de son corps, avec ses tatouages, qu’il aimait chez lui. Il secoua sa bouteille pour faire mélanger les deux produits à l’intérieur et en vaporisa sur toute sa tête, les longueurs, les racines et les pointes. Puis passa sa brosse dans le tas de nœuds qui se défit instantanément. Comme d’habitude, il les laissait sécher à l’air. Une fois son corps sec, il alla à son tour dans sa chambre pour prendre des vêtements. Enfilant à nouveau un marcel noir et cette fois, un sarouel large et noir lui aussi. Il avait beaucoup avec un style punk à l’extérieur, le rouquin aimait les vêtements larges et confortables. Il avait une panoplie de sarouel qu’il ne portait généralement qu’à l’intérieur. Les week-ends ou quand il n’avait plus rien de propre. Il revint à la cuisine, en grommelant, commençant à préparer les assiettes, il se faisait faim après de tels ébats. Au bout de dix minutes il amena les assiettes lui la terrasse, en tendant une à Uta. Léo s’assit à terre, posant la sienne près de lui, s’adossant au balcon. Il chercha son paquet de cigarettes par réflexe.

- M’appelle pas comme ça… C’est pas joli… Ah merde, j’ai oublié mon paquet dans la chambre, je reviens attends.

S’apprétant à se lever. Il n’avait pas vu que son démon avait un briquet électronique lui aussi.

Annotations

Vous aimez lire Reiko . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0