Le théorème des bananes

3 minutes de lecture

Il existe mille et une façon d’obtenir des bananes.

La plus simple : aller comme tout le monde les acheter au supermarché. Oui, mais qu’en est-il de l’originalité de l’acte ? Sérieusement, il faut penser à la grandeur de ce fruit avant de privilégier la solution de facilité !

C’est pour cette raison qu’il est conseillé de préparer un sac avec quelques affaires et de se mettre en route vers une île où pousse cet or jaune tant convoité. Évidemment, la marche est longue jusqu’à l’île de la Réunion ou tout autre lieu sacré abritant les bananiers. Il serait préférable d’utiliser les moyens de transports proposés, de partir à l’assaut de ces plants gigantesques pour en couper les régimes puis les brandir fièrement avant de réaliser que cela vous aurait coûté moins cher d’aller les acheter comme tout le monde au supermarché.

Si vous êtes amateurs de films de braquages nécessitant des plans de génie pour arriver à vos fins, alors sortez votre téléphone et composez le numéro de Tom Cruise afin qu’il vienne vous prêter main forte dans votre quête. Vous intégrerez une équipe de courageux espions tous plus uniques les uns que les autres avant de partir à l’aventure avec du matériel de pointe pour dérober la précieuse marchandise. Vous croisez Vin Diesel sur le chemin qui en profite pour vous emmener alors qu’il réalise une énième course-poursuite pour sauver le monde. Au passage, les G.I. Joe (qui passaient par ici) vous aide à vous infiltrer avec leur lot d’explosions et de cascades en tout genre. Ou bien vous vous rappelez que vous n’avez pas le numéro de Tom Cruise dans le monde réel, néanmoins vous réalisez le casse du siècle avec un couteau à beurre et une cagoule sur la tête dans votre épicerie la plus proche, et une fois en garde à vue, vous vous dites qu’il aurait mieux valu couper Netflix et que vous les achetiez comme tout le monde au supermarché.

Mais ne vous inquiétez pas ! Les plans sont nombreux. Si vous êtes plutôt du genre à multiplier les revenus et la marchandise, alors le capitalisme est fait pour vous: vous achetez deux bananiers à un producteur sous payé en Guadeloupe. Vous en revendez trois à votre société cotée en bourse en utilisant des lettres de créance ouvertes par votre beau-frère auprès de votre banque. Puis vous faites un «échange de lettres de participation » assorti d’une offre publique, et vous récupérez quatre bananiers dans l’opération tout en bénéficiant d’un abattement fiscal pour l’entretien de cinq bananiers. Les droits sur les bananes de six bananiers sont transférés par un intermédiaire panaméen sur le compte d’une société des îles Caïman, détenue clandestinement par un actionnaire qui revend à votre société cotée les droits sur les bananes de sept bananiers. Au rapport de ladite société figurent huit plants, avec option d’achat sur un plan supplémentaire. Entre temps, vous laissez mourir les deux bananiers principaux parce que vous êtes nul en jardinage et lorsque votre manigance est découverte par les impôts et que vous en avez pour un petit moment en prison, vous réfléchissez depuis votre cellule au fait que ça aurait été plus simple de continuer à acheter vos bananes au supermarché comme tout le monde.

Pas de panique, une autre possibilité implique que vous usiez de vos connaissances en génétique pour fabriquer vos propres bananes transgéniques grâce à une formule révolutionnaire qui fait pousser des rejets de plants de bananiers en moins de trente secondes chrono. De plus, vos plantes génétiquement trafiquées ont tendance à s’accrocher sur n’importe quelle surface et se nourrissent avec le plastique polluant nos océans à raison de trois tonnes par bananier par jours, tout en captant le CO2 bien mieux que cent fois la forêt amazonienne. Le bois de vos bananier (même si les bananiers ne sont pas considérés comme des arbres) est le matériaux le plus résistant au monde et s’utilise alors dans tous les types d’industries existant. Non seulement vous avez sauvé le monde en quelques semaines et en plus vous êtes devenu riche. Sauf que vous sortez enfin de votre rêve pour aller acheter des bananes au supermarché car vous avez oublié d’en prendre lors de vos dernières courses.

Même si les possibilités sont diverses, la meilleure solution restera toujours d’aller à Auchan pour acheter vos quelques bananes quotidiennes.

Annotations

Vous aimez lire Keelah Vic ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0