La vie en noir…

Une minute de lecture

Delphine, toujours voyait la vie en noir

Pourtant, elle était absolument magnifique

Avec ses yeux azur, ses cheveux dorés,

Ses courbes de déesse et ses jambes élancées

Mais voilà elle avait choisi un métier horrifique

Qui la plongeait dans le plus profond désespoir

Dans sa chambre, les clients se succédaient sans arrêt

Exigeant d’elle toutes sortes de bizarreries dégueulasses

Et, malgré son écœurement, leurs fantasmes, elle satisfaisait

De telle sorte que de sa vie elle devenait de plus en plus lasse

Sa seule consolation consistait à compter les dollars de ces gorets

Et à se procurer lingerie fine, bijou et maquillage avec ses liasses

Un jour elle en eut assez

Et désespérée

Elle s’est suicidée

Delphine, toujours voyait la vie en noir

Pourtant, elle était absolument magnifique

Avec ses yeux azur, ses cheveux dorés,

Ses courbes de déesse et ses jambes élancées

Mais voilà elle avait choisi un métier horrifique

Qui la plongeait dans le plus profond désespoir

Un jour elle en eut assez

Et désespérée

Elle s’est suicidée

Et personne ne l’a « pleurée »

Annotations

Vous aimez lire É. de Jacob ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0