Chapitre VI : Une mare de sang

5 minutes de lecture

  Après une chute pareil, j'eus du mal à reprendre mes esprits. Nous venions d'être sauvés par cette folle sanguinaire. Cependant, suite aux deux coups de feu et particulièrement le der, elle s'était effondrée, subitement, en glissant ou en sursautant. Je ne savais pas.


 À quelques mètres de moi. Tne' soulevait sa tête du sol couvert de racines. Il était lui, taché de sang. J'accourais près de lui, ne perdant pas de temps pour demander si ce sang était le sien. Il ne disait rien. Durant son silence, il me désignait du regard la direction dans laquelle il voulait que mon visage se tourne. Je voyais Gnas, en train de convulser au sol. Son abdomen était creusé d'un énorme trou, son dos en abritait un autre. Son sang se déversait à une vitesse folle. Des larmes de crocodile glissaient hors de ses yeux pour aller hydrater le sol de la forêt. Ses doigts cherchaient à s'agripper à quelque chose.


 « Il faut lui retirer ce qu'elle a en ses plaies Tne', fais quelque chose ! » Hurlais-je.

 Mais aucune réaction ne s'en suivit. Il était pétrifié par la vue de la douleur qui était en train de tordre Gnas en deux. Je m'avançais au-dessus de son corps meurtri et blessé. J'hésitais un peu, la mettais sur le ventre, puis enfonçais mes doigts dans le creux qui y prenait place. J'y sentis une énorme boule aussi dure que la pierre s'étant logée pile sous sa poitrine.

 L'autre ayant perforé son dos. J'essayais d'extraire celle s'étant enfoncée dans son dos, mais mes doigts recouverts de sang glissaient bien trop. Je rapprochais ma bouche de la plaie profonde puis commençais à aspirer au plus fort que je le pouvais. Son sang brûlant inondait ma bouche, je le recrachais au plus vite possible, tout en me retenant pour ne pas vomir. Je sentais un choc au niveau de mes lèvres. Le sang ne venait plus, la boule venait enfin de se déloger de la chair.

 Une fois à ma vue, je l'extirpais hors de son corps tout en faisant attention à ne pas trop déchirer la peau qui l'entourait. Du plomb. Une énorme balle de plomb. Il en restait une deuxième. Je retournais Gna' sur le dos. Et cette fois-ci, j'eus un peu de mal à commencer ma ponction. Le trou était bien mal placé. Je ne savais comment réagir.

 Tne' était un peu trop obsédé par l'anatomie féminine pour pouvoir faire ceci correctement d'autant que quelques minutes avant il était complètement abasourdi. Ses mains se perdraient ou déraperaient, il pourrait aggraver la situation.


Non je devais le faire moi même. Je relevais le peu de plastron qui lui restait en état. Me servant de ma tunique pour éponger vainement son corps détrempé d'hémoglobine, j'y découvrais de larges plaies à peine cicatrisées, des entailles gigantesques. Je fus éprise d'une drôle de sensation à cette vue.


 Je me penchais maladroitement au-dessus d'elle et je plaçais ma bouche sous sa poitrine. Puis, lentement, je commençais la ponction du corps étranger. Son sang affluait trop, son cœur avait peut-être été endommagé. Gna' se mouvait de douleur à chaque fois que j'exerçais une pression en aspirant son sang, je sentais ma bouche s'en remplir, je recrachais machinalement. Cependant, juste avant d'enfin déloger la balle de son hôte je sursautais et avalais une gorgée de son sang.. Cela fut comme si quelqu'un venait de me raconter l'histoire de Gna, comme si elle- même venait de me chuchoter ses secrets à l'oreille.

 Le liquide écarlate et brûlant, contenait à la fois ses souvenirs et ses sentiments. J'y voyais la souffrance, je ressentais ce qu'elle avait enduré, je ressentais l'extase qui sillonnait son corps durant ses combats...Son sang matérialisait en mon esprit ce qu'elle n'exprimait pas, et qu'elle ne dirait sûrement jamais.


Je quittais mes songes et sentais quelque chose heurter mes dents. La deuxième balle de plomb. Je venais enfin de l'extraire de son corps, la saisissais avec mes doigts et la jetais dans la flaque de sang, que j'avais, crachat après crachat constituée.

« Tne' tu es de nouveau là ?

- Splendide... Me répondait il.

- Pardon !? Tu n'as que ça à me dire, à ce moment la ?! Fais quelque chose ! Lui criais-je.

- Ton dévouement buccal était tout simplement érotique.... héroïque, que dis-je. Mais tiens, il farfouilla dans son petit sac et en sortit une petite fiole. C'est une potion que j'ai confectionnée moi même. Son but principal est d’accélérer toute guérison et toute cicatrisation. Cependant je ne sais pas encore si il y a des effets secondaires... Personne ne l'a jamais encore goûtée..

- Passe-la moi. Nous ne pouvons qu'essayer."



 Tout en me penchant au-dessus de Gna', j'ôtais le bouchon en liège de la petite fiole et approchais le goulot de ses lèvres, closes. Je lui ouvrais la bouche, chose qui bien entendu, allait provoquer une réaction naturelle. Une gerbe de sang fusa entre sa bouche et mon visage, le fameux crachat sanguinaire de Gna'. Ce qui normalement m'aurait faite hurler, m'avait cette fois ci faite sourire.
Je pouvais désormais lui verser le contenu de la fiole dans la bouche, la faisant tousser. Elle ne déglutissait pas, mais semblait après un laps de temps avoir ingéré la potion.


 Une triste vue de Gna' s'offrait cependant à moi. Elle avait perdu son teint d'habitude si bronzé, ne respirait presque plus, son corps devait s'être vidé de tout son sang tant ses plaies étaient larges, et tant le sol sylvain avait viré à la couleur pourpre. Bien que la connaissant peu, je ne pouvais ignorer le fait qu'elle nous avait sauvés et que malgré sa singularité et son coté - parfois- insupportable, je descellais du bien en elle.

 Je ne pouvais plus oublier cet instant, où, j'avais été envahie par ses souvenirs, son histoire me rappelait la mienne, son chemin avait été parsemé de désespoir. Je ne pouvais plus ignorer le fardeau qu'elle supportait au quotidien, la tristesse qui devait ronger son âme et son corps, jour après jour.

 Tout être vivant vit avec un but, avec une raison d'être, la sienne était-elle de souffrir ? Non, personne ne peut choisir cela. Je comprenais enfin que sa façon de vivre, n'avait peut-être pas grand chose de différent avec la mienne. Je n'étais pas assoiffée de sang, certes, mais tout comme elle, je marchais sans savoir où j'allais, remplissant mes journées comme je le pouvais, juste pour fuir l'ennui et ainsi éviter d'avoir à revivre ces réminiscences amères qui ont germé dans mon passé.


Une larme coula le long de ma joue, tandis que j'étais penchée au-dessus de Gna'.

" Ça ne va pas Evi ? Me demandait Tne'.

- Sais-tu où vont te mener tes pas ? Ou, où voudrais-tu qu'ils te mènent, si tu pouvais choisir ? Lui rétorquais-je.

- Et bien, en réalité je ne sais pas trop. Mon esprit peut se délecter de chaque plante et de chaque fleur que nous croisons tous les jours. Chaque seconde que je passe à tes côtés me permet d'enrichir mes connaissances. Sans avoir vraiment de but, je me laisse dériver en te suivant, en vous suivant.

- Tu estimes quand même que tu avances ?

- Même si nous marchions à reculons, je considérerai toujours que j'avance, jour après jour.

- Soit... Maintenant que tu as repris tes esprits. Penses-tu pouvoir faire quelque chose d'autre pour la sauver ? J'ai peur qu'elle ne meurt.

- Son sort ne t'est donc plus égal, n'est-ce pas ? Me lançait-t-il d'un ton doux.

- Non, son sort ne m'est plus égal, elle doit vivre. A nos côtés.

- Je ne peux malheureusement rien faire de plus. Nous devons nous contenter d'attendre désormais."

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Vous aimez lire EruxulSin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0