Chapitre 72 : Le début de la chute

6 minutes de lecture

Pour ce chapitre je vous propose Die! de Sefa & Dr. Peacock

=================================================================================

Nous venions de finir notre brevet, on avait décidé tous ensemble de partir faire une soirée en Dordogne, du camping sauvage pour bien fêter la fin de cette étape de notre vie. L’idée était bonne et la soirée commençait bien. J’étais allé moi-même proposer à Aldwin de venir, pour me moquer un peu de lui, poussé toujours par la folie de Jack… Cette folie qui tourna cette soirée au drame.

Ce soir-là Jack avait ramené un sac rempli d’alcool et d’autres substances que je ne connaissais pas, hormis de nom. Il me prit à part afin de me faire essayer les choses qu’ils avaient réussi à trouver, je ne sais où. La soirée se déroulait bien, je voyais au loin tous mes potes s’amuser ensemble, mais ce soir Jack voulait qu’on « s’amuse tous les deux » comme il le disait si bien.

J : Tu vas voire c’est marrant et tu vas sentir hyper bien après. Déjà pour commencer une bouteille de bière !

Al : Mais j’ai jamais bu de ma vie…

J : Il faut un début à tout ! Allez détends toi et amuse-toi !

Il me servi donc une bouteille de bière, puis on attaqua ensuite des alcools plus fort les uns que les autres. Je commençais déjà à être complétement fait, à avoir le crâne en compote et me sentir vraiment mal, mais Jack avait décidé de continuer et d’aller encore plus loin en me proposant quelque chose d’encore plus fort. Je parvins à déchiffrer sur la boîte qu’il agitait devant moi « MDMA Ecstasy » je lui demandis alors ce que c’était :

J : Je t’avoue que je ne sais pas trop mais y’a écrit Ecstasy ça ressemble à extase donc ça ne peut qu’être cool.

Al : Euh ouais … si tu le dis !

Je n’était de toute manière pas en état de refuser quoique ce soit et mon cerveau n’était pas en état de réfléchir aux éventuels effet que pouvais avoir ce truc sur moi, j’appris plus tard que c’était en réalité une drogue dur avec de nombreux effets dévastateurs… Ne sachant tout les deux pas du tout comment devait se consommer cette substance Jack décida de mélanger la pilule avec de l’alcool… l’effet à été de suite dévastateur sur moi, c’était la goutte qui faisait déborder le vase. Je vomis tout ce que je pouvais vomir et quitta Jack dans un état complétement second. Aldwin s’approcha de moi pour tenter de m’aider mais sans que je ne contrôle mon corps je lui ai assigné un violent coup de poing en plein dans le visage… Je ne l’avais jamais fait, j’avais tout fait mais jamais je n’avais porter la main sur lui. Aldwin fu projeter au sol et hurla de douleur, lorsqu’il se redressa je vis son visage empli d’une tristesse encore plus grande que la fois où je lui avais dit que je n’étais pas PD, et là tout bascula… Sans un mot il s’approcha de la falaise et après m’avoir fait son ultime adieu, il sauta. Après cet événement tragique je n’ai plus jamais reparlé à Jack, Zach m’a soutenu et on est devenu inséparable petit à petit je suis tombé amoureux de lui et je me suis juré de le protéger corps et âmes, avec lui je n’étais pas comme avec Jack, le larbin, le chien chien soumis qui le suit partout, j’étais moi !

Al : Voilà toute mon histoire monsieur l’agent !

In : Mmmhhh, je vois ce n’est pas une histoire évidente que tu viens de me raconter là.

Al : Oui et depuis ce jour Jack m’en veut de l’avoir « abandonné » pour reprendre ces mots et j’imagine que le fait que depuis le début d’année j’ai assumé pleinement mon homosexualité, l’a fait complétement dérailler… Il a d’ailleurs frappé violemment mon meilleur ami actuel, l’envoyant à l’hôpital mais ça s’est réglé au sein du lycée et aucune plainte n’a été déposé. Mais jamais au grand jamais je pensais qu’il allait en venir à utiliser des armes…

In : Selon vous, il aurait tué Victor uniquement par vengeance dans le seul but de vous faire souffrir ?

Al : Oui j’en suis persuadé !

In : Pourquoi ne pas s’en prendre directement à vous ?

Al : Il sait que ça ne me ferait rien, il m’a formé comme ça pour que je n’ai presque aucune estime de moi-même ! Aujourd’hui j’ai certes changé j’ai pris confiance en moi, mais il sait très bien que pour me faire du mal, il vaut mieux s’en prendre à ceux que j’aimes plutôt qu’à moi… vous savez il est loin d’être stupide, c’est un manipulateur né.

In : Je vois… j’interrogerai donc ce Jack Coffeman mais également les parents de cet Aldwin, pouvez-vous me donner leurs noms ? Vous comprenez que la disparition d’Aldwin est un élément clé dans l’enquête même si celle-ci à eu lieu il y a plusieurs années.

J : Oui… je comprends tout à fait… ce sont Alain et Nathalie Fowl.

In : D’accord merci de votre collaboration… au vu de tout ce que m’avez dit il est clair que vous n’êtes pas coupable, et tout porte à croire que c’est bien ce Jack Coffeman qui aurait dû depuis longtemps être encadré et suivis par des instances de justices mais surtout médical.

Al : Oui, c’est sûr que Jack à un sérieux soucis, il est nocif… dangereux pour les autres.

In : En effet, bon je vais vous laisser partir avec votre mère qui vous attends déjà de l’autre côté de cette vitre, mais restez joignable, vous n’êtes toujours pas acquittée et laver de tout soupçons pour autant, tant que le jugement n’aura pas été donné. Mais vous êtes un témoin et même une victime plus qu’un coupable.

Al : Oui merci… ah et aussi il faut que je vous précise que j’ai déjà porté la main sur Victor, avant que je sorte avec lui, j’étais quelqu’un d’assez violent mais vous devez bien comprendre pourquoi au vu de ce que je vous ai raconté.

In : L’influence de Jack qui entraînait des répercussions sur vous ?

Al : Exactement, si vous voulez Victor avez essayer d’embrasser mon meilleur ami de force et j’ai réagis au quart de tour mais je m’en veux énormément …

In : D’accord merci Allan ! Votre témoignage nous sera très utile ! Sur ce au revoir.

Je partis donc rejoindre ma mère qui en effet m’attendais à l’extérieur de la pièce, la première chose que je fis en la voyant c’est la prendre dans mes bras, je ne le faisais pas souvent mais la présence d’une mère devient parfois très réconfortante dans les moments difficiles comme celui-ci. Nous avons quitté le commissariat après avoir signé d’innombrables document. Durant le trajet de retour pas un mot n’a été prononcer, ma mère avait compris qu’il fallait me laisser seul avec mes démons pour ce soir, je me suis empressé d’envoyer un message à Zach afin de le tenir au courant de la situation qu’il a je suis sûr appris d’une manière ou d’une autre :

« Allan : Salut Zach ! Désolé de ne pas t’avoir tenu plus au courant mais j’imagine que tu as dû apprendre la triste nouvelle … Victor est mort ! J’étais au commissariat, interrogatoire tout ça… Mais je suis innocent, le coupable c’est Jack j’en suis sûr j’ai d’ailleurs tout avoué à l’inspecteur tout ce que Jack m’a fait… Je ne reviendrais pas à l’internat avant la semaine prochaine minimum, peut être même pas au lycée… je ne sais pas. En tout cas voilà j’espère que ça va de ton côté et j’ai pu rompre avec Victor avant que… Fin bref »

Ce message, est totalement décousu mais je ne suis pas capable de faire plus d’effort, j’ai hésité tout le long de la rédaction à écrire ces trois mots que je veux de plus en plus lui dire « Je t’aime » mais ce n’est pas le moment et ça ne le sera peut-être jamais… Je ne sais pas pourquoi mais je sens que tout part en vrille… dès que j’aime quelqu’un il finit par disparaître, Zach je ne veux pas que ça t’arrive…

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Vous aimez lire Xenos Walker ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0