Gourmandise IV.

2 minutes de lecture

Je m'affale sur Arnaud, en sueur, le souffle coupé. Son torse musclé berce mon visage, à mesure qu'il reprend lui aussi sa respiration. Nous restons comme cela, immobiles, sans un mot, pendant plusieurs minutes.

Ce silence me pèse. Les murs qui vibraient sous nos cris il y a quelques instants ont retrouvé toute leur inertie. Tout comme nous deux. Je n'aime pas rester inactive. Je profite malgré tout de ces derniers instants à le sentir en moi. Finalement, c'est lui qui se meut le premier. Il se retire et se lève. Je le regarde se rhabiller, profitant d'un dernier regard à son postérieur musclé. Torse nu, les mains dans les poches et un sourire gêné sur les lèvres, il se tourne vers moi. Il a l'air d'attendre quelque chose, mais ne dit rien. Je cherche une échappatoire. "Ca te dérange si je prends une douche avant de partir ?". Il accepte et rejoint son ordinateur qu'il avait laissé en plan.

Je me glisse sous le jet brûlant du pommeau. Arnaud a fait du bon travail, comme d'habitude. J'aime cette plénitude après l'orgasme, me sentir vidée de mes forces, de mes soucis. C'est comme un état second. J'oublie temporairement mes besoins charnels. Mais il me manque quelque chose avec lui. Il a beau être mignon et musclé à en faire tourner des têtes, je n'ai pas de point commun avec lui, pas d'atome crochu. À part le sexe. Il est toujours là quand je deviens insatiable.

Mais ça ne fait pas tout malheureusement. J'en veux plus. Je veux le beurre, l'argent du beurre, la crémière, son sourire et ses miches. Je veux du sexe, je veux des confidences sur l'oreiller, je veux des discussions à n'en plus finir, je veux des rires, je veux de la vie. Finalement, me faire pilonner par un geek bodybuildé pendant une heure m'a rassasiée, mais ce n'est toujours pas assez. Ça y est, la plénitude est passée, le manque revient. Ce n'est plus un manque physique, j'en ai eu pour mon compte. L'affectif, c'est ça qui me manque. Je me sens vide. Un bon repas n'est-il pas meilleur s'il est partagé en bonne compagnie ? Je préfère un fast-food à parler philosophie et métaphysique à un chef étoilé accompagné d'un silence gêné.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Vous aimez lire WL276 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0