C'était mieux avant ...

de Image de profil de ScribouillardFouScribouillardFou

Apprécié par 2 lecteurs

Quelle époque pourrie ! La guerre en Ukraine, la résurgence du conflit israélo-palestinien, les vagues d'attentats terroristes sur le sol européen, la crise sanitaire, le réchauffement climatique, les flux migratoires, les gamins pendus à leur téléphone, les catastrophes naturelles récurrentes ... de mon temps, mon bon monsieur, on savait vivre au moins. Vraiment ?

En un peu moins d'un quart de notre XXIème siècle, dix conflits se sont déroulés sur le sol européen, en majorité dans le caucase ou dans les balkans. Si ce chiffre s'inscrit proportionnellement dans la lignée des deux siècles précédents - notre continent en a connu 53 au XVIIIème siècle et 62 au XIXème -, il n'en va pas de même des dommages endurés par la population. Ces dix conflits les plus récents ont en effet généré 500.000 victimes, morts et blessés confondus. Soit dix fois moins que les guerres napoléoniennes, 40 fois moins que la première mondiale ou encore près de cent fois moins que lors de la seconde. Et si l'on considère que la population européenne a triplé au cours de ces 150 dernières années, proportionnellement, ce n'est pas dix, quarante ou cent fois moins de victimes que nous devons déplorer, mais trente, cent vingt ou trois cent fois moins. Quelle que soit la méthode de calcul adoptée, il faut se rendre à l'évidence : si le nombre de crises ou conflits ne connait pas de réduction drastique, il en va tout autrement des effets qu'ils génèrent.

Notre pouvoir d'achat ? Le prix des carburants ? Le terrosisme ? 
Au début des années soixante-dix, la majorité des ménages disposaient d'une voiture, d'une télévision noir et blanc et parfois, d'une ligne téléphonique fixe. Les ménages les plus aisés pouvaient compter sur un second véhicule, et s'offrir la couleur. Les enfants prenaient un bain par semaine, on ne changeait pas toujours l'eau entre l'aîné et le cadet. À l'école, ces mêmes mômes étaient convaincus qu'un jour, la planète entière exploserait dans une apocalypse nucléaire. Les Dupont partaient en vacances en camping à Toremolinos, la moitié de la rue les enviait. Rares étaient ceux qui dans leur vie, étaient monté ne fut-ce qu'une seule fois dans un avion. L'insécurité en faisait d'ailleurs fait reculer plus d'un. Durant cette même décennie, chaque semaine voyait un avion se faire détourner - 69, l'année "érotique", a connu un pic avec 89 détournements. Le terrorisme n'était pas l'apannage des palestiniens ou des islamistes. Les attentas et conflits au pays basques et en Irlande ont à eux seuls causé plus de cinq mille morts, soit plusieurs dizaines de fois plus que la vague islamiste de 2016 sur l'ntièreté du sol européen. Saviez-vous d'ailleurs que dans les années soixante et soixante-dix,dix à vingt attentats avaient lieu chaque année sur le sol fraçais ?

Mais revenons à notre pouvoir d'achat. Il y a de celà vingt-cinq ans, un motorola 5200, le fleuron de la technologie portable, aussi massif et lourd qu'une cannette de coca-cola, vous aurait coûté au bas mot cinq-cent euro. Combiné à un abonnement mensuel de base, au prix cassé de trente euro par mois,cette merveille de technologie vous permettait de téléphoner presque partout -vous trouverez le détail de la couverture réseau en annexe - et même d'envoyer de courts messages textes ! Le plus grand téléviseur affichait l'hallucinante diagonale d'image de 82 centimètres. Le prix au kilo semblait au premier abord bien alléchant - comptez 1500 euro pour environ 25 kilos de verre et de plastique -mais correspondait pour la majorité des gens à un à deux mois de salaire. En 1994, le dernier CD de Madonna ou de Dire Straits vous aurait coûté entre 130 et 150 francs, soit vingt euro. Combien gagnez-vous à l'époque ?

Oui mais nous, nous mon bon monsieur, nous avons connu ... la Covid 19, et ses sept millions de morts à l'échelle planétaire. Sept millions. C'est dix fois moins que le nombre de victimes causées par la grippe espagnole dans la foulée du premier conflit mondial, et ce malgré une densité et une mobilité démographique sans commune mesure avec ce que nous connaissions il y a cent ans. 

Alors non, ce n'était pas mieux avant. C'était très certainement différent. Très différent, mais pas nécessairement mieux. Différent aussi sera le futur.Quant à savoir s'il sera meilleurs ou pire que ce que nous connaissons, ça dépendra essentiellement de ... nous.


À suivre...

Tous droits réservés
1 chapitre de 3 minutes
Commencer la lecture

Table des matières

En réponse au défi

décrivez moi la période actuelle

Lancé par brocard

Devant cette période tumultueuse et historique comment voyez vous l'avenir de la france ?

Avancée, Régression?

à vous de juger et de décrire la situation

(très peu d'auteur s'exprime sur le sujet )

soyez le premier , votre avis compte

J'ai hâte de vous lire.

Défi sans contrainte .

Commentaires & Discussions

C'était mieux avant ?Chapitre4 messages | 8 mois

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur l'Atelier des auteurs, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0