Histoire d'un coup de foudre

2 minutes de lecture

Texte complètement fictif griffonné il y a presque 10 ans.


Quand je l'ai rencontré pour la première fois, j'avais à peine quinze ans. Elle faisait partie des amis de ma sœur. Un sourire luisant, des yeux clairs à faire chavirer n'importe qui, un regard innocent... Elle avait tout. Nous nous sommes tout de suite bien entendues. Après notre rencontre, nous sommes restées en contact. Nous sortions entre amis, mais jamais vraiment rien que toutes les deux. Suite à l'une de ces sorties, je lui ai finalement demandé si elle aimerait que l'on sorte, juste elle et moi. En guise de réponse, elle m'a simplement dit: « tu ne peux pas savoir depuis combien de temps j'attendais que tu me poses cette question. » J'en étais toute chamboulée. À cet instant, elle ne m'a plus semblé la même, différente de la vision que j'avais d'elle jusque-là.

Lorsqu'elle est arrivée le jour du rendez-vous, mon cœur battait anormalement vite. J'avais les mains moites et le cœur qui palpitait rien qu'en la voyant marcher devant moi. Un véritable coup de foudre. Cette sortie fut un vrai rêve. Nous avons passé un moment formidable en compagnie de l'autre. Elle me surprenait de minutes en minutes, me faisait rire, m'attendrissait. Nous nous comprenions facilement. Il y avait une connivence évidente entre nous. À croire que tout était écrit d'avance. Je suis revenue de ce rendez-vous remplie de joie, rêveuse et comblée, presque dans un autre monde. J'ai passé la soirée sans dire un mot. Le matin suivant, je me suis assise sur mon lit et j'ai finalement dit à ma sœur: « je crois que j'en suis dingue. » Elle m'a souri et m'a prise dans ses bras. Elle savait que j'étais sorti avec elle. Elle avait vite compris. Il n'y avait rien à dire, tout était fait.

Je l'ai revu quelques jours plus tard, dans le même état d'esprit que la dernière fois. Je voulais lui dire ce que je ressentais pour elle, mais les mots restaient dans ma gorge et refusaient obstinément de sortir. Pourtant je n'ai pas eu besoin de lui montrer quoi que ce soit, comme si elle avait compris et que nous ressentions la même chose. À la fin de ce deuxième rendez-vous, elle a fini par m'embrasser. Ce fut la plus belle chose qu'elle pouvait faire.

Nous sommes restées ensemble longtemps. Nous partagions nos joies, nos peines, nos douleurs. Nous nous complétions parfaitement. Nous nous comprenions toujours à merveille. Je l'invitais à m'accompagner partout où je devais me rendre. Je détestais la savoir loin de moi. Puis j'ai fini par la présenter à tout le monde comme étant ma petite amie. Ce qui m'a poussé à m'affirmer tel que je suis réellement. Ce fut la période la plus heureuse que j'ai connu.

Annotations

Vous aimez lire stonequaffle19 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0