Lui

2 minutes de lecture
  • Tu es prête ?
  • Oui, vas-y, enclenche le processus.
  • Okay, tu as environ trente minutes. Passé ce délai, je ne pourrai plus te ramener.
  • Oui, je sais. Allez, Jo, ne retarde plus l'échéance... soupirai-je morte d'angoisse.
  • Tu stresses, je le vois bien !
  • Toi aussi, tu stresses !
  • Okay, okay, souffla-t-il.

Il inspira et expira lentement. Il n'était plus sûr de vouloir le faire. Les risques étaient importants et la peur l'envahissait. Il avait recalculé la trajectoire et les statistiques une bonne quinzaine de fois. Cette fois-ci était la bonne et il le savait. Il appuya sur le bouton qui me propulsa dans le passé. Je devais rester concentrée pour ne pas me perdre dans l'immensité temporelle que je traversais. Des bribes de souvenirs se présentaient à moi, mais je fermais les yeux en attendant de traverser le temps. Je ne devais m'accrocher à rien et attendre que ça passe...

  • Où suis-je ? me demandai-je en me réveillant brutalement.

J'essayais de me rappeler mais rien n'y faisait. J'étais perdue, déboussolée, angoissée.

  • Allez, souviens-toi ! m'ordonnai-je en tournant en rond sur le trottoir.

J'avançai en espérant que les alentours me feraient recouvrir la mémoire. La pluie commença à tomber gentiment. J'accélérai le pas dans la nuit noire qui m'entourait. Il fallait que je trouve un endroit où m'abriter. Le pont situé non loin me paraissait idéal et je décidai rapidement de m'y rendre.

Je marchai vite, les mains vissées dans les poches, sous les réverbères qui m'éclairaient au travers des larmes du ciel qui croissaient en intensité. Soudain, une maison attira mon attention. Elle était différente de toutes les autres. Je m'avançais vers elle, ne sachant ce qui m'y attirait. Postée devant cette bâtisse, je ne savais que faire.

Poussée par un je ne sais quoi, je montai les marches qui menaient à la porte. Arrivée sur le palier, je regardais derrière moi comme une voleuse. La pluie incessante me gelait de froid. Je saisis le heurtoir, qu'un lion forgé tenait dans sa gueule, et inspirai un bon coup. Allai-je vraiment toquer en pleine nuit chez des inconnus ? Où étais-je déjà ? J'avais les habits qui collaient à ma peau. Les gens auraient sûrement peur. Non, il ne fallait pas toquer. Je le reposai doucement, et me retournai pour m'en aller. Devant les marches, mon cœur palpita. Si, il fallait que je le fasse. Je repris le heurtoir et le laissai retomber. J'entendis du bruit provenant de l'intérieur. Je penchais l'oreille et la porte s'ouvrit sur le canon d'un fusil. Je ravalai ma peur et commençai à reculer doucement. J'entrevis ses yeux. Je me rapprochai, curieuse, ne tenant plus compte de l'arme braquée sur moi. Quand je fus tout près, le canon toucha ma poitrine dégoulinante de pluie. Je n'arrivais pas à prononcer son nom et brusquement, il échapa de mes lèvres brulantes.

  • Jim ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Vous aimez lire Sila P. ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0