Entre deux...

4 minutes de lecture

Texte écrit par Jim Cobrel

" Je regardais le vent faire hocher les arbres, j'écoutais le chant de la nature s'engouffrer dans mon âme, je n'ai jamais été avec prétention mais je sais que dans un endroit comme celui-ci, comme au regard des étoiles, nous sommes tous égaux... et nous ne sommes pas grand chose."

S.,

Une voiture vient de me déposer sur un coin d'ailleurs, au milieu de nulle part. Il y a cette petite maison, perdue dans les arbres, qui bordent le lac. C'est ici que mon univers deviendra ou c'est ici qu'il s'éteindra en moi. Je suis resté, longtemps, à regarder les détails de ce paysage car ma vie se joue ici. De son vrai sens, de la vérité : ma liberté. Toutes ces choses qui me rendent automatique, qui me formatent, qui me déshumanisent, doivent mourir et moi, je dois vivre, enfin. Mon sort se joue donc à cette histoire. Je n'ai aucun talent, aucune facilité, je n'ai que cet irrépressible besoin et la volonté de bien faire. C'est en moi, et si je ne suis pas moi, qui le sera ?

Pensées, Jim

" C'était un soir de Juillet, juste après un orage, je me souviens de gros nuages au loin, nuancés par les lumières du soleil couchant. Ce n'était pas un commencement, c'était une fin. "

S.,

J'ai déjà vu, quelques fois, la lune tourner autour de la petite maison. J'ai assimilé les odeurs, les bruits, les silences et j'ai flané. J'ai observé la moindre plante, le moindre insecte. Et malgré le décorum, celui que j'ai toujours cherché, mes pages restent immaculées. Je n'avais pas pensé le fuir en venant ici, je m'attends même à sa violence... Le doute m'étouffe depuis mon premier cri. C'est lui mon combat quotidien, quand je m'efface, quand je me tais, quand je m'oublie, c'est qu'il gagne. Quand j'écris, c'est que je me relève.

Mon histoire est là. Je les vois, des traits de leur visage au son de leur voix. Je les entends chuchoter, j'entends leurs pas autour de moi. Je les sens, de plus en plus proche. J'ai l'impression de pouvoir les toucher, de pouvoir leur parler, mais je n'écris pas. Je reste bloqué, la confiance en défaut. Peut-être ne suis-je qu'un fou ? Un gars qui ballaie les traces derrière ses pas. Je me suis permis d'avoir des souvenirs mais pas d'en être un. Parce que ce qu'un homme pense de lui-même, voilà ce qui règle ou plutôt indique son destin...

Pensées, Jim

" Il y a des yeux que j'ai croisés, des amours dénués d'espérance, juste des gestes perdus dans une absence, juste des mots volés dans l'inconscient. Je n'ai jamais connu que d'éphémères flammes et je n'ai embrassé que des malentendus. Je suis la pureté des sentiments, j'aime sans retour. "

S.,

C'est ici que tout commence, je doute enfin de la présence de mon corps. Je m'imagine visiter les ruines de mes croyances, j'enjambe tous les cadavres de mon passé. Il était en face de moi. Je ne l'avais pas reconnu, sous la surprise et la peur, mais c'était lui, Djoki. Confiant et assuré, le personnage de mon histoire se dressait devant moi. Ce n'était pas une simple hallucination, il était venu pour me rencontrer, pour m'encourager à lui donner vie et mort. Il a su trouver les mots pour m'achever dans cette perdition. Il m'a donné la force de devenir ce qui couvait en moi.

J'ai enchainé les chapitres suite à cette apparition. Ce n'était pas que le doute m'abandonnait mais je me sentais assez costaud pour l'emporter avec moi. Je me suis totalement oublié pendant plus de dix peut-être quinze heures. Puis j'ai ressenti un frisson sur ma nuque et mon cœur s'allourdir. Je me suis levé et quand je me suis retourné, elle me souriait, timidement, alors que je restais sans voix, planté devant elle, je voyais les traits de chacune d'elles à travers ses yeux. L'incarnation de mes amours, de celles dont j'ai tellement cherché à être aimé, est venu me voir cette nuit là. Elle n'était pas ici pour m'aimer mais pour rendre la voie à mon cœur.

Lui est venu me relever, elle me révéler.

Peu importe si le début paraît petit.

Pensées, Jim


" Je vois des lunes et des couleurs. Je vois l'aube après les ténèbres. Je vois la magie du monde se réveiller, je suis prête pour la nuit. "

S.,

Il s'est passé tellement de choses depuis la dernière fois. La petite maison est loin, un gars étrange m'a embarqué de force chez lui. Il dit qu'il est le seul à pouvoir m'aider, il se fait appeler le lent chanteur. Il connait tout de mon histoire, le moindre verbe, le moindre personnage, le moindre lieu. Il a des peintures des différentes races, des cartes de Keman. Il me répète sans cesse que je ne dois pas oublier qui je suis car elle est venue pour me tuer, juste pour les détruire. Il me dit aussi que les mondes se confondent, qu'ils vont trouver un moyen de venir me chercher. Tout est si confus dans mon esprit.

Pensées, ...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Vous aimez lire Sila P. ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0