De l'autre côté de la porte.

5 minutes de lecture

S.

  • Hey ! Attends !
  • Mais c'était qui ce mec ? accourut Jess.
  • J'en sais rien, mais je pense que...
  • C'est lui, me coupa Aro.
  • Et merde, il se dirige vers la sortie, vite !

Brusquement, un coup invisible me percuta. Aro se retourna sur moi et me souleva. J'attrapai une veste de l'autre côté du bar et me pliai en deux sous un autre coup au ventre. Je crachai du sang et m'essuyai la bouche en criant :

  • Gardien d'Arek ! Gardien d'Isoh ! Gardien de la forêt ! Par les lunes ! Il se fait ...

Je n'eus pas le temps de terminer qu'un autre impact m'envoya dans le décor. Je me relevai non sans mal et courus au travers de la salle. Jess me rattrapa au vol :

  • Jess, j'ai pas le temps de t'expliquer.
  • Tu sais ce qu'il y a dehors, S. c'est trop risqué.
  • Je le laisserai pas...

Le coup que je reçus dans le dos me coupa net et me propulsa contre elle. Elle s'écroula et sa tête rebondit contre le sol.

  • Eh merde, Jess !

Elle ne réagit pas.

  • Merde de merde ! Josh ! criai-je. Reste près d'elle, s'il te plaît ! Fais-lui couler ça dans la bouche, ça devrait l'aider, dis-je en sortant un flacon de ma poche.
  • Okay, S. Vas-y je m'occupe d'elle !

Je me relevai en vitesse et avant que je n'ouvre la porte, des forces me frappèrent et m'éjectèrent contre les murs. Lorsque je réussis à atteindre la porte, je commençais sérieusement à avoir mal partout. La scène qui se déroulait de l'autre côté de la porte me glaça le sang. Jim était à genoux et n'arrivait plus à se relever. Le Maudit le saisit par la gorge et une main invisible se serra autour de la mienne aussi. Je le sentis déglutir avec difficulté comme si c'était moi. Djoki, extermina un SorGriff et Aro, un autre. Lucas s'occupait des Barlokors qui sortaient des endroits les plus sombres.

Soudain, mes pieds se touchèrent plus le sol et je sentis une puissance me perforer la poitrine. Dans un élan, je sifflai le loup sombre et il réagit immédiatement. Riouh, d'un dernier coup de lame abattit un Maudit. Il s'avança doucement derrière celui qui détenait désormais notre cœur entre ses griffes. Le Maudit le porta à ses yeux vitrés qui ne voyaient pas et une langue fendue sortit de sa gueule pour l'enrober. Je ressentis une grande pression qui contracta mon buste.

Lucas arrêta le temps autour de nous et tout passa au ralenti. Mes yeux suivaient la scène et mes pieds ne touchaient toujours pas le sol. Après un dernier coup d'œil vers D, R, du tranchant d'Elcadar pourfendit le Maudit qui détenait prisonier notre cœur qui se partagea dans un éclat de lumière. Et tout redevint rapide. La chute de nos corps s'effectua rapidement et nous percutâmes le sol au même moment. Je ne pouvais quitter des yeux notre cœur qui planait dans la lumière. Djoki se prit une flèche, mais d'un coup de crocs, il se l'arracha sans peine. Aourouh fondit sur se trésor qui se trouvait dorénavant à portée de tous. Elle élança des ondes puissantes qui aimentèrent vers elle ce qui nous gardait en vie. Dans un élan, Djoki se propulsa dans les cercles d'ondes qui captivaient notre bien et projeta comme une lance Ri'ordis qui perfora Aourouh de tout son tranchant. Arrivé devant elle, il avala nos deux parties. Il se retourna et fonça sur un Jim inconscient et fusionna avec lui. Je me relevais doucement quand il arriva jusqu'à moi et de sa gueule puissante, il agrippa ma veste et me jeta sur son dos. Les flèches fusaient et Lucas déploya sur nous un bouclier impénétrable. Après avoir arraché Ri'ordis du corps d'Aourouh qui respirait encore le mal, il prit la fuite par les ruelles sombres. Il monta sur les murs et nous atteignîmes les toits en un rien de temps. Surplombant le combat, Djoki hurla. Riouh, posa instinctivement ses yeux sur lui. Il saisit son épée et imita le loup. L'arme dressée au-dessus de leurs têtes, ils fendirent les airs en rond puis D recula sa patte arrière en faisant un arc de cercle. De son autre main, il brisa l'espace temps en silence et R en fit de même. Ils fermèrent leur yeux et nos quatres esprits se rencontrèrent. Dans un souffle, R et D abattirent leur épée d'un coup sec. R, sentit le sol se fendre dans un grondement et une onde de choc se dégagea. Tous les Vilains s'évaporèrent et Aourouh, perforée gravement, s'enfuit en se fondant dans l'obscurité. Le loup sauvage hurla de nouveau et d'un air satisfait, il salua la troupe qui le lui rendit.

Il se mit à courir et son corps musclé nous régénéra dans l'abîme environnante. Au bout d'un moment, sous le bercement de son corps qui galopait au travers de mon monde, je m'endormis contre lui.

Il nous mena dans un endroit secret que moi seule connaissait. Il renfermait tous mes secrets les plus profonds. Arrivée à la lisière de ce qui faisait de moi celle que j'étais, il se mit à ralentir et un chemin s'ouvrit devant lui. Bien loin de la bassesse de cette vie, il s'insérra dans la forêt dense qui peuplait mon monde, mon esprit et mon âme : elle était devenue mon essence depuis de nombreuses années.

Il nous déposa aux pieds de Zorig qui déploya ses ailes de soie. Jim, qui s'était rétablit dans le corps de D, le chevaucha sans ménagement. Djoki recracha le cœur qu'il avait avalé quelques instants plus tôt et le mit entre mes mains. Ce fut mon front contre le sien que je lui murmurai :

  • Va i Oaka na i Viguro, Gardien de mon cœur depuis des lunes, prononçai-je en le lui insérant dans la poitrine. Je te le laisse pour ce soir.

Et se fut sur les notes de guitare de Tlen Huicani que Jim me tendit sa main. Je montai à ses côtés sur le dos de Zorig qui se mit à battre des ses ailes duveuteuses dans la nuit. Djoki s'enfuit pendant que nous dépassions les cimes des arbres étouffants de la forêt de mon âme. Bien au-dessus de tout, nous sombrâmes dans cette musique enivrante. Nous nous confiâmes des choses jamais dévoilées. Et puis, mes ailes de lumière déployées, je me mis à voler. Enfermés dans un cocon de poussière qui illuminait mon ciel, il me serra contre lui en me disant que nous n'avions pas besoin d'un cœur commun pour s'aimer...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Vous aimez lire Sila P. ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0