Quand les ténèbres nous lient...

4 minutes de lecture

Jim

Soudain, un bruit sourd perfora leur amour éteignant la poussière de lumière. S. se retourna vivement dans la direction du grondement et elle colla son front contre le mien. Elle pressa mes joues et moi, je cherchais son regard.

  • Qu'est-ce qu'il se passe, ma douce ?
  • Jim, je... Il y a des choses que tu ignores.
  • Dis-moi tout ma belle.
  • Notre amour sans cœur a ouvert la porte de mes secrets.
  • C'est quoi cette porte ?
  • Elle renferme tous mes secrets, mon passé, le poids de mes peines, les horreurs que je vis dans toutes les dimensions. Nous en avons tous une et la mienne vient de s'ouvrir.

Brusquement, nous tombâmes dans le vide.

  • Mes ailes ne peuvent plus s'ouvrir.
  • Mais je...
  • N'aie pas peur, toi, le gardien de mon cœur, Zorig nous rattrapera.

Une fois au sol, Djoki m'accueillit et alors que je tenais la main de S dans la mienne, elle délaça nos doigts et remonta en vitesse sur le dos de Zorig et ils s'enfuirent.

  • S. ! hurlai-je dans le noir de la forêt. Putain, mais c'est quoi ce bordel ?
  • Elle a des choses à régler, Jim.
  • Mais de quoi tu parles ? m'énervai-je.
  • Jim, écoute, calme toi !
  • Me calmer ? criai-je. Elle est où cette porte ?
  • Je ne peux pas t'y conduire.
  • Non mais tu te fous de ma gueule toi aussi, là ? Djoki ! Merde à la fin !

Je l'attrapai par le museau et mis mes yeux dans les siens.

  • Si tu ne m'amènes pas, je te jure que ...
  • C'est bon, c'est bon ! Putain, Jim !

Il fusionna avec moi et nous partîmes en trombe au travers de forêt qui nous ouvrait le chemin. Djoki courait sans parler. Une fois arrivés devant à l'endroit, il m'éjecta violement et je m'écrasai à terre.

  • Mais Djoki, non mais...
  • Tu sais pas où tu fous les pieds mon gars !
  • Mais, on ne peut pas...

Nous tournâmes tous les deux le regard vers une âme qui errait. Elle passa tout près de nous et son odeur se diffusa dans mes veines.

  • S. murmurai-je. Je ne la reconnais plus. On dirait une étrangère.
  • Elle incarne plusieurs versions.

Elle s'arrêta plus loin et elle posa les mains au sol. Une porte se dessina dans l'obscurité. Elle me regarda avec des yeux perçants puis elle la poussa. Je n'eus pas le temps de l'atteindre qu'elle se referma. Je tambourinai dessus à m'en arracher la peau.

  • Personne ne peut y rentrer Jim.
  • Ah oui ? Ben c'est ce qu'on va voir !

Je saisis Ri'ordis qui se trouvait sur son dos et trancha la porte en deux en une fois. Le sol se mit à trembler et la porte s'ouvrit en son centre.

  • Mais tu es fou ? Tu es désormais le gardien de ses secrets Jim. Te rends-tu compte ?
  • Je serai le gardien de tout ce qu'elle voudra. Laisse-moi Djoki. Des mots d'amour valsent dans ma tête pour elle. Elle m'appelle.

Son regard me terrifia. Il baissa la tête et s'enfuit dans la nuit. Je me retournai vers l'entrée d'où me parvenaient des cris, des grondements et des flots impétueux. Je voulais faire demi-tour mais quelque chose m'attira plus loin. Soudain, sa voix me parvint, elle résonna dans mon corps.

  • Jim...

Je me retournai pour savoir d'où elle venait.

  • Que fais-tu ici ?
  • Je ne te laisserai pas S.
  • Jim... souffla-t-elle. Tu risques d'y laisser ta peau, tu sais.
  • Les risques m'appartiennent.
  • Si tu veux faire demi-tour, fais-le tout de suite, lâcha-t-elle.
  • Laisse-moi venir avec toi.
  • Tu veux vraiment entrer dans le secret de mon âme Jim ?
  • Oui, S.
  • Es-tu prêt à jurer à l'infini tout le contraire de ce qu'on m'a fait subir ?
  • Oui, je le suis.
  • Es-tu assez solide pour porter avec moi le poids de tout ce qui m'écrase depuis tant d'années ?
  • Oui, je le suis.
  • Jim, sens-tu le vent qui nous lie ?
  • Je le sens S.

Elle se matérialisa devant moi, et dans sa robe de la nuit, elle se retourna vers moi.

  • Alors, tiens moi la main, Jim.

Je vins près d'elle et entrelaçai mes doigts aux siens. La porte claqua sur nous et une autre s'ouvrit.

  • N'aie pas peur Jim. Ne te mets pas en colère, je t'en prie, me supplia-t-elle.
  • Je ferais de mon mieux S.
  • Je te donne mes larmes. Je ne les ai jamais données à personne. Je te fais confiance.
  • Je t'aime S.
  • Je t'aime Jim, en toute lettres.

Ses yeux se remplirent. Elle ne perlait plus de lumière. Elle produisait des larmes vertes d'où sortaient des souvenirs d'elle dans tous les mondes.

Intrigué, je m'y plongeait sans retenue.

  • Ne te noie pas Jim. Prends une gorgée d'air. Je ne te regarderai plus dans les yeux, mais dans le secret de mon âme, je t'écrirai des pages d'amour. Le silence dans lequel tu vas plonger nous liera dans la nuit. Jure-moi de m'écrire et de me lire.
  • Je te le jure S.
  • Embrasse-moi de mots, mon bel amour.
  • Je te couvre de douceur et de tendresse.
  • Allez, allons-y...

Main dans la main, nous passâmes la porte qui se dressait devant nous. Elle fut immédiatement emportée par les flots de celle qui criait au-dessus des cascades. Les flots me submergèrent et je peinais à remonter à la surface. De l'air, il me fallait de l'air...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Vous aimez lire Sila P. ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0