Quand les rêves sont déchirés par la réalité.

3 minutes de lecture

Assise dans la nuit, au fin fond d'un pays perdu parmi les autres, S pleurait en ravalant les sanglots qui remontaient de ses tripes. Elle relisait la dernière lettre de Jim qui la ramenait dans une réalité dépourvue de magie. La tempête qu'il passait avait grossit et il se perdait dedans.

Après lui avoir appris à voler, après l'avoir aimée comme jamais, après lui avoir fait l'amour avec des mots, il lui avait écrit que le trop plein d'amour qu'elle avait pour lui, le noyait. Elle lui avait donné une dernière fois ses larmes et s'était résignée. Elle avait passé sa vie à être rejetée et l'amour qu'elle avait cru percevoir dans ses yeux vairons n'était qu'une flamme de bougie qui s'était éteinte au premier courant d'air.

Seule dans le noir, elle se repassait une dernière fois tous les mots qu'il lui avait donnés. Elle se remémorait ses promesses. Il était venu la chercher dans son trou en parlant bien plus qu'il ne pouvait le faire réellement. À trop voir les chaînes de celle qu'il aimait, il en avait oublié les siennes.

Pourtant, elle lui avait dit qu'il était fou, qu'il ne savait pas à qui il parlait. Elle lui avait demandé plusieurs fois si ses mots d'amour étaient bien pesés, si sa balance n'était pas faussée. Mais en chantant, il lui avait avoué que leurs âmes étaient liées dans leurs pensées vagabondes, dans une autre dimension, entre les plis du monde. Et elle, elle avait fini par y croire.

Il lui avait tendu la main et lui avait rendu sa liberté. Elle avait d'abord eu peur puis avait eu confiance en lui. Sa main dans la sienne, son âme près de la sienne, leurs corps mélangés dans les jardins dérangés, elle pensait ne rien craindre. Elle lui avait écrit ce qu'elle n'avait jamais dit à personne et il était devenu le gardien de ses secrets. Elle lui avait donné ce qu'il restait de son cœur meurtri et quand Jim l'avait pris dans ses mains, l'état délabré de ce dernier avait fini par le ramener au sien. Il avait entremêlé tout un tas de mots pour s'expliquer et se retirer. Elle, elle le savait depuis le départ. Elle savait que ce qu'elle portait était lourd et que toute la magie du monde dans lequel il l'avait plongé, était bien trop belle pour elle.

Les yeux fatigués de larmes, elle les ferma dans le noir, sur toutes leurs chansons, tous leurs échanges, tous les sourires qu'elle lui avait donnés. Il lui avait dit de voler sans lui, qu'il ne devait pas être ce de quoi elle se nourrissait. Il n'avait pas mesuré l'amour véritable qui avait grandit en elle. Elle débordait sans cesse de tendresse et d'affection, mais il avait fini par faire demi-tour...

Deux âmes-sœurs se séparèrent dans le secret d'un petit appartement. Dans le secret des larmes de ce qu'il restait de son cœur, S s'était vidée de ses mots, elle n'avait su quoi répondre. Elle, elle n'avait que des mots d'amour à lui donner et les autres n'existaient pas...

Elle avait juste accepté.

Elle s'était levée avait pris ce qui la trompait le plus, enfin, ce qu'il en restait, et l'avait jeté au feu. Elle avait regardé son membre atrophié, rapiécé tant de fois, brisé encore et encore être réduit en poussière de cendre.

Elle recueillit le tout dans une petite boîte puis elle passa seule sa porte. Elle voyait le coup d'épée partager le bois. Elle savait sa lettre gravée sur celui de Jim.

Elle passa les portes de son âme et, arrivée en haut des cascades, la fille qui criait n'était plus là. Tout était calme, les flots ne grondaient plus.

Elle ouvrit la boîte et souffla sur les cendres. Elle savait que personne ne viendrait dormir dessus. Et elle, elle n'allongerai plus ses jambes nulle part, elle n'irait plus sous les arbres mêler son corps le reste du temps. Elle ne le verrai plus sous ses paupières. Son gardien était parti et elle, elle chérissait le temps qu'il avait passé ici, dans les profondeurs de ce qu'elle était.

Elle ferma les yeux une dernière fois en sentant ses bras autour d'elle. Elle se rendit compte qu'écrire le présent n'avait été fait que par elle. Elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle même. Mais tant pis, ce qu'elle avait pour lui dans son âme, s'y était gravé pour toujours. Un toujours qui existe dans une dimension extraordinaire.

Elle s'imagina une dernière fois sourire près de ses lèvres qui lui murmuraient une vérité qui leur appartenait. Malgré elle, elle perla de lumière une dernière fois. Puis, elle ouvrit les yeux. Là, au-dessus des flots, elle déserva les cendres dans ses douleurs de jadis.

Elle ouvrit ses bras et, sans fermer les yeux, elle plongea dans le reflet de la lune posé là, une dernière fois...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Vous aimez lire Sila P. ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0