Solitude : Le Grand Froid Blanc

de Image de profil de NicodicoNicodico

Apprécié par 10 lecteurs

Vous vous souvenez du Titanic ? Eh bien, il m'arrive exactement la même chose... Non pas que j'ai gagné un ticket au poker pour un voyage merveilleux, non non... Je suis le capitaine d'un bateau qui s'est échoué au milieu de l'Arctique. Vous vous demanderez alors pourquoi je me trouvais au mauvais endroit au mauvais moment, mais cela reviendrait à demander pourquoi un mille-pattes et un hérisson s'amuseraient à défoncer des théières avec un fusil à pompe avant de faire de la tyrolienne... Absurde, comme question.

Ce fut très simple. Mon employeur me dit un jour :

- Eh, ça te dirait de gagner une bonne fortune en faisant presque rien ?

Je m'imaginais déjà m'acheter une villa sur la côte d'Azur, c'est pourquoi je répondis :

- Bien sûr !

- Parfait ! Alors t'as juste à conduire un bateau en Arctique jusqu'en Alaska.

Comme un bon petit soldat, je n'ai pas posé de questions, j'ai accepté la mission, et je me retrouvais ainsi au beau milieu du cercle polaire avec un bateau de marchandises, avec seulement trois hommes en guise d'équipage. Jusque là, aucun problème me direz-vous. Traverser l'Arctique, avec un bon brise-glace, on peut y arriver facilement.

Sauf que depuis plusieurs années, l'Arctique est devenu un lieu méconnu, en raison d'apparitions de blizzards qui limitent le champ de vision à seulement quelques mètres. Plusieurs pays avaient prévenu que des phénomènes étranges s'y passaient, mais j'en avais cure. Moi, c'était seule la petite fortune qui m'intéressait. Les risques du métier, je les connaissais, je n'étais pas un matelot tout de même ! J'y suis donc allé.

Au beau milieu du voyage, alors que tout allait bien, notre bateau percuta soudainement quelque chose, brisant entièrement le devant du bateau. Pour moi et mon équipage, se retrouver à la mer signifiait notre mort immédiate, au vu de la température de l'eau.

En peu de temps, nous avons mis plusieurs couches de vêtements et réuni les affaires les plus importantes. Pourtant, notre bateau dérivait toujours, l'eau n'envahissait pas les cales, nous décidâmes de continuer notre périple. Et d'un coup, le bateau s'enfonça dans l'eau sans raison apparente. J'eus le temps de sauter sur un iceberg, mais ce ne fut pas le cas de mes compagnons qui périrent avec le navire.

Donc, voici ma triste situation : je suis seul sur un iceberg, avec assez de nourriture pour une journée, transi de froid, avec peu de chances que quelqu'un vienne à ma rescousse. Pour résumer : je suis quasiment mort. Pourtant, j'ai l'impression qu'il y a une forme au loin, qui vient vers moi, lentement, pas à pas, qui parfois s'arrête pour m'observer, puis reprend sa lente marche vers moi.

Je n'ose pas faire le moindre geste, car celui-ci pourrait être le dernier, la surface de l'iceberg sur lequel je me trouve est instable. Alors je me contente de fixer cette forme, la suppliant de toute ma volonté qu'elle vienne me sauver. Une heure passe, puis une autre. J'ai l'impression que la forme n'a pas avancé...

Peut-être est-ce une invention de mon esprit malade, peut-être que c'est un espoir impossible qui me fait imaginer cette forme, mais pour moi elle est là, bien réelle. Elle n'a pas de forme déterminée, c'est juste une silhouette qui avance sur la glace.

De nombreuses théories viennent peupler mon esprit, certaines plus rationnelles, car je sais que la probabilité qu'une personne soit ici pile pour moi relève du domaine de l'impossible. D'autres idées sont plus fantastiques. Jusqu'alors, j'avais ignoré les rumeurs fantasques sur le sujet, mais je devais me rendre à l'évidence... Un nouveau triangle des Bermudes, peut-être ?

Les heures passent... La forme ne semble pas avancer. Dans un sursaut de désespoir, je me lève et agite les bras en direction de cette vision. Comme je m'y attendais, la glace cède sous mon poids et je sombre dans les profondeurs glacées. Je ferme les yeux.

Une main me tire de l'océan. Une main décharnée. Un sourire monstrueux m'accueille. C'est la Mort.

Tous droits réservés
1 chapitre de 3 minutes
Commencer la lecture

Table des matières

En réponse au défi

Solitude : Le Grand Froid Blanc

Lancé par Calen Lordfeim

Bonjour,

J'avais proposé, il y a quelques temps, des défis d'écriture à sujet imposé sur une autre plateforme. Si ceux-ci vous intéressent et vous permettent d'explorer de nouveaux horizons, je les ajouterai petit à petit ici.


« Cela fait maintenant plusieurs jours que votre navire s'est échoué dans le grand froid blanc. Vous n'avez rien à manger, rien à boire dans ce désert de glace. Bientôt, vous allez mourir de froid.

Pourtant, si votre esprit ne vous joue pas des tours, vous apercevez au loin une silhouette s'approcher lentement. »


Pour ceux qui veulent ajouter des contraintes supplémentaires, vous pouvez tenter d'intégrer dans votre récit les mots suivants : hérisson, tyrolienne, fusil à pompe, poker, théière, mille-pattes. Vous pouvez aussi essayer d'écrire quelque chose en 717 mots précisément !

Bonne écriture !

Commentaires & Discussions

Chapitre 1Chapitre14 messages | 4 mois

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur l'Atelier des auteurs, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0