Vocation

2 minutes de lecture


Curieusement, Thomas se sentait protégé de l'autre côté de la paroi de verre de son bocal. Etanche aux moqueries et aux humiliations. Il aurait pu se vivre comme une victime mais une partie de lui, enfouie, tout au fond, se sentait en sécurité, loin des atteintes de l'extérieur. Comme si tout cela ne lui arrivait pas vraiment.


Son expérience de la persécution avait permis à Thomas d'observer ses congenères comme un scaphandrier observe les fonds marins, là où les eaux troubles abritent les formes de vie les plus hostiles. De l'autre côté de la paroi de verre derrière laquelle il était emprisonné, il avait noté leurs travers, leur mesquinerie, leurs peurs, leur folie. L'état de délire dans lequel il les plongeait tous faisait l'effet d'une loupe grossissant tous leurs défauts. C'est étonnant comme les gens se révèlent quand face à eux, vous restez passif et muet comme une carpe.


Thomas se demandait parfois si une volonté extérieure ne l'avait pas placé là pour les mettre à l'épreuve, pour les tester, et finalement, pour les punir. La prof de biologie avait été la première à être punie, car elle avait été plus loin que tous les autres dans la perversion.


Il avait acquis la certitude que la nature humaine était une faune dangereuse méritant d'être surveillée et contrainte. Un jour ou l'autre il trouverait le moyen d'empêcher les plus méchants et les plus pervers de ses représentants de nuire aux autres.


Le jour où cette idée, longtemps mûrie dans son esprit, devint un objectif clair, Thomas rentra chez lui et se frappa la tête contre un mur. Le bocal éclata en mille morceaux et il découvrit enfin son vrai visage, un visage ni beau, ni laid, tout à fait passe-partout, qui lui permettrait de se fondre parmi les autres, et de continuer à être l'observateur qu'il avait toujours été.


Durant toute la période où il étudia l'informatique, il ne se lia avec aucun des autres étudiants. En un sens, la vie glissait sur lui comme l'eau sur le corps d'un poisson. Car toutes ses émotions avaient été comme anesthésiées, du moins en surface. La seule chose qui l'intéressait, c'était d'en apprendre toujours plus sur le fonctionnement des réseaux, des algorithmes et de l'intelligence artificielle.


Car de nouveaux genres d'aquariums avait envahi le monde : écrans d'ordinateurs, de tablettes ou de smartphones. Derrière ces vitrines numériques, les gens étalaient leur intimité. Le spectacle était moins joli que dans les vrais aquarium. Toutes les bassesses de la nature humaine, tous les secrets inavouables, toutes les double-vies y étaient visibles. Il suffisait de chercher. Dans les boîtes mail, dans toutes les traces que laissent les internautes derrière eux, dans le brouillard des métadonnées.
Après une longue expérience dans le monde de l'informatique, Thomas s'initia au profiling, avant d'être embauché par une société de surveillance privée travaillant pour le compte du ministère de l'intérieur. Il se sentait bien, à ce poste, la tête dans le cloud. Juste au bon endroit pour mettre en pratique ses connaissances et entrevoir la réalisation de son plan.


Au fond, c'était simple : il n'y avait qu'à laisser dériver les filets et tout ramasser. Râtisser les océans et rafler tous les poissons. Bien sûr, Thomas était là pour débusquer les gros, cybercriminels et terroristes avant tout, mais pour cela, il fallait tous les surveiller. Même les petits. Aucun ne lui échapperait.


C'était maintenant à lui de jouer avec les poissons.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Vous aimez lire Cosmic Ced ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0