Le complexe de la baleine.

2 minutes de lecture

Il y a fort longtemps, ce matin de bonne heure, une baleine tomba follement amoureuse d’un maquereau follement macho [1]. Transie d’amour, elle prit son courage à deux nageoires [2] et alla déclarer sa flamme à l’élu de son cœur.

Hélas pour elle, en plus d’être macho et un grossier personnage, le maquereau était aussi grossophobe [3]. Il se moqua allégrement de son embonpoint et se marra comme une baleine [4] ! Lui, sortir avec une énormité pareille ? Jamais de la vie ! Il ne s’affichait qu’avec de la jolie poiscaille, fine et aux écailles brillantes [5].

Meurtrie, on ne revit plus pendant plusieurs jours la malheureuse baleine qui alla se cacher dans les profondeurs obscures de l’océan.

Après avoir pleuré toutes les larmes de son corps et fait monter le niveau de la mer de façon non négligeable [6], sa peine se mua en colère.

Cétacé, se dit la baleine [7], il est temps de se ressaisir et de se venger [8]. Pendant un mois entier, elle alla à la salle de sport [9] tous les jours et se dessina un corps de rêve, svelte et musclé.

Fière de sa nouvelle apparence, elle décida d’aller trouver le maquereau qui, selon ses sources, se trouvait à Marseille pour une virée en boîte [10]. Lorsqu’il verrait son nouveau corps, il regretterait de l’avoir humiliée ainsi !

Hélas, même si elle était devenue beaucoup plus mince qu’avant, ses fesses, elles, étaient devenues beaucoup trop musclées et rebondies [11]. Ainsi, lorsqu’elle voulu accéder à l’entrée de la cité phocéenne, elle se retrouva bloquée et ses fesses bouchèrent totalement le port de Marseille [12] !

Bien entendu, cela perturba le trafic maritime comme jamais et l’on essaya par tous les moyens de décoincer la baleine [13]. Mais rien n’y fit et l’on dut se résoudre à prendre des mesures plus extrêmes.

La pauvre baleine fut alors débitée en petits morceaux et l’on organisa un fabuleux banquet qui régala petits et grands ! Quant au maquereau, il se laissa bêtement pêcher et finit assaisonné avec de la moutarde [14].

PLUS FAIM [15].

FIN [16].

[1] Un machquereau, donc.

[2] Pas de bras, pas de chocolat.

[3] Franchement, les gars, avant de faire vos difficiles, regardez votre tronche.

[4] Ah ah, quelle ironie.

[5] Des pétasses superficielles.

[6] Les scientifiques se trompent sur toute la ligne. La montée des eaux n’est pas liée à la fonte des glaces mais à toutes ces baleines super tristes.

[7] Merci papa.

[8] On commence à avoir l’habitude.

[9] Ceci est une fiction.

[10] Un maquereau en boîte, c’est drôle, hein ? RIEZ.

[11] VIVE LES SQUAT !

[12] Cette histoire me dit vaguement quelque chose.

[13] On essaya le beurre, l’huile, le chalumeau, le papier de verre et les coups de pieds.

[14] Y en a qui aime ça, moi, je trouve ça dégueu.

[15] La viande était tout de même un peu dure.

[16] Fin de l’histoire. Et de la baleine. Et du maquereau.

Annotations

Vous aimez lire Charlotte Bouillon ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0