9- Félicitations ?

16 minutes de lecture

A jour

Hayden

J'ai à peine mis un pied hors de l'avion que j'extrais mon portable de ma poche et m'empresse de le rallumer.

Installation de la mise à jour en cours s'affiche sur l'écran sombre.

Je suis maudit aujourd'hui ?

Du calme Hayden !

Je viens de passer les quarante-cinq minutes du vol qui me ramenais à Los Angeles à me repasser en boucle le film -à trous- de ma soirée d'hier pour y trouver des réponses, tout en racontant ce dont je me souvenais à Nick, dans une tentative quasi-pitoyable de faire passer mon stress extrême. Moi qui suis plutôt d'un calme olympien ces derniers temps, j'ai pris une claque magistrale ! Je me suis raccroché au fait que je suis certain, après un examen minutieux et approfondi de ma chambre d'hôtel et de ses poubelles surtout, que je n'ai ramené aucune femme là-bas hier soir.

Ou du moins, ce que tu as fait ne nécessitait pas d'être couvert ...

Si mon garde du corps m'a certifié que je suis bien rentré avec Scott, sa femme et la meilleure amie de cette dernière, ou en tout cas celle qu'il a supposé être cette fille, concernant ma solitude dans ma chambre, il n'a rien pu confirmer ou infirmer. La mission de Nick s'est arrêtée dès mon entrée dans le hall. Il est donc simplement allé se coucher sans passer par le bordage qu'aurait bien été capable de lui demander mon manager. Je n'ai néanmoins pas totalement perdu mon temps puisque le fait d'en parler avec lui a fait rejaillir d'autres souvenirs. J'espère juste que ce sont bien des souvenirs et non pas des créations de mon esprit fatigué ; et effrayé. Les seules images qui me reviennent après le club ne font apparaître que trois autres personnes: Scott, Laura, sa copine. Pour cette dernière, c'est encore confus.

Si je me souviens parfaitement de ma journée avec Scott, et plutôt correctement de la cérémonie du mariage à la chapelle, du pasteur, et de quelques-unes des personnes croisées au club par lui suite, je souffre de trous noirs pour la fin de soirée. Je me rappelle avoir vu Brody Hall-Johanson et Zach Pitergham, deux potes qui seront à l'affiche avec moi dans mon prochain film, quand nous sommes arrivés au club aux alentours vingt-deux heures. Ils étaient d'ailleurs très intéressés par la meilleure amie de Laura et se sont même incrustés un peu avec nous. Et bien qu'elle fût éméchée par les verres déjà à son actif, elle ne semblait pas plus séduite par les deux bellâtres. Car je dois l'avouer, même si je suis un mec, j'ai bien conscience que la nature a été plutôt charitable avec ces deux-là .

À leur arrivée, je me suis fait la réflexion qu'elle semblait timide, gardant ses distances, alors que d'habitude les femmes sortent le grand jeu devant eux. Nous. Cela dit, elle s'est montrée courtoise même malgré leur insistance, et leurs promesses salaces pas du tout voilées. Elle a gentiment décliné toutes leurs propositions alors qu'il y aurait eu de quoi les envoyer sur les orties et sans pincette selon moi. Elle a volontiers participé à la discussion de groupe, aussi. Mais moi, j'ai bien vu malgré ses efforts pour le cacher qu'elle n'était pas très à l'aise avec eux.

Elle n'a répondu favorablement à aucune de leurs tentatives de rapprochement. Aucune. Ce qui pourtant n'a fait que les conforter dans leur envie de la faire succomber. Une femme qui leur résiste, ça ne doit pas arriver souvent ! Et j'étais là pour assister à ce double échec cuisant. Un naufrage qui les a fait patauger, eux qui n'ont d'habitude qu'à ouvrir les draps pour remplir leurs drapas.

Un peu vexés et probablement blessés dans leur orgueil masculin, mais très émoustillés par cette possibilité, ils ont quand même fini par demander discrètement à Laura si sa copine n'était pas lesbienne !

C'était très drôle.

Il faut les comprendre, ils avaient besoin de savoir pourquoi elle n'avait pas sauté ni sur l'un ni sur l'autre. Ni sur les deux. Je suis certain qu'ils auraient adoré le plan. Et même si elle n'avait pas aimé les hommes, ces mecs ne refusent jamais un défi ! Question de fierté. Je suis pareil.

Ose dire que toi non plus tu n'y as pas envisagé la scène : elle et deux mecs ...

Pour autant, Laura ne leur a pas explicitement donné de réponse, se contentant de rétorquer que son orientation sexuelle n'avait aucune d'importance, les faits étant ce qu'ils étaient : elle n'était pas réceptive à leurs charmes, ils n'avaient donc pas à chercher plus loin une explication. Ça leur a cloué le bec mais ils ont tout de même juré tous les dieux en se serrant la main comme un challenge qu'ils retenteraient leur chance à la prochaine occasion car « cette fille est trop bandante ».

Quelque chose du genre.

Et après ils se demandent pourquoi elle n'a pas été enivrée par leur présence ? À l'occasion, je pourrai les vanner avec cette défaite mémorable !

Avoue qu'elle n'était pas trop mal quand même la demoiselle

Je ne sais plus !

La suite est vague, mais je pense être resté avec eux. Et c'est ça qui me fait peur. Ou qui me soulage. Je ne sais pas.

Je mettrais presque ma main à couper que j'ai passé l'intégralité de ma soirée avec eux. Il n'y a donc pas trente-six explications possibles. Et en toute honnêteté, je préfère largement cette déduction, lumière rassurante au bout de ce sombre tunnel, à une autre qui serait plus dramatique. Parce cette fille au moins, même si je ne ne sais plus précisément à quoi elle ressemble et que je ne la reconnaitrais peut-être pas si je la croisais dans la rue dans dix minutes, -ce qui n'est pas réellement important aux vues de la situation-, que je ne la connais pas, je sais qui elle est.

À en croire Nick, il n'y aurait pas vraiment de doutes possibles. Il m'a vu entrer dans la chapelle accompagné de Scott et de deux jeunes femmes blondes peu avant minuit. D'après lui, nous sommes restés plus longtemps là-dedans que pour le mariage que la première fois. À moins qu'ils aient oublié un truc qui nous aurait fait y retourner ?

Bordel, Bordel ! Bordel ! c'est le chaos !

Bon, restons sur le plausible : dans la mesure où je n'ai pas pu épouser Laura, c'est donc que je me suis marié avec sa meilleure amie. Ou alors... je suis ressorti après qu'on s'est dit bonne nuit et là ... c'est vraiment la merde et je ne vois pas comment je pourrais m'en sortir !

Bordel ! Comment on peut oublier un truc pareil ?

Tu t'en souviens puisque tu te vois lui dire « oui »

Pas faux. Je me vois dire oui, sauf que je ne sais pas à qui !

Désarçonné et perdu une fois de plus dans ma réflexion embrouillée, escorté par mes gardes du corps, je ne me suis pas aperçu que le mode pilote automatique de mon corps m'avait déjà mené dans le hall de sortie de l'aéroport LAX. Je ne vois pas la foule qui m'entoure et quitte ma torpeur en entendant des gens crier mon prénom :

— Hayden ! Hayden !

Indisponible pour le moment ...

Oh non, pourvu qu'elle n'ait pas averti la presse...

Mon téléphone toujours à la main et à présent bien allumé, je me hâte de composer le numéro de téléphone de mon meilleur ami mais n'appuie pas sur le bouton d'appel. Je ne suis plus à cinq minutes près après tout...

Le reste de l'équipe de sécurité nous a rejoint et garde les fans à bonne distance, mais je n'aime trop snober les gens à l'instar de célébrités mégalos qui ignorent sciemment leur public. Nous sommes ce que nous sommes aussi grâce à eux. En plus, je suis agréablement surpris que personne n'évoque un mariage. Mon mariage. Donc ils ne savent pas. Ou pas encore. Et puisqu'ils m'ont reconnu alors autant jouer le jeu quelques minutes. Entre les fans et les paparazzi, j'ai choisi mon camp il y a bien longtemps !

Je pratique donc là le minimum syndical dont je suis capable au vue de ma situation que je m'efforce de mettre sur pause. Je retire ma casquette, mes lunettes de soleil, souris et fais quelques signes de main pour les saluer. J'accepte plusieurs selfies, mais uniquement avec des jeunes et des ados pour leur faire plaisir. Je gribouille une quinzaine autographes mais en refuse un à une femme qui souhaite absolument que je le lui fasse sur la poitrine ! Y'a quand même des enfants autour de nous ...

Une fois satisfait de moi-même, j'avertis Nick à l'affut d'un signe du menton afin qu'il comprenne que je suis prêt à quitter les lieux. L'équipe se resserre autour de moi et je revois enfin la lumière du jour de L.A, heureux de retrouver une chaleur moins aride qu'à Vegas...

Mais mon problème n'est pas resté dans le Nevada. Ce qui se passe à Vegas reste à Vegas... Tu parles d'un adage !

Des paparazzi sont comme toujours postés aux abords des entrées et sorties de l'aéroport pour guetter des célébrités, mais de même qu'avec les fans quelques instants auparavant, aucun d'entre eux n'évoque mon mariage.

Donc elle n'a rien dit. Qui qu'elle soit.

Je me poste devant mon SUV aux vitres teintées qui m'attend au bord du trottoir, et salue Nathan, mon chauffeur. Ce grand blond aux yeux clairs est le parfait représentant des surfeurs californiens, avec tout l'attirail réglementaire : cheveux ondulés et peau toujours bronzée quelle que soit la période de l'année. Mais sous ses airs de midinet tombeur de ces dames, Nathan n'a rien à envier à ses collègues. C'est un pro et en pilotage il excelle. Manque de chance pour lui qui adore être au volant, je préfère le plus souvent conduire moi-même pour profiter de mes bagnoles.

Ayant besoin d'intimité aujourd'hui, je demande à Nathan de monter dans le véhicule de l'équipe de sécu et je grimpe à l'avant côté passager, Nick prenant la place du conducteur. Il faut que je téléphone à Scott et donc mes deux mains doivent être libres. Une fois le moteur en marche, mon chauffeur du jour s'insère dans la circulation de la cité des anges. On va passer chez moi pour que je me douche et que je me change avant mon rendez-vous. Nerveux, la poitrine serrée, je prends une grande inspiration en fixant l'écran de mon téléphone. Nick, s'apercevant de mon trouble rompt le silence :

—Tu sais Hayden, ça n'est pas en lorgnant ton téléphone comme ça que la réponse va arriver comme par miracle ...

Et ce moment que choisit justement mon portable pour sonner. Le visage de Scotty s'affiche en grand. Je me tourne vers Vega qui a de nouveau les yeux braqués sur la route, lui montre l'objet et lâche avec un sourire crispé :

— Ou pas ! Tu es meilleur garde du corps que médium Nick !

Sur cette boutade un brin apaisante, je décroche en enclenchant le haut-parleur. Je n'ai plus rien à cacher à Nick sur cette escapade à Las Vegas il me semble.

— Hayden je suis content que tu répondes tu ne peux pas savoir ! Je ne vais pas y aller par quatre chemins, ne m'en veux pas. Laura est dans tous ses états ! s'exclame mon pote.

— Et moi donc, grincé-je. Tu n'imagines même pas ! On en a fait des conneries mec, mais celle-ci est prodigieuse ! Si je n'ai pas l'oscar pour mon jeu d'acteur cette année, j'aurai au moins la palme pour Le mariage surprise de l'année !

Il parait étonné que je sois au fait de ma situation. Mais j'ai quand même une alliance au doigt Nom de Dieu !

— Donc tu sais ce qui s'est passé ?

— Oui ! J'allais t'appeler. J'ai atterri il n'y a pas vingt minutes mais des fans m'ont reconnu dans le hall de LAX.

Je passe ma main dans mes cheveux, pour les occuper, pour éviter de donner des coups de poings dans l'habitacle. Il faut que je me calme, mais la colère monte en moi tel un volcan sur le point d'entrer en éruption :

— Merde Scott! Je suis en équilibre au bord d'une falaise depuis que je suis entré dans l'avion et que j'ai compris ce que j'avais fait ! J'ai vu l'alliance ! Une.Putain.d'Alliance ! Et je me suis imaginé tout le vol qu'en débarquant j'aurais les paparazzi au cul, que la terre entière serait déjà au courant ... Bon sang ! Moi qui voulais faire la peau à Joey pour m'avoir pris la tête ce matin et qui comptais lui remettre les pendules à l'heure ce soir, c'est moi qui vais me faire étriper !

— Pourquoi ?

— Il s'est montré soupçonneux au téléphone. Il a braillé des hypothèses sur le motif de notre déplacement à Las Vegas tous les deux qui m'ont mis hors de moi !

— Quoi il recommence ? énonce-t-il comprenant de quoi il s'agit.

— Oui, validé-je le front contre la vitre. Je lui ai même fait un sermon sur notre sérieux pour qu'il me lâche ! Je l'ai envoyé chier en beauté en lui disant qu'on était des adultes et que je n'en avais pas fini avec lui et cette discussion ! Alors que je me suis marié à une inconnue parce que j'étais bourré ! hurlé-je à bout de souffle. Je n'ai pas fini d'en entendre parler de cette virée à Vegas !

Non c'est sûr que là, j'ai signé pour deux décennies de remontrances.

— Calme toi mon pote. Moi aussi je me suis marié je te rappelle.

— Oui, mais toi ta femme, tu la connais ! Et cerise sur le gâteau, tu es amoureux d'elle !

Il ne peut pas comparer l'incomparable !

Bon tu la poses ta question ou un sert le thé ?

J'allais, mais il me devance avec sa remarque qui entraîne un éclaircissement de circonstances :

Pour Joey, je lui parlerai en rentrant, pour le moment, soupire-il alors que je l'imagine se gratter les joues, élude au possible et dis-lui qu'on avait besoin de s'évader de L.A. Ça ne me plait pas de devoir cacher mon mariage à tout le monde, et tu sais que j'adore Papi même s'il est casse-couilles-parano, et que je ne veux pas te demander de mentir pour ...

— Scott, détends-toi frérot.

— Laura et moi avons tout prévu. Joey sera mis au courant dès que nos familles respectives auront été averties, m'assure-t-il avec assurance. On garde tous les quatre le secret quelques jours...

Je jette un œil à Nick qui se tend plus qu'une corde d'étendoir puis interromps notre ami pour corriger l'inexactitude du nombre en me raclant la gorge:

— Tous les cinq, Scott.

— Cinq ? s'étonne-t-il. Mes gardes du corps comptent pour un ou j'ai raté un truc ?

Oui, un manager qui me fait pister !

— Scott, il faut que tu saches que Nick était à Vegas hier, sur ordre de Joey, l'informé-je en jetant un œil attentif à mon ami. Je ne l'ai appris que ce matin quand je l'ai trouvé planté devant l'aéroport, comme un beau gros cactus rigide !

— Enfoiré... grogne la montagne de muscles.

— Il savait avant moi pour mon propre mariage, mais il n'a rien dit avant que je ne lui pose la question sur la présence d'une alliance hors de prix à mon doigt ! Si tu avais vu sa tête ! Il était plus penaud qu'une none devant un film porno ! Ça valait le détour ! Ne lui en veux pas, il ne faisait que son travail. Du coup Nick a compris pour ton mariage aussi.

— Félicitations Scott ! lance l'intéressé de sa voix rugueuse pour faire savoir à notre pote qu'il est à mes côtés.

— Merci vieux ! Promis, nous fêterons ça ensemble comme il se doit. Je suis désolé...

— Ne dis pas n'importe quoi ! Tu as bien fait, vraiment. J'ai hâte de rencontrer ta femme et que tu me racontes tout ! Jess va être aux anges qu'une nana rejoigne enfin le groupe...

Oui c'est sûr que si elle comptait sur toi...

— Bon je voudrais pas casser l'ambiance, mais peut-on revenir à mon putain de problème marital !?

— Pardon, oui, donc...

— Ça m'arrache la gueule de sortir ce mot, mais pitié Scotty, prié-je les yeux fermés, dis-moi que tu sais avec qui je me suis marié !

Pourquoi il ne dit rien ? je déteste ses longs silences qui hurlent une suite fracassante.

— Merde mec, tu ne sais vraiment pas qui est ton mari ? Nooon !!!

Mari ?

Ah ouais quand même...

Je me tourne vers Nick et le vois se raidir sur son siège, presque autant que je me liquéfie à vue d'œil. Seuls ses yeux sont encore mobiles, cherchant la solution à l'équation, à ce qu'il a raté de ma soirée. À mon équation !

— Hayden ? T'es toujours là ?

Alors celle-là je ne l'avais pas vu venir !

Moi non plus ...

J'ai beau chercher moi aussi, rien. Pourvu que je n'aie pas épousé un des deux dragueurs compulsifs avec qui on était hier j'ai au club ! Un collègue ! Je les connais, ivres, ils sont capables de tout...tout mais pas ça ! Ça ferait de gigantesques choux gras aux médias qui aiment se repaitre des « coming-out » des célébrités.

N'importe qui, mais pas un de ces ceux-là !

Sûr ?

Ok, j'ai bien une liste exhaustive de qui je ne veux pas avoir épousé dans cette vie. Ni dans une autre !

— Heu oui, oui je t'entends toujours, répliqué-je d'une voix d'outre-tombe.

— J'aurais dû t'appeler en Facetime mon pote ! Je suis sûr que tu fais une tête de dix pieds de long et que t'es complètement sur le cul ! s'exclame-t-il mort de rire à l'autre bout du fil. Je paierais cher pour voir ta tronche Hayden !

Ok il plaisantait, comme si c'était le moment ! Je suis à un doigt de la crise cardiaque, j'hyperventile et ce con trouve opportun de plaisanter ? J'ai envie de lui démonter la tronche à coup de pelle !

Calme-toi Hayden ...

Ok... œil pour œil mon pote ! Tu me le paieras ...

— Scott sale enfoiré ! T'es lourd ! Tu trouves que c'est le moment de te foutre de moi? Tu ne mesures pas ta chance de pas être en face de moi, je t'aurais refait le portrait sur le ring!

— Pardon excuse-moi, réplique -t-il mais toujours riant. C'était vraiment trop tentant. Impossible que je ne te la fasse pas celle-là !

Ou sur le capot !

Oui pas faux ... Elle était plutôt drôle quand on y pense.

Il prend quelques secondes pour virer sa non-désopilante hilarité puis poursuit :

— Bon plus sérieusement, tu as bien épousé une femme Hayden. Mais tu ne sais vraiment pas qui ? Tu ne te souviens de rien ?

— Pour être franc avec toi, je me souviens d'une partie de la soirée mais j'ai des vides, surtout sur la fin. D'habitude le brouillard de l'après cuite ne me dérange pas plus que ça, mais à la vue l'alliance que je porte, tu comprendras que dans ce cas précis, je suis en train de devenir dingue ! J'ai tourné le truc dans tous les sens.

— Et ?

— Et j'ai effectivement une idée sur l'identité de l'heureuse élue. J'espère que je ne me trompe pas. Ça serait la moins pire des possibilités que j'ai envisagées jusqu'à maintenant, lui avoué-je désabusé.

— Et ta conclusion ? Qui est d'après toi l'élue mais qui crois-moi mon frère, ne sera si heureuse quand elle l'apprendra, m'explique-t-il avec insistant bien sur « crois-moi ».

Moment de vérité.

Roulement de tambours.

— La meilleure amie de ta femme ? articulé-je prudemment du bout de la langue. Eh mais attends un peu, pourquoi ne serait-elle pas heureuse de s'être mariée avec moi ?

Fierté masculine quand tu nous tiens !

C'est vrai, pourquoi elle serait autre chose qu'heureuse d'être mariée avec moi, cette fille ? Et si ça se trouve, c'est pour ça qu'elle n'en avait rien à faire des avances des deux gus. Qui ne serait pas aux anges d'avoir mis le grappin sur l'un des célibataires les plus convoités des États-Unis ? Même si cette union n'est pas un vrai mariage au sens commun du terme ! Qui n'aimerait pas se vanter d'avoir épousé une célébrité, comme dans une série B ?

Oui... fierté masculine.

Grosse fierté, confirme ca conscience

— Pourquoi une jeune femme ne serait-elle pas heureuse de s'être mariée à un type qu'elle ne connaît pas tu veux dire ? C'est bien ça ta question Hayden ?

— Pas seulement à un type qu'elle ne connaît pas, à moi !

— Waooow Waooow Waooow mon pote depuis quand tu as la grosse tête toi ?

—Je n'ai pas la grosse tête ne dis pas n'importe quoi ! Je suis plutôt réaliste, c'est tout ! Tu en connais beaucoup toi des femmes qui n'aimeraient pas se lever un matin et découvrir qu'elles ont épousé un multimillionnaire connu pendant la nuit ?

Moi, non.

— OK je comprends ton raisonnement. Je ne sais pas si j'en connais beaucoup, mais j'en connais au moins une. Crois-moi Hayden, elle ne va pas aimer du tout cette nouvelle ! m'assure-t-il gravement. Pas du tout !

— Cette nouvelle ? Tu veux dire qu'elle ne s'en souvient pas elle non plus ?

Bingo Sherlock.

— Nous n'en sommes pas sûrs à vrai dire, me répond-il après un silence. À priori, elle est sujette aux black-out après une cuite et elle n'aurait pas l'habitude de boire. Et vu ce qu'elle a consommé hier, il y a de fortes probabilités qu'il soit nécessaire de la mettre au courant de la chose.

J'assimile les infos, perdu dans l'espace-temps. Il n'a toujours pas donné de prénom, ni confirmé ni infirmé ma supposition. Au fond de moi, une secousse se fait sentir, un tremblement en écho à cette hypothèse que quelque part, j'espère véridique. Non, c'est plus cela : en mon fort intérieur, je sais que c'est ça. Que c'est elle. Si je n'ai ni image ni son, une vibration intime acquiesce.

— C'est qui elle, Scotty ? insisté-je pour l'entendre de sa bouche, l'air ayant déserté la mienne.

— Félicitations mon pote ! s'exclame-t-il. Tu vois que tu avais la réponse à cette question ! Et pour info, la meilleure amie de ma femme s'appelle Livia. Et c'est sa sœur, ajoute-t-il.

Livia.

Livia. Sa sœur, assimilé-je lentement. Comment ça, sa sœur ?

C'est le moment de se la jouer généalogie ?

Non, c'est vrai. J'ai plus urgent. Bien plus. Maintenant, il va falloir trouver comment annoncer la nouvelle de ce mariage à la femme de ma vie.

Annotations

Vous aimez lire Line P_auteure ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0