28- La Gare

12 minutes de lecture

Laura.

     Je devais voir ma sœur.

     Même si elle m'en veut, même si elle me déteste, j'ai pris ce risque. Je sais qu'elle n'osera pas d'esclandre devant Mila, puisqu'elle ne peut rien dire. À personne. Oui, je fais ma peste. Mais il faut ce qu'il faut. Je séché une réunion d'équipe, et ça me laisse de marbre. J'aime Livia plus que tout, on ne peut pas se séparer fâchées.

     Je m'en veux tellement. Une culpabilité qui me ronge jusqu'à l'os. Je tape un sms, puis l'efface, encore et encore. Parfois, les écrits sont plus simples... Je range mon téléphone au fond de mon sac. La gare de Lyon s'élève devant moi. Quinze heure quarante et un. Elle devrait déjà être arrivée.

     Sven se gare sur le dépose-minute et je saute du SUV. Scott m'a rejointe. Incognito, adossé à un mur, un journal à la main, ses lunettes de soleil et une casquette sur la tête. C'est d'abord Malone que j'ai repéré de loin, un de ses gardes du corps. Pas d'effusion ici pour ne pas attirer l'attention sur nous. Manquerait plus qu'on créé une cohue, Livy me tuerait !

     Mon mari me suit en silence jusqu'au hall 2. Les filles prennent toujours une collation avant le départ. Surtout Mila à vrai dire ! Une des raisons qui fait qu'on s'entend si bien, elle est moi. J'ai beaucoup d'estime pour ce petit brin de femme qui a su se faire une place de choix dans le cœur fermé de ma sœur. Elle prend soin d'elle pour moi, et savoir que Livy n'est pas seule m'aide à surmonter la distance qui nous sépare. C'est grâce à Mila que ma Baby a un semblant de vie sociale. Elle lui met des bons coups de pieds aux fesses pour que Livy ne soit pas toujours seule enfermée chez elle.

      Je sais que j'ai une lubie, Baby a raison, mais je l'aime. J'ai peur pour elle, je n'y peux rien. L'histoire m'a déjà prouvé que j'avais eu tort de ne plus m'en faire pour elle. Je refuse de revivre ça.

     Plus nous avançons, plus une mélodie que je connais bien se fait entendre : Take Me To Church de Hozier. LA chanson de Kate. Elle l'adore, la fredonne du matin au soir, de la douche au bloc !

     Une petite foule s'est accumulée devant la zone du piano mis à disposition par la gare. Livia et Mila ne doivent pas être loin, la pâtisserie étant à proximité. En plus du piano, je perçois une basse il me semble. La voix masculine est puissante, juste. Parfaite pour cette chanson. J'essaie de me faufiler à travers la foule, ma main bien logée dans cette de ma star de marie. Puis je reconnais la vois de Livia accompagnant le chanteur en arrière son. Je l'entends avant de la voir.

     Je lève les yeux vers Scott qui hoche la tête pour me faire dire qu'il a compris lui aussi. J'avance. C'est bien ma sœur qui fait les chœurs et au piano aussi ! Trois hommes sont debout : le chanteur, le bassiste, et le dernier qui fait virevolter son violon sur quelques notes. Moi aussi j'aime cette musique. Soudain, c'est la voix Soul, pleine de coffre , époustouflante de Livia qui entame le refrain :

Take me to church
I'll worship like a dog at the shrine of your lies
I'll tell you my sins so you can sharpen your knife
Offer me my deathless death
Good God, let me give you my life

(...)

Jusqu'à la dernière note, je n'ai d'yeux que pour elle. Elle est de dos, face au piano, mais c'est elle que je fixe. Des applaudissements et des sifflements de contentements s'élèvent. Je m'y mêle.

     Moi, j'ai toujours chanté d'aussi loin que je m'en souvienne et je raffole des soirées karaoké. C'est mon moment de folie. Après le décès de sa famille, les mois où elle a vécu à la maison, j'entendais souvent Livia chantonner, se pensant seule. C'était pour garder le lien, leur parler. Des hommages à ceux qu'elle a perdu. Là où avant elle mettait une joie de vivre à ressusciter une momie, ses chants n'étaient plus que tristesse et mélancolie. Douleur. Sa voix, j'en pleurais tant elle me faisait vivre ses émotions terribles, ses blessures si profondes.

     C'est toujours le cas. Quand Livia chante, elle se libère, elle redevient elle. Maintenant, j'ai des frissons à cause des vibrations qu'elle nous balance.

     J'ai vu ma sœur dépérir, presque mourir de chagrin. Je ne veux plus que la voir sourire, vivre. Et alors qu'elle remontait enfin la pente, j'ai tout gâché...

— Bordel, ce n'était pas mal hein !

— Pas mal ? Tu l'as tendu comme moi à l'hôtel Scott ! C'est plus que pas mal !

— Tu as raison. On pourra vous départager à la prochaine soirée Karaoké alors ... raille-t-il.

— Ne t'avance pas trop. Devant toi, elle ne chantera pas.

— Je trouverais bien un moyen ma chérie. Allez, va la voir avant qu'elle ne te file entre les pattes.

     Il a raison, je suis là pour elle. Ma sœur et Mila saluent les trois musiciens puis s'éloignent dans une discussion animée. Je hâte le pas, rattrape ma sœur par l'épaule. Elle sursaute et se retourne, prête à en découdre avec la personne qui a commis le crime suprême : la toucher. Choquée de me trouver là, elle s'immobilise.

— Laura ? Qu'est-ce que tu fais là ? lance-t-elle en français.

— Oh Laura Bella ! Je suis contente de te voir ! la pousse Mila avec un grand sourire.

     Sourire qui se fige dès qu'elle se rend compte de qui m'accompagne.

     Comme dirait ma petite sœur : « elle a vu une licorne magique ? »

     Tout à coup, je me dis que c'était peut-être une très mauvaise idée que Scott vienne avec moi. Mila est LA groupie par excellence. Si Livia aime bien se détendre en lisant la presse people ses applis, Mila elle fait tout pour s'incruster dans les soirées où elle pourrait voir du beau monde. Côté mecs, elle est ce que j'étais avant de rencontrer l'homme de ma vie : une dragueuse-romantique compulsive. Malheureusement, elle n'a pas réussi à contaminer ma sœur qui ne jure que par les relations éphémères.

     Bref. Mila Monténégro est une groupie. Une gentille groupie, mais une groupie quand même.

     Elle m'a même envoyé un texto hier, sollicitant ma bienveillance pour ne rien balancer à Livia, et me demandant des autographes : un de Scott, bien sûr, mais aussi un d'Hayden, puisqu'elle était au courant qu'il était à Paris. Je devais glisser le tout dans ses bagages. Elle se serait débrouillée pour la suite ... Cette fille est dingue.

     Alors à moins de trois mètres de mon homme, j'espère qu'elle ne va pas faire une syncope ou ameuter la gare entière dans ses cris. Je préfère qu'elle fasse une syncope ! Désolée, j'assume.

On est plus à cela près ...

     Livia capte mon trouble et attrape Mila par l'épaule.

— Mila, tu ne cries pas, tu ne hurles pas, personne d'autre ne doit le reconnaître, c'est clair ? Sinon ... Tu vois les rails ?

     Mila hoche la tête.

— Tu vois tes jambes ?

     Elle acquiesce encore.

— Parfait, fais le rapprochement !

     Oh la vilaine ! Prête à balancer sa copine pour défendre mon homme ! Enfin, surtout pour ne pas qu'on puisse faire le rapprochement entre lui et elle, elle et moi ... mon Dieu, comme j'appréhende le jour où on va devoir annoncer son divorce ... je veux dire son mariage. Leur mariage/divorce ! Ce sera l'apocalypse pour ma sœur, elle va se terrer au fin fond de la Mongolie!

     La belle brune déglutit et ne sait plus où regarder. Livia rigole, dépose une bise bruyante sur la joue de son amie.

— Détends-toi c'était pour rire ! J'enverrai juste ta valise sur les rails, toi je te garde, lui dit-elle sérieusement.

     Nous nous décalons, à l'abri des regards indiscrets.

— Mila, je te présente Scott, officiellement, je veux dire.

     Scott lui tend poliment la main.

— Enchantée Mila. Ravi de faire votre connaissance. J'ai beaucoup entendu parler de vous, et en bien, rassurez-vous !

— Heu ... je ... bégaie-t-elle, je suis ravie aussi monsieur Hartley. Vous ... parlez français ?

     Monsieur ? C'est plus grave que ce que je croyais. Mila a un problème de connexion neuronales il faut vite appeler le SAMU.

— Scott, la corrige-t-il gentiment. Et oui je parle français. Chose qui semble-t-il est à peine croyable !

Il lance clin d'œil moqueur à Livy qui lui tire la langue. Cet homme est un ange tombé du ciel. J'espère qu'un jour, Livia connaîtra cet amour sans borne que l'on porte à celui ou celle qui nous est destiné, et qu'elle sera autant aimée que moi, je l'aime.

— Laura m'a dit hier que vous vouliez un autographe. Si vous avez un papier et un stylo, ça peut se faire.

     Boom, bravo mon chéri !

     Livia comprend de quoi il retourne et assassine littéralement Mila du regard.

Bon, au moins elle ne sera pas en colère que contre moi au moins ! me dis-je.

     Oui c'est puéril, mais je me raccroche à ce que je peux. Mila semble embarrassée mais ne va pas rater cette occasion. Elle fouille dans son sac à main et en sort un petit cahier à pensées que je reconnais. Livia le lui avait acheté à Londres durant un de nos week-ends. Elle l'ouvre, le tend à Scott avec qu'un stylo. Scott s'éloigne et gribouille dessus, le referme et le lui rend.

— C'est très gentil à vous.

— Oh mais de rien. Et pour Hayden, je m'en occupe, ajoute-t-il en rajoutant une mega couche.

     C'en est trop pour Livia qui explose mais maîtrise les décibels de sa voix. Elle est encore plus effrayante que d'habitude. Rouge de rage.

— Putain de merde Mila qu'est-ce que tu as fait ? Tu as écrit à ma sœur pour avoir un autographe de Scott et d'Hayden Miller ?? siffle-t-elle à deux doigts de lui sauter dessus.

— Heu c'est ... que ... Livy ... tu m'avais dit ... et puis je voulais ... tu vois ?

     Ce n'est pas très clair en fait, mais je ne vais pas l'enfoncer plus. Et puis je viens de regagner mes galons de sœur. C'est extrêmement rare qu'elle m'appelle ainsi, même si je sais que c'est ce que je suis pour elle. Je suis au fait du pourquoi elle parle de moi comme « sa meilleure amie ». J'ai appris à vivre avec, même si quelquefois c'est dur d'encaisser cette distance qu'elle met entre nous de cette manière.

— Mais qu'est-ce que je vous ai fait à tous ?

— Rien Livy je t'assure je voulais juste ...

— Hayden Miller ? Pourquoi tu as demandé un autographe de lui ? Mila c'est ce ça que tu voulais me parler dans le train ?

— Bah oui ... répond-elle à demi-mot comme une enfant qui se fait réprimander. J'ai vu sur le Daily que Scott Hartley et Hayden Miller étaient à Paris. Alors avec toi et Laura ici, et Laura étant mariée à Scott Hartley, je me suis dit que forcément, tu avais dû les croiser. Bon Scott naturellement, c'est ton beau-frère, mais Hayden Miller !!! couine-t-elle suppliante. Et tu ne veux rien me raconter Livia, c'est très frustrant pour moi ! Hayden Miller !

     Oui, on a saisi ... Hayden Miller.

     Nous faisons au mieux pour parler à voix basse.

— Je ne te raconte rien parce que Scott fait partie de la vie PRIVEE de Laura, et je t'ai dit que tout ce que les gens devaient savoir est dans les interviews qu'ils ont donnés !

— Ok, et tu ne peux pas me parler d'Hayden ? quémande-t-elle les yeux plein de paillettes. C'est au moins la deuxième fois que tu le vois, tu te rends compte !

     Oh oui elle s'en rend compte Mila. Et pas qu'un peu.

Si elle savait ...

— Je n'ai rien à dire, soupire Livy en levant les yeux.

— S'il était là, tu l'aurais encore vexé Livia, tu sais ? blague Scott.

— Oh nom d'un Louboutin de Noël ! Tu as vexé Hayden Miller ?! s étrangle-telle. Livia ! Mais tu es folle ! Tu lui as dit quoi ? J'aimerais tropppppp le rencontrerrrr moiiiiiii !

Elle devient chèvre ou bien ?

— Merde alors, ferme la bouche Mila ! Tu me fous la honte et tu vas avaler une mouche ou pire, une bite baveuse !

     Elle a dit quoi ??

— C'est un type comme un autre, réplique-t-elle excédée. Un peu casse-pieds à tendance dominateur parce qu'il a une belle gueule, trop sûr de lui parfois. Ça te convient comme tableau?

— ... Mais beau comme un Dieu Grec, bave Mila. Ce mec est une bombe ! J'aimerais vraiment le rencontrer.

— Toi ce que tu veux c'est surtout le mettre dans ton lit !

— Si je peux joindre l'utile à l'agréable ... avoue Mila sur le ton de l'évidence.

     Heu non, miss Monténégro, tu ne peux pas. C'est quand même le mari de ma sœur, même si toi tu ne le sais pas encore, et même si Livia ne veut pas appeler un chat un chat. Ils sont mariés et Hayden a plutôt intérêt à ne pas « tromper » sa femme s'il veut conserver intacte son service trois pièces et toute possibilité de procréation. Je me fous que Livy lui ait affirmé le contraire sous prétexte qu'elle se fiche réellement qu'il aille sauter des femmes en catimini alors qu'ils sont mariés. Mieux vaut pour lui qu'il garde sa queue loin d'une chatte.

— Oh et après tout, ce n'est pas à moi de décider de qui baise avec qui ! s'énerve Livia.

     Qu'est-ce que je disais ?

     C'est son mari, d'une manière ou d'une autre, je vais lui faire imprimer l'information, moi je vous le dis !

     Le message SNCF annonçant le TGV de Livy et Mila retentit. Je n'ai même pas pu parler à ma sœur.

— Mila, j'aimerais dire deux mots à ma sœur en privé, cela ne te dérange pas ?

     Je l'enlace pour ne pas lui laisser le choix à vrai dire. Puis je lui glisse à l'oreille :

— Prends bien soin d'elle s'il te plait, et ne la questionne pas sur Hayden. Elle ne te le dira pas mais elle signé un accord de confidentialité, mens-je pour éviter à ma sœur de le faire plus qu'elle ne l'a déjà fait.

     Scott a pris Livia dans ses bras. Il l'embrasse plusieurs fois sur les cheveux, lui parle à voix basse. Je ne sais pas ce qu'il lui dit, mais ça la fait doucement rire. J'adore voir ma petite sœur ainsi. Je les regarde tendrement. Une larme d'émotion roule sur ma joue, mon cœur se serre. Je ne veux pas la quitter.

— Pas de soucis, je vous laisse. Ravie d'avoir fait votre connaissance Scott. J'espère à dans quinze jours alors Laura !

— Plaisir partagé, lui répond mon époux en s'avançant pour l'étreindre amicalement

     Elle parait surprise, comme moi qui suis jalouse comme un pou affamé, mais lui rend son Hug à l'américaine. Une fois tous les trois, je me lance rapidement :

— Livia, je ne suis pas là pour me faire pardonner. Je voulais juste m'assurer que tu te sens bien, juste te voir d'accord ? Ta prestation tout à l'heure était à couper le souffle, dis-je avec fierté. Tu es tellement belle baby et je t'aime tellement tu sais.

— Laura ne pleure pas, soupire-t-elle en essuyant mes larmes de ses doigts. J'ai besoin de temps Laura, et je vais gérer, comme toujours. Arrête de t'inquiéter pour moi. Profite de ta vie de jeune mariée !

— Ta sœur a raison Livia, c'était génial de t'entendre. Et je te l'ai déjà dit : ne soit jamais gênée avec moi, pour moi maintenant, tu es aussi ma sœur maintenant, ok ?

     Je vois et sens chacun des muscles de Livia se tendre. Elle a du mal avec le concept de la famille puisqu'elle a perdu la sienne ; celle avant nous. Mes parents, ma sœur, et maintenant Scott, nous sommes sa famille, mais il devient urgent de briefer mon mari sur les mots à éviter devant elle pour ne pas lui faire remonter de mauvais souvenirs. Comme maintenant. Un voile sombre passe sur ses yeux, mon ventre se contracte. Sa remarque partait d'un bon sentiment, je le sais, et Livy aussi.

— Merci Scott, ça me touche beaucoup. Bon, je file. Dites à Miller qu'il a une prétendante en la personne de Mila Monténégro. Elle ne va pas me lâcher avec lui vous savez !

     Elle nous accorde chacun un câlin rapide puis part sans se retourner.

— Rentrons mon cœur, me murmure Scott en me prenant par la taille.

— J'espère qu'elle me pardonnera. Je ne peux pas vivre sans ma sœur, reniflé-je...et il faut qu'on parle, mon chéri, lui annoncé gravement.

_____________

Note :

Take me to church : Hozier. Auteur :Hozier. 2013

Trad :

Emmène-moi à l'église

Je m'agenouillerai comme un chien au pied du santuaire de tes mensonges

Je te confesserai mes péchés, tu pourras aiguiser ton couteau

Offre-moi cette mort éternelle

Bon Dieu, Laisse-moi te donner ma vie

Annotations

Vous aimez lire Line P_auteure ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0