35- Histoire de fringues

5 minutes de lecture

( Hello ! J'ai hésité à supprimer ce chapitre, et vous pouvez d'ailleurs le sauter. Il ne fait que 1250 mots 5min de lecture, alors il est encore là. Line)

Livia.

Deux double expresso, une douche, deux ibuprofène et une sieste d'une heure plus tard, je me sens fraîche et revigorée.

Je suis en pleine partie de fouilles archéologiques dans ma valise pour trouver de quoi m'habiller pour descendre au quand Laura me rejoint, sa visioconférence terminée et des fringues sous le coude.

— J'ai envie de mettre celle-ci, tu en penses quoi Livy ?

Elle me montrant une robe noire courte à sequins. Ultra moulante et à manches asymétriques, la coupe est parfaite pour elle, mais...

— Pour aller boire un verre ou pour sortir ?

— Juste pour descendre un cocktail en bas. Pour l'endroit où je veux qu'on aille après, je serai un peu plus habillé.

Misère. Je peux revenir sur ce que j'ai dit tout à l'heure ?

— Développe le un peu plus habillée stp, haussé-je un sourcil circonspect.

— Dans le sens un peu plus de tissu Honey ! Ne t'inquiète pas, rien de trop guindé. Enfin un peu quand même, mais il faudra avoir plus de tissu si on veut bouger sans trop en montrer.

— Plus de tissu. Ok, ça me va.

— Et pour la robe ?

— Parfaite, elle t'ira comme un gant.

— Tu veux l'essayer ?

— Non. Trop court, trop moulant. Pas ma taille.

Je trouve mon body.

— On fait la même taille Livia, soupire-t-elle. Et j'ai peut-être une tenue pour toi. Ça serait parfait!

— Montre-moi, sait-on jamais, capitulé-je.

Elle revient moins de deux minutes plus tard.

— Voila ! Alors ? Ça te plait ?

Ah oui , c'est plutôt mon style.

— C'est très beau Laura, mais tu crois que je vais rentrer là-dedans ? Ça à l'air petit quand même.

Elle dépose devant moi une combipantalon vert émeraude fluide, en satin.

La taille est haute et cintrée, exactement ce que j'aime. Les jambes sont si larges qu'on croirait presque qu'il s'agit d'une robe. Parfait donc pour cacher mes hanches et mes fesses -si je rentre dedans. Le haut est plus sexy, évaser avec un décolleté mais avec un gilet ou un blazer, ce sera très bien. Je vérifie. Pas de Boobs side. Ouf.

Le dos en revanche ... Comment dire ... Les deux brides du top se croisent au niveau des omoplates à mon avis, et le reste est du dos est nu, grâce à un décolleté pas sage du tout, en V et très prononcé, jusqu'au bas des reins selon moi.

— Non seulement tu vas rentrer dans cette combi, mais en plus tu vas être fabuleuse Baby !

— Mouais, j'ai comme un doute, dis-je en français.

Gros, le doute.

— Oh Livia, se lamente Laura ... Tu seras superbe, je t'assure.

— Ok je l'essaierai plus tard. Pour le moment, je vais mettre cette tenue.

Un chemisier fin blanc à boutons dorés et une jupe plissée taille haute, noire et or à petits motifs léopard, avec un large bandeau bronze en guise de ceinture. Laura parait halluciner.

— Quoi ?

— Rien ma puce, c'est juste que je suis étonnée.

— Tu la trouves trop courte c'est ça ?

Je positionne la jupe devant moi pour lui montrer.

— Non. Enfile-la. Je veux voir.

— Ok, ferme la porte à clé s'il te plait.

Je retire mon peignoir et me retrouve complètement nue devant Laura. Avec elle, je ne suis pas gênée le moins du monde. Sauf que ... merde. J'avais oublié ça.

— Livy mais c'est quoi ça ? s'étrangle-t-elle. Un tatouage ? Deux ! Baby c'est ... inattendu.

Elle se penche en les détaillant du bout des doigts, sans commenter.

Je les ai faits il y a un mois. Petits. Discrets.

— Tu sais encore compter, éludé-je. Bon, rends-moi ma viande que j'enfile mes sous-vêtements. Au fait, dis-je en fouillant à nouveau dans ma valise, tiens, cadeau !

Je lui tends un sac comprenant un ensemble de lingerie ainsi que le même blazer long que j'avais à Paris.

— Oh merci Baby ! Je suis trop contente !

Cette femme est mariée à un multimillionnaire. Elle n'était déjà pas à plaindre avant, et elle sautille de joie parce que je lui ai offert un blazer à moins de quatre-vingt euros et de la lingerie. J'hallucine ...

— De rien, tout est propre, prêt à être porté.

Je lui fais un clin d'œil et un sourire coquin. Elle éclate de rire. Je vois d'ici qu'elle s'imagine dedans.

Je me glisse dans mon body en dentelle dos-nu qui devrait se faire discret dans la combi verte de Laura. Le maintien de ma poitrine est assuré par un bandeau en silicone qui adhère à la peau mais s'arrête au niveau des côtes. Je suis très fière de cette petite merveille que je mets souvent sous des robes ou des tops à fines bretelles.

— Heu Livy ... Je peux venir avec toi la prochaine fois que tu pars en expédition lingerie ? Il est canon ce body !

— Je confirme, adhère une voix masculine. C'est absolument divin Livy !

— Oh Scott putain de bordel de merde ! m'écrié-je en français en me cachant de ma chemise. Merde Laura tu devais fermer à clé !

— Oh ça va Livy Baby, dit-elle comme si son mari ne venait de me trouver à moitié à poils.

Il a un sourire béat jusqu'aux oreilles mais je vois bien qu'il est en train d'imaginer Laura dans cet ensemble et non de me reluquer salement. C'est d'ailleurs à elle qu'il sourit, le grand dadet !

— Ok j'ai compris ... prochain cadeau quoi ! marmonné-je dans ma barbe.

— Pas la peine de te cacher, je t'ai vue de toute façon. Tu es parfaite Livia, il n'y a rien dont tu dois avoir honte. Je vous laisse les filles, je descends rejoindre les gars en bas.

Il vient embrasser langoureusement sa femme.

Une fois habillée, je chausse mes pieds de mes escarpins. Ma Anna Wintour me reluque pour le verdict.

— Alors ? Pas trop courte la jupe ?

Je ne mets plus de jupe plus courte que le genou depuis longtemps, et celle-ci fait figure d'exception.

— Tu es ... Livia, c'est toi ! Là, c'est vraiment toi Honey ! Je peux envoyer une photo à maman?

Je choisis de ne pas relever sa remarque.

— Vas-y, je vais me recoiffer et me maquiller un peu.

— Je te rejoins dans deux minutes.

***

Vingt minutes plus tard, nous sommes toutes les deux prêtes. Je l'ai aidé à onduler ses cheveux au fer à boucler pour accentuer le coté sexy de sa tenue et leur donner un aspect Kate Midddleton comme dit Laura.

— Dommage que tu sois ma sœur et que tu sois mariée, lui dis-je rieuse en lui embrassant la joue, je t'aurais sûrement demandé en mariage tu sais ! Tu es très belle Laura.

Elle éclate de rire et me prend dans ses bras à son tour. Plus de colère ni de rancœur. Nous avons tourné la page et profitons

— Pareil pour moi Livy ! J'ai plutôt intérêt à te surveiller ce soir.

— Pff tu parles ! Une none pourrait flirter plus que moi. Mais bon, j'ai toujours mes yeux pour regarder ! Rien ne dit que je n'ai pas le droit de regarder hein ? m'assuré-je faussement apeurée.

— Tu peux regarder Baby ... mais je parierais que tu vas vite trouver de quoi de te rincer l'œil...

Annotations

Vous aimez lire Line P_auteure ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0