43 - Apollon et Mila

11 minutes de lecture

Livia.

Hayden quitte la salle de bains. Je peux enfin respirer normalement. Mon dieu qu'est-ce que j'ai encore fait ?!

Un truc super cool ! Retournes-y !

Toi, ce n'est vraiment pas le moment de la ramener.

Je ne suis toujours pas portée religion, mais je vais peut-être me mettre à prier toutes les divinités possibles ici, maintenant. À genoux s'il le faut. Tout ceci, c'est la faute de Jordan Miller ! Je vais étriper ce type puis le pendre avec ses propres boyaux, peut-être dans le hall principal, pour qu'il serve d'exemple aux Termi. Il ne pouvait pas tenir sa langue au moins jusqu'à leur retour à L.A ?

J'essaie toujours de ne pas mentir, le plus souvent possible. Ne pas tout dire ok, jouer avec les mots ok, mais mentir c'est uniquement en cas de force majeure. Eh putain ! J'aurais dû me dire qu'il s'agissait d'un foutu cas de force majeure !

Hayden a une fierté aussi haute que la tour Eiffel et refuse d'accepter qu'une femme ne soit pas séduite. Tout fonctionnait comme sur des roulettes. Je m'en délectais moi, de remettre les pendules à l'heure de mister Hollywood ! Jordan a soufflé sur mon château de cartes.

Je m'étais rendue compte que ça rendait Hayden cinglé que sa femme ne soit réceptive ni à son charisme ni à son charme naturel, mais pour moi il ne s'agissait pas de moi, mais de sa femme. Deux entité bien distinctes. Moi, je ne suis que Livia. Son épouse : une idée, une métaphore qu'il personnifie sous mes traits. Pourtant, son visage était criant de sincérité en disant que ce mariage n'avait pas d'incidence sur son attirance. Peut-être croit-il être sincère, peut-être ne se rend-il pas compte que si, dans son for intérieur, son attirance pour moi est poussée en avant par notre situation maritale. Et quand nous divorcerons il ouvrira les yeux.

Je ne nie pas intégralement l'attraction qui existe, son érection n'était pas feinte. Elle était même bien présente et je crains que ce que j'ai pu lire dans la presse sur le fait qu'il est bien doté partout ne soit véridique. Mais je préfère rester lucide sur les réelles motivations de son corps, même si lui se voile la face.

L'eau chaude et les émanations de fleurs de coton du bain moussant me détendent. Je suis déjà dans le bain depuis plusieurs minutes, à essayer de vider ma tête. Je ne peux pas tarder, Hayden attend son tour.

Dans quelle merde je me suis encore fourrée moi ?

La plus délicieuse Livy !

C'est vrai que c'était aphrodisiaque d'embrasser Hayden. La tension qui s'est rallumée en moi à l'instant il m'a touchée devant l'ascenseur plus tôt a explosé tel le geyser d'un volcan resté trop longtemps en sommeil. Je ne suis pas sûre d'avoir jamais ressenti une telle chose auparavant. Une telle excitation, ce désir brut pour quelqu'un ; homme ou femme. Mon corps entier voulait fusionner avec le sien, ma langue goûter toutes les parcelle de sa bouche, encore et encore, à l'infini. Découvrir chaque muscle, chaque pli de son anatomie d'apollon qui semble tutoyer la mystique perfection. En y repensant, la chaleur du brasier qui s'était enfin tue reprend du service enter mes jambes.

Contrairement à ma meilleure amie, les plaisirs en solo ne m'attirent pas. Pourtant ici, maintenant, je sais qu'il ne me faudrait pas longtemps pour décoller vers une extase folle, rien qu'en fermant les yeux et rejouant la scène de notre baiser, me rappelant à quel point l'érection d'Hayden appuyait fermement mais délicieusement sur mon bassin et mon pubis...

Punaise, c'est un bain d'eau glacée que j'aurais dû prendre ! Laura avait raison, mes blocages sont aussi dans ma tête. Et l'homme dans la pièce d'à côté semble avoir la clé pour déverrouiller le nœud. Peut-être qu'après lui, je pourrai enfin profiter d'une certaine normalité dans mes rapports charnels. Mais je ne dois pas oublier mon plan. Ma ligne rouge. Être sex-friend avec Hayden ne me détournera pas de mon projet, cela ne changera rien. Ce mariage, ce n'est qu'une petite embûche sur un chemin tracé et balisé depuis longtemps.

J'arrive bientôt en fin de course et je ne dois pas freiner maintenant. Je tiendrai ma promesse, je ferai tout pour protéger Hayden et sa carrière, mais elle n'est pas la seule à laquelle je m'accroche.

Sortie des flots chauds de mon apaisement temporaire, je parfais mon démaquillage en appliquant une eau micellaire sur mon visage et mon cou. Je démêle mes cheveux doucement avec mon peigne à larges dents, dépose quelques gouttent d'huile senteur coco sur mes pointes, me brosse les dents puis applique un peu de ma crème pour le corps à la vanille sur ma peau encore moite, comme tous les soirs. Mon petit rituel bien être avant de me coucher.

Le t-shirt que m'a prêté Hayden effectivement cache bien mes formes jusqu'à mi-cuisses. Je ne pouvais pas me trimballer en mini nuisette en satin dans sa suite. J'ai quand même une règle, je l'ai toujours eue depuis que je suis active sexuellement : jamais le premier soir. Et avec Hayden, je suis plus pudique qu'avec autres. Mon corps, en comparaison de ceux des autres femmes avec qui il s'affiche d'habitude, c'est comme s'amuser à dresser la liste des similitudes entre un nain de jardin aux couleurs délavées par le soleil et une statue grecque de Vénus en parfait état de conservation exposée au musée du Louvres. Ce serait comparer le dessin d'un éléphant d'un élève de CP avec les œuvres de Michel Ange ou Vinci.

Vous voyez l'idée ? Bin voilà ! Vous avez compris, aucun rapport, aucune comparaison possible ni envisageable.

Je sais que je ne suis pas difforme, je n'en suis plus à ce point. J'ai conscience que mon IMC est dans la normale, bien que selon moi la beauté va bien au-delà d'un chiffre et d'un dictat en vigueur. Aucun médecin n'a eu gain de cause avec moi. Mon corps est un problème, je n'arrive pas moi-même à verbaliser mon ressenti correctement. Les peuvent marquer autant que les gestes, mais je me suis fixée en objectif de faire la paix avec ce corps avant que le temps ne soit écoulé.

En plus du t-shirt, je fais remonter mon shorty large en satin sur mes jambes afin de ne pas être nue ou en tanga sous le tissu . Fin prête à aller -enfin- m'allonger, je rejoins la chambre. Hayden est assis jambes allongées sur son lit, son ordinateur portable sur les genoux, adossé contre la belle tête de lit, concentré sur ce qu'il lit. Lorsqu'il sent ma présence, il s'interrompt, m'observe puis esquisse un large sourire tout en haussant les sourcils d'étonnement.

— Quoi ? Je me remaquille pour ne pas te faire peur ?

Je sais très bien que je ne me maquille pas comme une voiture volé. Je veux juste le taquiner un peu. Il enjambe le lit, se poste devant moi, l'air grave. Mon rythme cardiaque accélère.

— Arrête avec tes conneries Livia, maquillée ou pas, tu es magnifique.

Il ne me laisse pas l'occasion de répliquer quoi que ce soit. Hayden crochète ma nuque de sa paume gauche et se saisit de mes lèvres aussi passionnément que les fois précédentes, mais cette ici, son étreinte est plus douce, plus délicate bien que tout aussi fiévreuse pour mon entrejambe qui palpite. Ça craint de retourner se doucher, non ? Sa langue happe la mienne, me fait gémir de la danse dans laquelle il me guide. Son baiser parfait me transporte ailleurs, loin. Très loin, sur le globe et le calendrier. Un bon gros retour en arrière.

Mieux vaut tard que jamais.

Mais ...

Je me tends légèrement mais Hayden le sent. Il relâche sa prise et me sourit plus encore, certainement satisfait de l'effet qu'il a sur moi et dont il a douté.

— Tu t'en souviens c'est ça ?

Donc, je ne suis pas la seule

— Vegas ? tenté-je timidement.

— Vegas, oui. Je comprends mieux pourquoi t'embrasser était devenu une véritable obsession Trésor.

J'ai du mal à y croire mais je dois faire une tête de poisson bulle dans son bocal car il ajoute :

— Je te l'ai dit Livia, et je vais te le redire. Tu es splendide et tu m'attires, beaucoup. Arrête de douter de toi et s'il te plait, et ne doute plus de moi.

Il dépose un baiser sur mon front puis file à la salle de bains. Dans ma valise, je sors mon bouquin quand j'entends Hayden vociférer :

— Bordel Livia ne me dis pas que Scott t'a vue là-dedans !

Là-dedans quoi ?

Mon air fait une fausse route quand je saisis. Oups ... Merde, comment il sait ça, lui ? Scott serait-il aussi bavard que sa femme ? Ils se sont bien trouvés ces ceux-là, tiens !

Je m'élance pour aller reprendre mes affaires mais stoppe ma course en entrant dans la salle de bains. Deuxième étranglement à cause de ma salive, cette fois.

— Non ! non ! non ! C'est pas vrai ! lancé-je en français.

Je fais demi-tour sur moi-même, me cache les yeux, rouge de honte ... et de désir à tout bien y réfléchir. Hayden est à moitié nu. Plus qu'à moitié à vrai dire puisqu'il ne porte plus qu'un boxer noir qui moule parfaitement ce qui doit être caché.

Sans boxer ça aurait été mieux ... Non, je ne me plains pas.

Je ne l'ai vu qu'une seconde, mais mes rétines ont imprimé l'entièreté de l'image d'Hayden. Il est vraiment très bien bâti, rien à redire de ce côté-là. Je sais que le corps de fait pas tout, mais il pourrait très bien être m'exception qui confirme la règle. Un torse large mais sans que ce soit à l'excès, des biceps et des abdominaux bandés, ciselés au couteau. Michel Ange n'aurait pas fait mieux!

— Pardon, désolée ! Je n'ai pas fait exprès, je t'assure !

Il rit franchement mais je reste dans cette position, si gênée que je me demande si j'ai encore le droit de respirer.

— Ça va Livia, je ne suis pas pudique.

— Oui bon en même temps c'est certain que vu ce que tu montres parfois à l'écran, je veux bien te croire. Mais quand même, là, ce n'est pas un film ! Enfin je remarque qu'il faut monter un collectif pour se plaindre du photographe de la campagne C.K : les photos ne te rendaient pas justice...m'enfoncé-je en me laissant aller.

— Merci.

Au comble de l'embarras et avec l'envie de me cacher dans un trou de souris -enfin une tanière à ours, le trou de souris, impossible que j'y rentre -, je marmonne un « pardon » avant de me recomposer une contenance et lui demande en tendant mon bras droit derrière moi pour ne pas avoir à bouger d'un centimètre :

— Rends-moi juste mes affaires s'il te plait.

— Livia, retourne-toi.

— Non.

— Pourquoi ? s'enquiert-il d'une voix qui rauque.

— Parce que ! Rends-moi mes affaires ! Et comment sais-tu que Scott m'a vue là-dedans ?

— Bon Dieu Livia c'était vraiment dans ce truc-là ?

— Oui Cro-Magnon ! Allez, envoie !

Mais au lieu d'obéir simplement, il me saisit par la taille alors que je ne l'avais pas senti se rapprocher, et me fait pivoter. Cependant, pas folle la guêpe, je garde les yeux fermés.

Possible de commander des seaux à champagne remplis de glace au service d'étage ?

— Livia ... soupire Hayden à mon oreille.

— Hayden ? Réponds-je fébrile et la voix tremblante, trahissant mon trouble.

— Tu en a d'autres des trucs comme celui-ci ?

— Humm humm.

— Bordel Trésor comment veux-tu que je me calme après ça !?

Je sais ce qu'il veut dire, je sens de nouveau sa dure érection contre moi. Je me décide à ouvrir les paupières mais fixe uniquement ses billes bleues. Je suis une vilaine fille et je joue peut-être avec le feu, mais après tout, j'ai une vengeance à assouvir alors je ravale ma timidité :

— Eh bien ta mère t'a fait des mains non ? Surtout, n'hésite pas à t'en servir sous la douche. Tout le monde sait que les hommes se masturbent n'est-ce pas ? Moi, ça ne me dérange pas le moins du monde, alors ne te gêne surtout pas pour moi !

Je lui lance un clin d'œil moqueur, récupère très prestement les vêtements qu'il tenait dans ses mains et le laisse là, pantois. Et moi, je suis fière de moi. Ultra trempée dans mon shorty avec un pouls sur mes grandes lèvres, mais fière de ma répartie qui lui a coupé la voix. Heureusement, j'ai toujours des lingettes intimes avec moi ...

Une fois rafraichie, je pars en quête d'un drap ou d'une couverture pour me couvrir sur le canapé. Je finis par trouver le graal dans un placard. Mon bouquin et mon portable en main, j'avale un anti-douleur et m'installe sur le lit en attendant Hayden. J'irai me coucher quand il reviendra. J'ai plusieurs SMS de Mila et d'autres connaissances qui me demandent si je suis dispo demain soir ; enfin ce soir vu l'l'heure. Je répondrai plus tard, ne sachant pas encore si je prends un vol en fin de journée ou demain matin. J'avais prévenu Mila que je partais pour Londres, mais pas de mon jour de retour.

Yesterday. 10:09 AM

{ Livia ! Ma belle, je suis si contente que tu ailles voir Laura. Appelle-moi à ton retour, qu'on s'organise pour notre départ à Paris lundi. Enjoy ? Bizzzz }

Yesterday. 07:15 PM

{ Livia ! Hayden Miller est à Londres ! Il va falloir qu'on discute toi et moi ma bichette !? }

Ohoh non non non !

Yesterday. 11:17 PM

{ Livy ! Pitié la prochaine fois que tu rejoins ta sœur et que tu sais qu'Hayden y sera, amène-moi au moins avec toi quoi ?!}

{ C'est trop injuste ! Je te paierai si tu veux ! STP STP STP ! Il est dans un club avec ton beau-frère ! Ne me dis pas que tu y es aussi, sans moi ! }

{ Pitié emmène-moi avec toi la prochaine fois ! Je vais approfondir mon anglais d'ici là !! Présente-le-moi STP ... Promis, je ne lui ferai pas de mal . Au contraire :'p }

Merde ! Elle est dingue !

Ma conscience soupire.

Now...

{Calme toi Mila ! Je te jure que je ne savais pas qu'il serait là quand j'ai décidé de partir. Je t'appelle à mon retour. Bisous

Ps : douche froide obligatoire pour toi + exorcisme}

Bien, je vais devoir dire quelque chose à Mila. Quoi ? Aucune idée ! Certainement pas lui faire part de mon problème, ça non ! Je l'adore, mais étant avéré son incapacité à ne pas avertir toutes ma région qu'elle ira à un « mariage de stars », il est pour le moment inenvisageable qu'elle soit mise au courant du mien, de cauchemar.

Bien membré le cauchemar, surtout, ne te réveille pas.

Je pose ma tête sur l'oreiller, cherchant une solution.

Nous étions d'accord sur le fait ne garder le secret entre nous, mais quand je fais les comptes, de mon côté, seule Laura sait. Mila à la langue pendue, mais je ne peux pas non plus me résigner à tout lui dire au dernier moment. Il me faut un bon timing, mais en attendant ...je trouverai bien quelque chose.

Punaise, comment ai-je pu oublier que j'avais embrassé Hayden Miller ???

De la même manière que tu as oublié tout le reste, ricane ma saleté de conscience.

Annotations

Vous aimez lire Line P_auteure ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0