56 - Onze jours

6 minutes de lecture

Hayden.


Onze jours que Livia a quitté ma chambre d'Hôtel à Londres.

Onze jours que j'ai compris mon obsession pour elle. L'origine de mon obsession pour elle.

Nous avions déjà couché ensemble à Vegas et si ma tête avait occulté l'information à cause de l'alcool en surdose que j'ai consommé comme un con, mon corps lui, était parfaitement au fait du petit secret. Il la voulait encore et encore. Nos bouches se connaissaient, nos peaux se manquaient. Et je comprends mon corps en manque d'elle : je la veux encore, moi aussi. Livia est une drogue addictive dès le premier shot. Même avant. Dès lors que l'on pose ses yeux sur cette petite bombe blonde et volcanique aux grands yeux mouchetés et mystérieux, c'est foutu.

Je n'arrivais pas à étancher ma soif d'elle, j'ai à présent toutes mes réponses.

Passer le choc de la découverte de nos ébats dans le Nevada, et une fois Livia soulagée que je lui aie confirmé que c'était bien moi dans le brouillard de souvenirs qui lui étaient soudain revenus en mémoire, je l'ai longuement et très abondamment embrassée. Nous sommes restés assis sur le lit, elle à califourchon sur moi, pendant au moins une bonne demi-heure. Ma bouche ne pouvait plus décoller de la sienne. Des baisers doux et patients après des plus enflammées durant nos rapports. Puis je l'ai eue, et je lui ai refait l'amour de la même manière que je l'avais embrassée, paisiblement et tendrement.

Un missionnaire, du vu et revu, mais c'était différent avec Livia. Tout était différent avec elle. Livia est dans l'instant présent, elle ne cherche pas la performance alors qu'elle est pourtant en plein dedans, mais elle ne joue pas les actrices X. Je n'en reviens toujours pas. Comment une fille qui a l'air timide, qui se cache sous ses vêtements et affiche une certaine pudeur peut-elle être aussi émancipée, décontractée et coquine au lit ? Un vrai petit diable sexy. Heureusement que j'ai pleinement profité de de chacune des parcelles de son merveilleux corps.

J'ai tenu parole, j'ai honoré chaque centimètre carré de sa peau saveur vanille et bonbon. J'ai bien fait de la réveiller dans la nuit, bien que j'aie été surpris, et pas agréablement, en m'apercevant qu'elle avait profité que je m'endorme pour aller se blottir sous la couette, seule, sur le canapé du séjour. J'ai dû la ramener dans mon lit pour finir ma tâche et la goûter absolument partout.

Oui, j'ai bien fait... car quand je me suis de nouveau réveillé vers sept heures du matin, elle était partie, non sans me laisser un mot sur l'oreiller qui accueillait sa tête quelques heures plus tôt et dont le tissu portait encore son odeur :

Règle N°6 respectée :

Au revoir Hayden et ...merci.

Tu vois, je suis une fille polie, parfois. ;-)

Livia G.


 Ça m'a rendu dingue qu'elle se soit encore fait la malle en catimini, mais j'ai souri à la lecture de son petit mot. Dingue, c'est surtout le qualificatif exact pour décrire Laura quand elle est venue tambouriner comme une hystérique à ma porte à neuf heures du matin. Je sortais à peine de ma douche, et je n'ai pas eu le temps d'enfiler un pantalon avant d'aller ouvrir à l'intruse qui alertait tout l'étage. Décidément, les sœurs McAlleigh sont quelque peu ... bruyantes.

Je revois et surtout entends encore la scène. À peine la porte ouverte qu'elle hurlait déjà dessus...

_____________________________

— T'as fait quoi à ma sœur Hayden ?

Et bien ... Tellement de choses qu'il me faudrait la matinée pour tout expliquer mais évidemment, je ne vais pas lui répondre cela. Livia m'en voudrait, et mieux vaut que je ne tente pas le diable. Je veux garder toutes les chances de mon côté pour renouveler notre expérience torride.

— Qu'est ce qui se passe Laura ? l'interrogé-je étonné par sa véhémence inhabituelle.

— Livia est partie !

Oui merci pour l'info, j'étais le premier au courant malheureusement. Je prends mon air surpris en réponse à son attaque :

— Ok Laura mais pourquoi tu me parles comme ça ? Je n'y suis pour rien moi, Livia m'avait prévenu hier qu'elle ne dormirait pas ici hier soir, je pensais que tu le savais aussi !

Oui, demi-mensonge.

— Bien-sûr que je le savais ! Elle a récupéré sa valise quand nous sommes rentrées de chez tes parents, mais nous devions nous revoir ce matin puis déjeuner ensemble à midi ! Et je viens de recevoir un message d'elle qui m'informe qu'elle est à l'aéroport ! Vous vous êtes disputés c'est ça ?

C'est plutôt tout le contraire en fait...

— Non Laura, Livia et moi ne nous sommes pas disputés.

— Donc tu n'y es pour rien dans son départ précipité ? réplique-t-elle plus calmement et à demi-soulagée.

— Je n'y suis pour rien, non.

Enfin j'espère du moins ...

_____________________________


Voilà donc onze jours que Livia est rentrée chez elle.

À notre retour, Scott et moi avons été bien occupés. Une conférence de presse le mardi qui a duré des plombes, suivie de la soirée donnée par les studios qui ... a duré des plombes. Non pas que je n'apprécie pas d'y assister, c'est généralement l'occasion de mieux faire connaissance avec la distribution et l'équipe technique qui travailleront sur le projet, et donc, de passer un bon moment aussi avec plusieurs collègues et amis, mais voir Laura me rappelle trop... Livia.

Plusieurs réunions intenses les jours suivants : story-boards, lectures, plannings de tournage, prises de mesures etc... et autant de soirées auxquelles j'ai fait acte de présence alors que mon esprit était ailleurs. Sans compter les interviews et les apparitions TV. Cela aura au moins eu le mérite de m'avoir bien occupé depuis.

J'ai quand même envoyé un message à Livia il y a trois jours pour prendre de ses nouvelles, sans quoi de son côté, c'est silence radio ! Comme si je n'existais plus...

Fidèle à elle-même, elle n'a pas été très expansive dans ses réponses.

{Bonjour Livia. Pas de nouvelle depuis Londres. Tout va bien ? H. }

{Bonjour Hayden,

Je n'avais pas changé mes plans concernant mes déplacements,

Je n'avais donc rien à dire. Je ne te dérangerai pas sans raison.

Ça va oui. Et toi ? }


Clairement, là, c'est à Hayden Miller qu'elle s'adresse. Me déranger ? Je ne suis pas le Pape quand même ! Bordel, je suis son mari, il va falloir qu'elle l'intègre, ça !

{ Me déranger ??? Nous sommes AMIS Livia ! Tu ne me dérangeras pas en m'envoyant un SMS ou un mail ! Ça va, agenda chargé en ce moment, Ce sera bientôt plus calme}

{J'ai cru comprendre par Miss Potin Mila oui. Moi j'ai abandonné mon appli people pour le moment. Bon courage alors. À bientôt. Livia }

Depuis, silence. Et il n'y a pas qu'avec moi que Livia est muette.

J'ai diné chez Scott hier soir et Laura m'a appris que malgré leur réconciliation à Londres, Livia n'a décroché qu'à un seul de ses appels depuis alors qu'elles se parlaient presque chaque jour avant. Je n'avais pas osé demander des nouvelles de Livia depuis notre retour de crainte que Laura ne se pose des questions sur notre relation.

La femme de mon pote vit mal cette séparation d'avec sa sœur, d'autant plus que Livia tient réellement son ainée à distance en lui affirmant depuis Londres qu'elle partira en week-end toutes les semaines jusqu'à juin fin juin si cela s'avère nécessaire, pour que Laura comprenne qu'elle doit passer son temps libre avec Scotty et non en Europe entre deux avions. Et nous ne sommes que le... 7 mai.

Imaginez un peu l'état de Laura !

Et le tiens, on en parle ?

Dans tout ce brouillard, j'espère égoïstement que Livia en agissant ainsi, cherche seulement à couper un cordon qui leur pèse et non à me tenir moi aussi, à distance d'elle. Mais avec un peu de chances et une bonne étoile, je devrais revoir mon petit volcan dans peu de temps. Volcan qui risque d'exploser si elle comprend le stratagème de sa sœur pour contrer sa décision.

Et nul doute qu'elle va le comprendre.

Devrais, car faut-il encore qu'elle accepte.

Annotations

Vous aimez lire Line P_auteure ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0