14 - Hidden Identity

11 minutes de lecture

Hayden

— Attendez bon sang, comment ça elle a chargé Laura de retrouver l'homme qu'elle a épousé ? Vous ne lui avez pas encore dit que c'est MOI l'homme qu'elle a épousé ?

— Non mon frère, nous n'avons rien dit.

— POURQUOI !!!!

     Laura baragouine un truc inintelligible pour moi tant je rage au téléphone, me positionnant sur mon patio face à la piscine pour tenter de me calmer. Lorsqu'elle sent qu'elle a un angle de tir pour se justifier, elle se lance :

— Tout d'abord, si ma sœur n'a pas trop mal pris le truc du mariage surprise sous l'emprise de l'alcool et qu'elle assumera cette connerie, ce qui y a contribué et qu'elle n'est mariée qu'ici, sur notre sol, et ça elle l'a compris par elle-même. Je crois que c'est son système de défense pour tenir debout. D'ailleurs elle a fortement insisté sur le fait qu'en France elle est légalement célibataire et qu'elle ne fera évidemment pas reconnaitre cette union.

— D'où le fait qu'elle ne flippe pas autant qu'on l'avait cru, tu piges ? me questionne mon meilleur ami.

— Oui, et la suite ? Parce que je ne comprends toujours pas le pourquoi vous ne lui avez pas dit que c'est avec moi qu'elle a dit oui !

— Hayden, soupire Laura lasse, lui apprendre qu'elle venait de se marier avec Hayden Miller par contre, ça l'aurait achevée. Désolée. Une célébrité ? Cela aurait peut-être été trop d'un coup Hayden. La goutte d'eau tu vois. ?

     Génial. Absolument Génial. Laura continue, sourde à mon chaos ambiant :

— Et puis on a supposé que tu avais aussi besoin de du temps pour voir comment tu voulais t'y prendre. Scott s'est mis à ta place, du coup ...

     Merci Seigneur ! On en arrive finalement au cœur de la guerre qui fait rage dans ma tête !

— J'ai besoin de temps, affirmé-je calmement mais fermement. Je ne peux pas divorcer vingt-quatre heures après m'être marié.

      J'extériorise ce que je gardais, et rien que ça, c'est une oppression qui s'évapore.

— J'avoue que j'étais très partagée sur la question, mais Scott et moi avons tourné le problème dans tous les sens.

— On doit patienter Laura, c'est la seule solution !

— Je pense aussi. Je me ralliée donc à votre cause sur ce coup, mais ça me coûte, tempère-t-elle. Mais soyons clairs dès le départ les garçons, si l'on peut croiser les doigts pour que rien ne fuite et à condition que personne ne fouille, le fait de déposer ta demande de divorce à Los Angeles va ébruiter l'affaire en un claquement de doigt.

— C'est bien pour ça qu'il faut attendre mon amour. Un mariage de star qui se termine au bout d'une semaine, ça va être compliqué à justifier, encore pour Hayden Miller.

— Je comprends, admet-elle. Et par chance à aucun moment Livy n'a envisagé qu'elle s'était mariée avec quelqu'un que Scott ou moi pouvions connaître. Elle sait que je lui ai déniché un homme, mais elle est partie du principe que j'ai baratiné un pauvre type qui a dit oui car tout aussi ivre qu'elle.

     Et ils ne l'ont pas corrigé pour ne pas la faire paniquer. Moi aussi, je comprends de mieux en mieux.

Mieux vaut tard que jamais.

— Ma sœur n'a pas cherché plus loin Hayden. Il lui fallait un mari j'en ai trouvé un. Point.

— Et elle ne nous a même pas demandé qui était mon témoin à moi ! rajoute Scotty semblant tombé des nues.

— Merci pour le « pauvre type », je grogne descendant mes escaliers pour rejoindre -encore- ma salle de sport.

     Il faut que j'évacue cette pression qui croit, encore.

— Oups ... Désolée Hayden ! In fine, Livia m'a ordonné de faire le nécessaire pour retrouver, TE retrouver afin de lancer une procédure de divorce rapidement. J'ai également une autre mission.

— Laquelle ?

     Je m'attends à tout ...

Tu as raison.

— Dire à cet homme qu'elle est profondément désolée de ce qu'il s'est passé, qu'elle espère ne pas avoir gâché sa vie et lui assurer que, si elle doit se déplacer pour le divorce, elle le lui dira tout ceci en face. Voilà c'est fait ! expédie-t-elle le souhait de Livia. Nous avons aussi son alliance à te remettre, je sais qu'elle t'a coûté deux blindes à la chapelle quand lui l'as choisie pour elle...chuchote-t-elle tel un secret à ne pas ébruiter

     Je ne sais pas si on peut dire qu'elle a gâché ma vie, en revanche elle ne l'a pas facilitée ça c'est sûr ! Mais après tout, j'ai aussi ma grande part de responsabilité. Il faut deux personnes pour se marier ! Pour le fric, je m'en tape !

Oui et pour autre chose aussi il faut être au moins deux ...

— Donc, puisqu'elle pense que tu dois me chercher, nous avons un peu de temps ?

— Oui. Elle sait que je reprends le travail dans quelques jours. Comme tu le sais, certains cabinets d'avocats ont en leur sein un service de détectives privés. Dans mon cabinet, il y en a quatre. Livia m'a demandé de leur confier sa recherche, mais dans le dos de papa. Elle s'attend à ce que cela prenne un peu de temps.

— C'est parfait !

— Néanmoins, décapite-t-elle mon élan, je préfère vous prévenir tous les deux messieurs : j'adhère à votre cause en ce qui concerne votre idée d'attendre un peu pour la demande de divorce. Mais il est absolument hors de question que je fasse traîner les choses pendant des mois. Je ne lui ferai pas ça !

— Je ne t'en demande pas tant Laura, lui assuré-je en toute honnêteté.

— Je l'espère, mais je veux que chacun ait les mêmes cartes. Gardons à l'esprit que tout pourrait être découvert rapidement avant que nous ne remplissions la demande de dissolution de mariage. Si Baby l'apprend de cette manière, en ouvrant une de ses applis people sur son smartphone ou dans la presse avant que j'aie eu le temps de tout lui dire, ce n'est pas une crise d'angoisse qu'elle risque de faire, mais un AVC, voire une crise cardiaque ! Et si cela ne la tue pas, je sais que jamais elle ne me le pardonnera. Elle fera très vite le lien entre vous deux, elle connait vos carrière, votre amitié, et donc, elle comprendre la supercherie. Ceci est donc inenvisageable pour moi.

— Laura il n'y a aucun problème. Je t'assure.

     Il n'est pas question de briser leur relation.

Tu n'as pas la vague impression que vous courrez au fiasco ?

     Pour le soutien, n'appelez jamais ma conscience.

— Et elle pourrait se souvenir. Ne négligeons pas ce paramètre, même si la possibilité me parait infime. Mais j'assumerai ma part, ce sera toujours moins pire que si elle l'apprenait par la presse. J'espère simplement qu'elle comprendra qu'en le lui cachant un temps, nous la protégions du vacarme médiatique qui s'abattra sur elle quand l'information sera rendue publique.

— Je comprends Laura.

— On comprend tous les deux mon amour, insiste Scott.

— Je n'en suis pas certaine, alors je vais reformuler. En choisissant de ne pas lui donner ton nom dès à présent Hayden, je trahis ma sœur.

C'est qu'il lui faut des mots à lui.

— Mais non voyons.

     Les mots passent ma bouche et déjà je les regrette. Car si, elle a raison, et elle le clame avec une passion qui est douloureuse pour nous tous j'en suis certain, d'une voix assurée :

— Si Hayden, je la trahis ! Mais je veux la protéger, alors je te laisse un peu de temps. Il nous faudra une bonne histoire pour la presse. Bien ficelée. Et l'avoir préparée avant que je ne raconte tout à ma sœur. Et j'ai peut-être une idée, m'annonce-t-elle. Mais pour être certaine qu'elle l'accepte, si cela te convient à toi aussi, mais aussi à Scott qui aura un rôle à jouer, il faudra que j'en parle à Livy de vive voix.

— Quand ? demandé-je soucieux.

— Je dois me rendre sur Paris dans une quinzaine de jours pour le boulot. D'ici là, prions pour que personne ne découvre ton mariage, Hayden Miller, déclare-t-elle une once de défi dans son ton. Et il va falloir que tu fasses profil bas, non négociable !

Oui, facile !

Minute, ça veut dire quoi ça ?

— Profil bas ? Développe mon cœur la questionne Scott toujours connecté à mes pensées en direct live.

     Pas sûr que la suite me plaise, mais ai-je choix ?

Pas vraiment.

— Je veux dire Hayden, qu'hormis les apparitions déjà prévues dans ton agenda, il faudra éviter de trop d'exposer à la vue des paparazzi. Si on veut une histoire qui tienne la route, tu ne dois pas être H24 sous les feux des projecteurs ni l'œil des appareils photos. Tu devras te cloitrer un peu chez toi, comme si tu n'y étais pas seul ... m'explique-t-elle avec l'autorité d'un dictateur qui n'acceptera aucun refus. Par conséquent, et je comprends que peut être cela va être compliqué pour toi, mais il ne faut pas que les paparazzi te photographient avec une femme qui pourrait être prise pour une compagne, une petite amie ou un coup d'un soir. C'est bien clair ou tu veux des exemples ?

     Elle a raison, ça ferait mauvais genre... Pile ce que je veux à tout prix éviter. Et je m'apprête à acquiescer quand elle poursuit son laïus, plus incisive encore, en bonne avocate qu'elle est :

— Parce que je te préviens Hayden, si je joue ma relation avec ma sœur à cause de ta carrière, mais que malgré toutes mes recommandations tu finis dans un journal ou le net affublé d'une relation avec preuve à l'appui, non seulement j'informerai Livia dans la seconde sur l'identité de son mari, mais en plus tu risqueras de passer pour un mari adultère dans les médias du monde entier. J'espère que je me suis bien fait comprendre ! gronde-t-elle. Je n'hésiterai pas une seule seconde, crois-moi !

Clair comme de l'eau de roche vierge.

     Reçu cinq sur cinq, pensé-je. Mais elle n'en a pas terminé avec moi :

— Donc tu fais profil bas et tu gardes TA BITE, crie-t-elle dans mes oreilles, bien sagement dans ton pantalon ! Si tu veux t'adonner à des plaisirs solitaires, ne te gêne pas, mais fais-en sorte qu'aucune femme ne joue avec ton appendice jusqu'au dépôt de la demande de divorce, au moins.

— Promis, juré-je une main en coquille par instinct de préservation de ma virilité.

— On ne se connait pas encore beaucoup Hayden, mais tu es le meilleur ami de mon mari et j'ai déjà beaucoup d'affection pour toi. Il m'a beaucoup parlé de toi, de vous, de votre complicité. Mais ma petite sœur, c'est MA limite à ne pas dépasser. Jamais.

— Je respecte ça Laura.

— Malgré ce qu'elle a vécu, c'est mon ange gardien depuis dix ans. Livy est une femme têtue qui a du caractère, mais elle est et restera la femme la plus merveilleuse que je connaisse. Je sais qu'avec le reste du monde, elle n'agit pas comme avec moi. Mais pour moi, c'est la femme de ma vie Hayden, se radoucit-elle. Si je la perds ou qu'elle se perd dans cette histoire à cause de quelque chose que tu fais et qui aurait pu être évité, tu pourras dire adieu à tes couilles, de manière absolument irréparable, je ne me plaisante pas, et ce n'est pas une menace, me prévient-elle. C'est une promesse Hayden ! Me suis-je bien faite comprendre ?

— Absolument limpide madame Hartley, lui affirmé-je.

     Je n'ai jamais pensé à avoir des enfants, et j'ai plutôt tout fais pour éviter que cela n'arrive, mais mes couilles, j'en ai besoin, sait-on jamais ... un jour peut-être ...

Si tu as bien gardé ta bite au chaud comme la dame le préconise.

— Bien, puisque nous sommes d'accord, je propose que nous nous retrouvions à L.A dans quelques jours pour parler de mon plan. N'oublie pas de me faire parvenir les coordonnées de ton avocat s'il te plait.

     Ouais, alors ça tombe bien qu'elle en parle ...

— Tu ne lui as rien dit Scotty ? m'étonné-je.

— Non. Je n'étais pas sûr que tu veuilles faire appel à lui dans ce cas précis.

— Me dire quoi ? s'enquiert-elle méfiante.

     Putain de Putain, je vais me faire allumer de tous les côtés ! Je m'en souviendrai de leur mariage à Vegas !

Et du tien... par la même occasion.

— Eh bien à ce sujet, je lui glisse doucement comme pour l'amadouer, si tu n'y vois pas d'inconvénient, je vais attendre un peu avant d'en parler à mon avocat, car c'est ... mon frère, je l'informe.

     Mon frère qui ne va pas en revenir. Mon frère la commère de ma famille.

— Comme tu voudras, acquiesce-t-elle. Je m'en doutais un peu pour être honnête, je sais que ton frère est ton avocat attitré, c'est une info publique, déclare-t-elle railleuse.

     Du moment que y'a que ça de public pour le moment, ça me va.

— Une dernière question Laura.

— Je t'écoute.

     Il faut que j'en sois sûr !

— Tu es certaine que Livia n'en parlera à personne ? Pas même à son ami, cet Eliott ? Elle pourrait lui dire qu'elle s'est mariée à Vegas, lui révéler mon identité. Cela pourrait fuiter de son côté et tout faire foirer alors ...

— Hayden ! me coupe-t-elle brusquement avant de se reprendre, je peux t'assurer que même si Livia venait à en parler à Eliott, il resterait muer comme une tombe. Pas de risque. Aucun.

Si elle le dit.

— Ok. Je te fais confiance bien entendu. Merci de m'avoir parlé de Livia. Je ferai mon possible pour qu'elle soit épargnée au maximum. Promis.

     Et c'est vrai. Même si cela risque d'être compliqué.

— Je compte sur toi, en effet. Baby est ma limite, ne l'oublie pas. À bientôt Hayden.

     Oui, très bientôt. Je suis pressé d'entendre son plan.

— À bientôt Laura, profitez bien de ces derniers jours. Scotty frérot ?

— Oui vieux je suis là.

— J'ai hâte qu'on fête ton mariage comme il se doit ! À bientôt, prends soin de ta femme.

     Détends-là surtout, qu'elle ne vienne pas s'approcher de mes bijoux de famille, me fais-je réflexion.

Peureux.

     Prudent.

— Et moi donc ! compte sur moi. On se voit vite. À plus.

     Après avoir raccroché, je repense et ressasse tout ce que je viens d'apprendre. Il est plus que vital que la Presse ne l'apprenne pas. Essentiel aussi que je me prenne par la main rapidement : elle non plus ne doit pas l'apprendre par la presse. Il faut que je le lui dise. Vite.

Et tu attends quoi là au juste Hayden ? Que ça tombe du ciel ? Que vous développiez un don de télépathie ?

Mais avant, autre chose à mettre en place. Je rédige un texto à Nick, il faut qu'il commence à plancher sur le sujet, lui aussi. Lorsque je tape mes mots, j'ai déjà l'intime conviction que tout ça, ce n'est que le début; que même si on prévoit tout sur du papier à musique, une fausse note se glissera inévitablement sur la partition. Mais laquelle ? Et jusqu'où faudra-t-il aller pour limiter la casse ?

Sans dommages collatéraux.

      Je n'avais pas prévu de me marier, et j'en suis à orchestrer mon divorce, si ça, ce n'est pas un comble ... Je vais divorcer.

[ Je ne serai bientôt plus le seul Miller à avoir besoin de tes services Vega. ]

     Il répond aussitôt me tirant un sourire de satisfaction car il comprend le sous-entendu :

[ Je m'en doutais. J'espère qu'elle est docile, la demoiselle ... ]

     Ce serait bien ma veine qu'elle ne le soit pa... Ah bordel ... la voilà, ma fausse note !

S'il n'y avait qu'elle ...

Annotations

Vous aimez lire Line P_auteure ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0