63- Remarquée

13 minutes de lecture

Hayden.

     Enfin chez soi !

     Scott, Nick, Jordan, Shaun et moi débarquons dans le calme chez moi. Le retour nous a assommés, le rythme soutenu aussi.

     L'effet de la climatisation dès le hall d'entrée est immédiat, la chaleur est déjà presque suffocante dehors alors que l'été n'est pas encore là. Je me sens immédiatement plus apaisé et prends plus conscience qu'il y a trois minutes que j'étais autant sous pression. Je soupire aussi de soulagement d'en avoir fini pour un break bienvenu avec mes engagements pro.

     La vue de Julianne m'est devenue horripilante bien qu'elle fasse des efforts pour regagner non pas mes bonnes grâces, mais au moins ma confiance ; à distance. Mais je n'y arrive pas, elle est allée beaucoup trop loin et chaque minute a un peu plus ancré cette vérité absolue en moi. Je ne veux plus l'avoir dans les pieds, de près ou de loin. Il va falloir que je trouve comment. Je refuse d'être constamment sur mes gardes, même si je suis presque certain qu'elle a compris le message. Mais subsiste cet infime doute crispant qui fait s'enrayer mes pensées, ce grain de sable dérangeant qu'elle représente dans mon paysage. Un panorama chamboulé depuis Vegas pourtant bien loin du typhon auquel je m'attendais en réalisant ce que j'avais fait, pas encore purger de ma cuite.

     Si je ne baigne pas dans l'impassibilité, c'est loin d'être une catastrophe naturelle malgré la présence d'un certain volcan blond qui fout un peu le bordel dans mes plans en changeant constamment les siens. Pour le moment elle est là, et ça va me faciliter la vie, je ne peux pas dire le contraire.

     Ici, dans mon havre et loin des obligations hollywoodiennes, je vais pouvoir penser à autre chose que mes parasites quotidiens, mon ex-assistante en haut de la liste. Scott m'en a reparlé hier et je crois bien qu'il a achevé de me convaincre : avec ce genre de personnes qui ont le vice dans le sang, mieux vaut prendre les devants que d'aller potentiellement droit dans le mur. Pour l'heure, je range ce projet sur une étagère de ma tête, place à une petite pause méritée et la quiétude avant ce soir. Julianne n'existe plus.

     J'ai prévu une soirée chez moi, et le reste de mes potes arrivera plus tard. En attendant, on va profiter de la piscine pour se détendre. Apparemment les filles sortent de leur côté, ce qui n'enchante pas Nick, et c'est un doux euphémisme. Il est tendu comme un string-ficelle rêche, comme à chaque fois que sa compagne va s'amuser sans lui.

     Vega est atteint d'une jalousie maladive qui n'a pas de remède connu à ce jour. C'est plus fort que lui. S'il a confiance en elle et ne doute pas une seconde de sa loyauté envers lui, c'est un homme, et il sait comment pensent les autres mecs. Ce qu'il ne supporte pas, c'est surtout l'idée que des types aux regards trop libidineux ne lorgnent sa belle et pire, s'en approchent de tops près. Jess a son tempérament, elle ne se laisse pas faire, mais peu importe. Rien ne contrôle sa jalousie extrême. Même de loin, il a besoin d'avoir un œil sur la situation, déformation professionnelle, je suppose, et amour fusionnel, nul doute.

     Une musique se fait entendre par les enceintes connectées qui grouillent partout dans ma barraque, intégrées discrètement dans les cloisons murales.

— Elle n'a toujours pas compris comment les faire fonctionner par zone ! grommelle Nick blasé. Je vais lui faire suivre une formation avec Sam, comme pour le MacPro. C'est pourtant pas compliqué !

     Scott, Jordy et moi échangeons un clin d'œil moqueur dans le dos du King Kong. Shaun tousse dans son poing, pas plus courageux que nous sur ce coup. C'est surtout son agacement de savoir que Jess sera dehors ce soir qui se retranscrit dans sa remarque. L'occasion d'emmerder notre ami est idéale, mais on n'a pas trop envie de le faire sortir de ses gonds, sait-on jamais, il pourrait s'énerver plus qu'il ne le faut et demander à Jess de renoncer à sa soirée. Nous passons les pièces jusqu'au patio.

— Eh bien eh bien ! lance Jordan en se frottant les mains. Jess s'est trouvée une copine de danse on dirait.

     La carrure de mon garde du corps étant plus massive encore que la mienne, je me décale et effectivement, entre le pool house et la piscine, Jess et Livia s'amusent comme des folles, peu dérangées par le soleil qui cogne. Elle se déhanchent comme des dingues, en maillot de bain deux pièces. Bordel. Et qui pense déhanchement en observant la sculpturale blonde, pense à un tout autre type de dandinement qu'elle pourrait encore pratiquer sur moi, nue de préférence ...

     Laura est installée dans l'herbe, en appui sur ses bras tendus dans son dos. Elle regarde sa sœur, imitée par Jane qui elle, paresse sur un transat.

Crazy In Love , c'est exactement une chanson pour toi King King ! se moquent Scotty et Jordan hilares en lui tapant sur l'épaule chacun d'un côté.

— Ta gueule vieux, je peux en dire autant à ton sujet alors ne me chauffe pas ou je te noie dans deux minutes. Ça fera toujours moins de préparatifs à ta famille, remarque. Et toi Jo, fais pas le malin, il te manque des plumes.

     D'un regard de bas en haut, il considère la carrure de mon frère. S'il est aussi grand que moi, il est plus fin, mais il ne se méfier de l'eau qui dort. Sur un malentendu, Jo pourrait se défendre plus que convenablement. Sans moi, évidemment, chacun sa merde après tout. Il a cherché Nick, s'il le trouve, tant pis pour lui !

Absence totale de solidarité fraternelle.

     J'ai mieux à faire.

     Personne ne surenchérit, trop occupé à mater les filles qui n'ont pas conscience que leur public a grossi. Enfin, c'était sans compter sur l'intervention de Shaun dont j'avais oublié la présence.

C'est que tu avais mieux à faire Miller...

— C'est qui la petite blonde ?

     S'il sait qui est Laura Hartley, tout comme une bonne partie des États-Unis depuis la bombe surprise du mariage de Scott, en ce qui concerne Livia, il n'est au courant de rien. Je tourne la tête vers lui, mauvaise idée. Son regard envieux en dit long sur les pensées qui le traversent et font grimper une chaleur inhabituelle en moi. Il l'a déjà remarquée...

— C'est Livy, ma sœur-belle, grogne Scott.

— T'es hors-jeu sur ce coup, ajoute mon frère, tout sérieux retrouvé.

     Shaun hoche la tête un trop long moment, intégrant l'info et nous sort une contorsion faciale qui veut tout dire. D'ici, à une bonne vingtaine mètres des danseuses, il aime ce qu'il voit, alors de plus près...ça ne va pas le faire.

Reste calme vieux. Et discret, surtout.

—Fiouuuu, siffle-t-il d'ébahissement. Canon la nana. Tu la cachais ? Tu n'as jamais parlé d'elle. Pourquoi tu n'as pas dit avant qu'il y avait une autre petite bombe dans la famille de ta femme ?

     Son sourire lubrique aux lèvres indique qu'il n'a pas compris qu'il joue avec sa vie.

     Scott ne le laissera pas s'approcher de Livia pour jouer le plan baise. Et quand bien même il tenterait l'expérience, je sais maintenant comment réagit mon volcan. Et j'ai confiance en Livia, elle s'en tiendra à notre accord tant que nous serons mariés. Mais soyons honnêtes, ça me fait quand même chier de voir des types lui tourner autour et tirer la langue jusqu'au sol en la regardant, encore plus en ayant conscience qu'il ne sera jamais le seul à avoir cette attitude de rapace.

— Elle a vingt-cinq ans et je te conseille de bien te tenir avec elle, mec ! Tu vois Laura là-bas ? la pointe-t-il du doigt.

     Shaun opine en signe d'approbation.

 — Elle veille. Si tu ne veux pas avoir affaire à elle ou moi, ne t'amuse pas avec Livy. C'est à tes risques et périls. Ma femme ne plaisante pas quand Livy est dans l'équation.

— Ouais mais il y a quand même beaucoup plus dangereux que ta femme et toi mon frère ! intervient Nick qui se bidonne, moins stressé qu'il y a deux minutes.

— Qui ? réplique Shaun intrigué.

— Livia elle-même ! Cette fille est un volcan faussement en sommeil, une sacrée lionne qui rugit et mord, donc un conseil d'ami petit, si elle dit, non comprend « non » et rien d'autre. Pas de message caché avec elle, elle est brut de décoffrage et plus vive qu'elle n'y parait quand on la fait chier.

     Et elle lui dira non ça c'est sûr.

— Elle m'a déjà fait ma fête à Londres, c'est une dure à cuire cette fille, valide Jordan.

— Un badass blonde en bikini, quoi, chuchote Chad pour lui-même.

     Heureusement pour lui, la musique change et me fait oublier que mon poing me démangeait méchamment. Un air plus latino qui débute. Nous restons encore en retrait mais avançons de plusieurs pas à l'abri de la chaleur sous le patio. Chacun s'installe silencieusement sur les fauteuils ou sofas clairs.

     Sur le premier complet c'est Livia qui chorégraphie, seule, tandis que Jessica l'observe. Ses longs cheveux blonds qui luisent au soleil et prennent une teinte plus dorée virevoltent avec ses gestes. Je reconnais les mouvements pour avoir vu Jess plusieurs fois en représentation. C'est du Street dance et visiblement mon petit volcan maîtrise bien le style.

     Sur le deuxième complet c'est la pro qui nous fait une démonstration de ses compétences. Livia la regarde avec admiration, et se faisant un chignon haut sur son crâne. Quand arrive le refrain Jessica, attrape la main de Livia et les filles commencent à se mouvoir ensemble, voluptueusement. Des pas de salsa, de la même manière qu'elles avaient dansé en boîte à Londres. C'est hot à regarder, presque excitant, absolument hypnotisant. Elles sont collées-serrées et jouent vraiment le jeu de la sensualité qui anime la mélodie et leurs corps.

— Ferme la bouche, dit Nick à Shaun. Tu vas finir par avaler une mouche.

— Ouais eh bien tu sais quoi mec ? Je suis même prêt à avaler un essaim d'abeilles si c'est pour voir ça ! Elle est carrément canon la petite blonde !

— La blonde elle s'appelle Livia on t'a dit ! lui grogné-je pour rappel, pas d'humeur à ce qu'il lui file des petits surnoms vicelards. On t'a déjà mis un panneau stop alors lâche l'affaire.

     Scotty me coule un regard en coin lubrique, et interrogateur à la fois. Je sais ce qu'il se dit et il a compris ce qui me fait réagir, et pourquoi. Mais je pourrai toujours insinuer entre les mots que je ne faisais qu'agrémenter mon rôle de mari un brin jaloux sur les bords ; juste pour le rôle. Après tout Shaun finira par apprendre comme tout le monde que Livia est ma femme. Il me faut donc rentrer dans le personnage et jouer le jeu pour agrémenter nos scénario de manière parfaitement cohérente.

Jouer le jeu oui.

     Sur les couplets suivants, les filles recommencent, alternant leur tour. Laura encourage sa sœur, j'en déduis qu'elle se sont lancées une battle. Les secondes filent, j'ai l'impression qu'il fait beaucoup, mais alors beaucoup plus chaud tout à coup. Ma queue se réveille et si je ne file pas incessamment sous une douche glacée, tous mes potes vont se rendre compte de mon état impudique. Comprendre qui suscite mon désir. Mais à défaut de pouvoir les abandonner tout de suite, je décide d'aller nous chercher des bières dans le frigo, ce qui me donne l'occasion de remettre en place ce qui doit l'être pour camoufler mon trouble.

     Quand je reviens sur la terrasse, la musique s'est tue sans même que je m'en aperçoive, trop obnubilé à imaginer Livia en train de remuer sur moi, ce qui n'aide guère mon problème érectile.

      Elles se sont rapprochées de la terrasse mais demeurent en retrait. Je connais Livia, je suis certain qu'elle ne s'approchera pas plus sous prétexte qu'elle est en maillot et qu'elle ne connaît pas de Shaun. Peut-être même qu'elle n'ose pas s'approcher parce que Shaun ou pas, elle ne dévoile pas son corps à n'importe qui. Nick, par exemple, puisque Scott l'a déjà surprise peu vêtue. Sa pudeur est une barrière qu'elle n'abaisse pas si facilement. Corps qui est pourtant la perfection incarnée à mes yeux. Ses courbes alléchantes dessinent des idées salaces sous mon crâne. Livia n'a rien d' une brindille anorexique. Elle a des formes féminines impeccablement réparties, c'est harmonieux... et bandant.

     Qu'elle reste où elle est.

— Putain !!! Mais elle est super hot cette meuf en fait ! C'est quoi cette silhouette de malade ? Woow ne t'en fais pas Nick, se défend-il quand mon pote pivote, ta femme est aussi super bien foutue aussi !

J'espère qu'il a un testament à jour.

     À mon avis dans deux secondes, ce n'est pas un essaim d'abeilles qu'il va bouffer lui, mais mon poing dans la tronche s'il ne rentre pas rapidement sa langue pendante et dégoulinante. Ok... je suis peut-être légèrement protecteur envers Livia.

— Ouais je sais. MA femme, insiste King Kong ultra jaloux, Jessica est chasse gardée Shaun ! Joue pas au con et ferme vite les yeux !

     Lui au moins il peut dire que c'est sa femme. Pour moi c'en est déjà trop, hors de question qu'il continue à mater la mienne tel un clébard en rut.

     Je me lève sans préavis et m'avance vers les filles, tout en retirant mon t-shirt. Livia me voit approcher, je sais qu'elle apprécie le spectacle même si elle n'en montre rien. Son faux air détaché ne me trompe pas. Elle semble toutefois surprise de me voir me déshabiller ainsi mais elle va vite comprendre la direction de mon intention. J'espère secrètement que j'ai pris la bonne décision et qu'elle ne pas va s'offusquer.

     Je me plante devant elle, lui passe mon t-shirt blanc par la tête sans piper mot sous les regards circonspects des autres femmes qui ont cessé leur conversation. Elle ne dit rien, saisit mon geste et termine de s'habiller. Le tissu lui arrive à mi-cuisses, je remarque une infime ébauche de sourire qui se désagrège sitôt, remplacé par un petit mordillement de sa lèvre inférieure. Elle a de la chance que nous soyons en public, et je me renfrogne tout seul en me disant qu'elle ne doit même pas s'en rendre compte. Je l'embrasse sur le front et lui glisse à voix basse :

— Bonjour Trésor et de rien, dis-je en réponse à ses yeux reconnaissants.

      Je quitte ma belle blonde pour embrasser Laura puis Jessica, ne voulant rien laisser paraître. Elles me scrutent toutes les deux avant que leurs regards avides d'infos ne se tournent vers Livia, puis reviennent se poser sur ma personne. Elles s'interrogent et il est indubitable qu'elles ne vont pas tarder à poser des questions à Livia avare d'explications. Tout à coup Jess part en courant puis saute dans les bras de son mec qui la rattrape par les fesses.

     Livia et sa sœur retournent ensemble à la villa. Laura et Scotty se dévorent la bouche sans gêne, ma femme soupire et roule des paupières, les bras croisés. Scott se charge ensuite de faire les présentations, puis Laura et Jessica s'excusent expliquant qu'elles doivent aller se préparer.

— On se retrouve vers dix-neuf heures quarante-cinq, ça vous va les filles ? propose Laura.

Sí Guapa ! C'est parfait !

     Jessica est surexcitée, sautille telle une enfant tandis que Livia hoche simplement le menton, moins enthousiaste, ou gêné de laisser transparaitre ses émotions devant le requin qui ne la quitte pas des yeux.

     Qu'est-ce qu'il n'intègre pas dans « pas touche » ?

Le « pas », vieux.

— Livy Baby, tu veux que je t'envoie un taxi ?

— Non, merci ! grogne mon petit volcan avec insistance, la bouche pincée d'agacement. Je vais me débrouiller comme une grande fille. Envoie-moi juste l'adresse par message s'il te plaît, je vous rejoindrai directement sur place.

— Laura, tu as prévenu Sven ou Aaron ? la questionne Scott d'un air faussement désinvolte coupant l'herbe sous le pied de la répartie de sa femme.

     Pas bête le Scotty. Livia lève les yeux au ciel de nouveau. Laura rétorque mains sur les hanches, sourcils froncés et ton autoritaire :

—Je n'ai pas besoin de garde du corps ce soir mon chéri. C'est une soirée privée !

— Laura ...

— C'est non Scott !! Nous serons huit filles et Livia sera là, que veux-tu qu'il m'arrive ? Rocky ne laisse personne s'approcher de moi, tu le sais.

     Je vote pour le garde du corps, personnellement, mais évidemment, mon avis n'est pas requis. « Pas de compte à rendre » dixit ma femme.

     Elle envoie un clin d'œil à sa sœur pour obtenir son soutien, que Livia lui accorde d'un autre hochement de tête. Scott soupire exagérément pour transmettre son désaccord mais constatant qu'il n'aura pas gain de cause, abdique après plusieurs secondes d'une difficile réflexion :

— Comme tu veux. Mais tu fais attention !

— Juste Sven ? tente mon frère tout à coup.

     Peine perdu, elles refusent. Jessica et Laura embrassent une dernière fois leurs compagnons et nous abandonnent, même si Nick entamait rapidement une négociation de couvre-feu. Pauvre homme, il avait de l'ambition. Pour ma part, j'ai retenu l'avertissement de Livia, pour cette fois au moins, je la ferme. Du moins, je me fais violence pour ne pas insister sur cette histoire de garde du corps, du sien, en particulier.

     Livia s'empresse de les imiter en nous souhaitant une bonne soirée pour aller se planquer dans sa chambre. Mais au moment où elle tourne les talons, Scott la saisit par le poignet, se lève, la prend dans ses bras pour lui glisser quelques mots à l'oreille qui la font sourire. Avant de lui rendre sa liberté, pour ne pas changer, il lui embrasse le sommet du crâne. Et se faufile par l'entrebâillement de la baie vitrée sans demander son reste. Shaun lâche un nouveau petit sifflement, le regard gourmand en la regardant s'éloigner dans le séjour.

     Alors là non.

     Je veux bien me faire chambrer toute la soirée et risquer les regards inquisiteurs de Scott ou Jordy, mais hors de question qu'elle s'en aille comme ça. J'attends trois- deux- minutes, et prétexte un appel à passer pour rentrer. Nick me lance un regard goguenard qui signifie qu'il ne me croit absolument pas. Je leur avouerais bien qu'il y a eu une évolution notable dans ma relation avec Livia pour mettre les choses au clair, mais je ne suis pas prémuni que Scott n'ira pas cafter à sa femme dans les dix minutes. En plus, ses réactions sont de plus en plus étranges vis-à-vis de Livia, et elle ne veut pas que j'en parle, aussi.

     Je comprends qu'il prenne son nouveau rôle très au sérieux, je ne doute pas que Laura lui a fait cent quatorze mille fois la leçon sur le fait de devoir prendre soin de la prunelle de ses yeux, mais quand même.

     Je sers à quoi, moi ?

Annotations

Vous aimez lire Line P_auteure ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0