Chapitre 5 - Le silence

2 minutes de lecture

Plus le temps passait, plus j'avais envie d'en finir. Je n'en pouvais plus de me lever tous les matins avec le stress et la boule au ventre en me demandant si la journée allait bien se passer.

Un jour, j'avais une pause dans mes cours, mais je ne pouvais pas rentrer chez moi puisque je mangeais à la cantine. Comme je savais qu'un professeur que j'aimais bien prenait parfois des élèves dans sa classe, seulement s'ils ne le dérangeaient pas, je m'étais dit que j'allais y aller.

Il n'y avait pas beaucoup de monde dans le couloir et les élèves de sa classe n'étaient pas encore arrivé. C'est alors qu'elle a montré le bout de son nez. Elle était accompagnée d'une de ses amies et mon angoisse s'alarmait en la voyant.

J'essayais de ne rien montrer. Je faisais comme si de rien n'était et je me disais que tout irait bien. Mais au bout de quelques minutes, je l'entendais rire de moi avec sa copine. Elle s'était ensuite approchée et m'avait demandé ce que je faisais là. Elle regardait encore sa pote en souriant et ajoutait que je n'allais pas entrer dans la classe, qu'il fallait que je me casse de là.

La gorge serrée et étant toute seule face à elles-deux, je m'étais dirigée vers les escaliers et étais descendue jusqu'au rez-de-chaussée pour me cacher en dessous. Je m'étais mise à pleurer en silence pour que personne ne m'entende. Je ne voulais pas que les surveillants ou la principale me trouvent là, car on n'avait pas le droit de se trouver là, surtout pendant les cours.

Je n'avais pas de mouchoirs alors je ressuyais mon visage avec les manches de mon pull. J'étais restée là jusqu'à ce que ça sonne et j'avais respiré un bon coup avant de faire comme si tout allait bien.

Je ne disais jamais rien à mes parents. Peut-être la moitié à ma petite soeur, et encore. Je savais qu'on ne me prendrait pas au sérieux, qu'on se moquerait de moi. Selon ma mère, j'étais grande et costaude. Cela voulait donc dire que personne ne pouvait s'en prendre à moi.

Je ne savais pas comment me sortir de cette situation. À cause de tout ça, je prenais une lame de rasoir dans la salle de bain et je me coupais souvent la peau pour essayer de me réveiller de cet horrible cauchemar que je vivais tous les jours.

Annotations

Vous aimez lire HELYES ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0