Le projet (Chapitre 3)

Une minute de lecture

Au début, je gardais mes observations pour moi, griffonnées au crayon dans un petit carnet rouge toujours dans mon sac. Pages grisonnantes, parfois froissées, aux coins élimés, avec çà et là de petits croquis d'un détail, une main, un oeil, des lèvres.

Mais voir ces instants volés emprisonnés sur ces lignes me rendait triste. J'allais leur rendre leur liberté. Je les laisserai aller, avec leur propriétaire, les regardant s'éloigner avec un pincement au coeur.

Ne croyez pas que l'exécution de ce projet fut de suite une réussite. Comme dans tout bon projet il y eut des essais, des ratés. Comme chante Steven Tyler, tu dois perdre pour savoir comment gagner.

Ma première cible fut une dame d'une cinquantaine d'années, dans un train. Je devais y rester une heure, le temps largement de faire le compte-rendu écrit de mes observations, de me relire pour éviter les quelques fautes d'inattention habituelles et de délivrer mon précieux colis. J'en étais à la phase de relecture quand, à mon grand désarroi, la quinquagénaire descendit un arrêt avant moi.

Echec n°1.

Pour ma seconde cible, je décidai d'être plus précautionneuse et lançais un contre-la-montre jusqu'au prochain arrêt, au cas où le petit chauve que j'avais choisi déciderait de se faire la malle. Bingo, pile dans les temps. L'homme, les yeux mi-clos dans une somnolence que seul un transport peut vous amener, ne me vit pas glisser l'enveloppe rouge dans la poche de son imperméable resté sur le siège voisin. Je retournai à ma place, satisfaite, empreinte d'une grande excitation en voyant l'homme se lever. Il prit son manteau, se dirigea vers le quai, quand la précieuse enveloppe tomba de sa poche, presque à mes pieds.

Echec n°2 .

La troisième cible fut providentielle. Une adolescente à l'air tourmenté, cachée derrière ses longues mèches brunes, de l'autre coté de l'allée, dans un wagon désert. Au moment où je réflechissais à une bonne cachette pour mon colis, la jeune fille se lèva, me demanda si je pouvais garder sa valise pendant qu'elle allait aux toilettes. Une victoire facile.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Vous aimez lire asaria ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0