Chapitre 20

4 minutes de lecture

Elle déboucha rapidement dans le palais. La voleuse décida de prendre l’air dehors. Toute cette tension l’avait épuisée et fait transpirer.

Elle se décida malgré elle à prendre le chemin derrière le palais et faire face à l’océan agité, même un peu trop agité à son goût. Des nuages d’un noir menaçant commençaient leur long péril pour venir gronder leur colère ici. Elle soupira et se laissa tomber sur le sol. L’herbe était chaude sous sa robe. Elle laissa son regard voguer sur le ciel encore bleu. Il n’était en rien différent à celui de l’île.

Laverna laissa échapper un long soupir et laissa ses pensées prendre le dessus. Elle se revoyait, quelques jours plus tôt, crocheter la serrure le cœur battant.

— C’est plus fort que toi, n’est-ce pas ?

Elle ferma les yeux. Alors, elle ne pouvait même pas se parler à elle-même durant deux minutes ?

Elle sentit Mercure s’asseoir à ses côtés.

— Vous ne travailliez donc jamais ?

Il s’esclaffa.

— Je travaille tous les jours, scanda-t-il, j’ai résolu cette affaire et le monde continue de tourner.

Elle ne rajouta rien sur le fait que c’était elle qui l’avait résolue.

— Alors ? demanda-t-elle. Atlas et cet autre homme vont continuer à réfléchir chez eux, ou simplement reprendre leur travail ?

Mercure ne répondit pas et elle se redressa d’un coup.

— Vous allez vraiment les laisser reprendre leur vie ? cracha-t-elle.

Elle s’aperçut aussitôt qu’il se moquait d’elle. Il se tenait debout aussi fier qu’il pouvait l’être, les genoux pliés devant lui.

— Non Laverna, dit-il d’une voix calme, ils resteront un bon moment en prison.

— Sous terre ?

— Oui.

Elle grimaça.

— Quoi ? Maintenant, mes décisions ne vous plaisent plus ?

Elle haussa les épaules.

— Non, dit-elle en laissant ses jambes pendre dans le vide, c’est juste que passer des années sous terre ne doit pas être gratifiant.

Il pouffa.

— Ils ont voulu renverser le trône, c’est une décision réfléchie. Ils ont de la chance que personne n’ait voté pour la mise à mort.

— Vous avez voté avec vos seigneurs ?

Il hocha la tête.

— C’est vous qui avez ruiné Éros ?

Elle se doutait qu’il parlait de l’homme qu’elle avait dépouillé des années plutôt.

— Oui, répondit-elle non sans prétention, mais c’est bien Héra qui a eu l’idée de le soudoyer et menacer de dévoiler à sa femme qu’il avait une famille sur l’île.

— Avec une humaine ?

Un sourire étira les lèvres de Laverna et elle se tourna vers lui s’attendant à le voir grimacer. Seule, la surprise tirait ses traits de descendants de dieux. Elle ne pouvait s’empêcher de le trouver beau chaque fois qu’elle le regardait.

— Oui, avec une humaine, souffla-t-elle.

— Je comprends mieux ses nombreux déplacements…

Le ciel noir gagnait son chemin vers le palais et aucun d’eux ne bougeait.

— Avec la dénonciation d’Atlas et de l’autre conseiller, nous sommes quittes ? demanda-t-elle finalement.

Mercure leva les yeux vers le ciel noir, il semblait venir bien plus rapidement. Une agitation se lut dans ses yeux verts.

— Nous le sommes, dit-il après un certain temps, je pensais que tu voulais rester ici pour dépenser tout l’argent de ce royaume ?

Elle eut un sourire pragmatique.

— C’est l’une de mes plus grandes ambitions, mais je dois avouer que ça n’est pas aussi drôle que je l’aurais devinée, admit-elle. Ma vie me manque, et Ylio aussi.

Elle ne souligna pas la raison qu’elle était en danger ici, bien plus qu’ailleurs.

— Qu’est cet Ylio pour toi ? demanda-t-il.

Laverna haussa les épaules, incapable de lui dire qu’ils étaient bien plus que des amis depuis qu’ils s’étaient embrassés alors qu’elle était sur le départ. Que ce baiser avait été imprévu et avait eu le pouvoir de lui donner assez d’adrénaline pour monter sur le navire.

Elle leva les yeux sur le ciel noir et se mordit la lèvre. Mercure n’était que le roi, un mensonge ne serait pas cruel.

— Un ami, mon meilleur ami sur l’île. Le seul sur lequel je peux compter dans cette désastreuse vie, sourit-elle.

— Pourquoi rentrer chez toi si vite alors qu’une vie bien meilleure pourrait t’attendre ici ? demanda-t-il, soucieux. Les dieux font souvent peu de cadeaux, tu devrais vivre ici, pleinement.

Elle se tourna vers lui, un sourire amusé aux lèvres.

— En vivant sur le dos du royaume ?

Il hocha la tête et il répondit à son complice.

Elle prit une longue inspiration.

— C’était mon rêve. À l’époque, j’écumais le port à la recherche de nobles à dépouiller ou simplement avoir cette chance de prendre un ticket et quitter l’île. Les nobles avaient toujours vanté le palais d’ivoire et d’or et la richesse du royaume. J’en rêvais la nuit, s’amusa-t-elle. Me balader dans vos rues propres et simplement vivre votre vie bien plus simple. J’ai toujours rêvé de voler dans vos rues et revenir si riche que je pourrais vivre sans me soucier d’autre chose, ou simplement toucher ce fameux ivoire ! Je vois aujourd’hui que je restais bien insoucieuse depuis des années. Ce n’est pas aussi magique que je l’aurais pensé. Nous sommes bien trop éloignées, je parle par vos pouvoirs. Et j’aime bien trop ma vie de voleuse, admit-elle.

Mercure ne répondit pas tout de suite. Il finit par se lever lorsque la pluie commença à tomber en fines gouttes.

— Je te laisserais partir, finit-il par dire, il ne te reste qu’une chose à faire.

Il partit dans le sens inverse. Elle se retourna pour le regarder partir les mains dans les poches.

— Quelle chose ? s’écria-t-elle alors que l’orage grondait au-dessus de leurs têtes.

— Tu le sauras en temps et en heure, répondit-il dans l’écho de la tempête qui tombait au même moment.

Il partit en lui lançant un clin d’œil et elle sut que cette chose s’annonçait dangereusement intéressante.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Vous aimez lire littexastronaut ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0