12. Mon job d’été

2 minutes de lecture

Nicolas sursauta au moment où une alarme retentit dans l’habitacle de la navette, concentré à griffonner sur un cahier.

— On se réveille, Nico ! T’es arrivé à destination, faut pas faire attendre le client.

— Oui, c’est bon Al, répondit-il.

Il grommela en voyant la rature provoquée par la surprise, referma le carnet puis le laissa sur le tableau de bord.

— La combinaison se trouve à l’arrière, n’oublie pas de bien resserrer les valves. T’as beau être mignon, j’aurais du mal avec le bouche-à-bouche.

Nicolas soupira, être la cible des avances d’une navette le déconcertait sans cesse.

— Rassure-toi, je commence à avoir l’habitude.

— Au fait, tes études se passent bien ? Tu en es où maintenant ?

— Deuxième année de droit.

— Ça te plaît toujours ?

— Oui, j’aime beaucoup, c’est très intéressant.

Nicolas referma le casque de la combinaison. Al effectua un rapide contrôle et valida la bonne installation. Il prit un carton dans lequel se trouvaient plusieurs livres préparés par le libraire. Celui-ci avait décidé de proposer un service de livraison. Cette idée enthousiasma Nicolas. Là où de nombreux étudiants comme lui apportaient des repas à domicile en vélo, il déposait des bouquins avec un vaisseau spatial sur d’autres planètes. Bien que le magasin pouvait ouvrir sur chaque monde, il paraissait inconvenant de voir son coursier en sortir portant une combinaison de survie. Pour cette raison, le gérant opta pour que le service soit assuré par Al. Le patron prit garde de le proposer uniquement pour des civilisations étant déjà entrées en contact avec différentes formes de vie.

Lorsque Nicolas émit des appréhensions quant aux temps de trajet, la navette rappela qu’elle pouvait réaliser des sauts permettant de rejoindre un système de manière instantanée. Le jeune homme se souvint avec amertume quand Al lui avait estimé à trente-huit ans le voyage de retour sur Terre. Un vaisseau spatial qui l’avait mené en bateau, un comble.

Ainsi, l’étudiant montait à bord de la navette par la porte du magasin et celle-ci terminait le trajet avec lui.

— À tout à l’heure, Al. Je t’appelle dès que j’ai fini.

L’écran afficha un visage lui envoyant un baiser.

Quelques instants plus tard, Al remarqua la présence du cahier sur lequel Nicolas passait son temps à écrire. Ses circuits furent traversés par de la curiosité. Que contenait-il ? Des notes de cours ? Ou bien était-ce son journal intime ?

— Non, ça ne se fait pas.

— Oh, et puis…

— Bon sang…

Elle hésita longuement, environ vingt dixièmes de secondes.

— Allez, juste la première page.

Un faisceau parcourut le carnet. Al déchiffra sans difficulté l’écriture de l’étudiant.

« Mon job d’été. L’histoire d’un lycéen à la recherche d’un boulot de vacances. »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Vous aimez lire Seb Astien ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0