Un mois plus tard...

2 minutes de lecture

Il y a, dans ces journées répétitives, quelque chose de magique : l’oubli.

Et lorsqu’il s’agira de raconter cette période aux générations futures, que dirons-nous ? Qu’il nous a été simple ou évident de passer tout ce temps enfermé à la maison, alors qu’un grand soleil brillait dehors ? Car, au final, c’est ça le plus dur. De ce mois de confinement, je retiendrai la lumière. Celle de l’extérieur, bien entendu, mais aussi celle de l’appartement.

Nous avons une chance inouïe, je le réalise à présent. Trente jours passés ensemble, et pas une seule vraie dispute. Cette famille, ce ne sont pas des petites restrictions qui vont la briser. Et là où je croyais impossible de passer tant de temps sans sortir, je m’y suis habituée.

Il paraît que la ville va offrir des masques à toute la population, que le confinement sera prolongé, que nous aurons pour la première fois des examens organisés en ligne… Au final, qu’est-ce qui importe réellement aujourd’hui ?

Manger.

Boire.

Dormir.

Et ne pas trop s’ennuyer.

D’autres choses se profilent à l’horizon : travaux à rendre, retour à la vie normale… Est-ce même possible ? Avec ce cœur affolé dès qu’on met le moindre pied dehors ? Et cette obsession presque maladive à se laver les mains et désinfecter les poignées de portes le plus souvent possible ? Quelque chose a changé, ce n’est pas un moindre mal.

Et pourtant…

Is that how the end looks like ? I hope not, but still… Hope. Or whatever is left of it. This ship is sinking, and they’re asking us to do our bests. I don’t care about them ! How could I, when I can’t even know where I’ll be next month ? (Well, just guessing : stuck at home ?)

I miss the old ways. I miss travelling, eating an ice-cream, feeling the sun as I walk, music in my ears… Going outside now just smells as a facemask. And even though : if you can smell anything else, that tells you’re not protected.

It’s not « a simple flu ». It’s a damn killing economic virus.

What I asked for : an opportunity.

And I’m wasting it. All of it.

As always…

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Ilsa ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0