Charles Edel

3 minutes de lecture

Hitch et Livaï me dévisagent, puis mon supérieur lance :

- Bon sang ! Comment est-ce qu'on ne l'a pas remarqué plus tôt ?

- Ce serait à moi de dire ça, remarque Hitch, j'étais tellement concentrée sur Lord Edel que je n'ai même pas prêté attention à son fils. Pourtant, aucun document retrouvé ne déclare sa mort et son corps n'a jamais été retrouvé, c'est qu'il est vivant, quelque part . . . Il doit savoir quelque chose !

- Encore faudrait-il le retrouver, dit le caporal-chef.

- Hitch, que sais-tu à propos de Lord Edel junior ?

- Je n'ai pas concentré mes recherches sur lui, donc pas grand chose pour l'instant, mais je peux néanmoins vous affirmer qu'il s'agit encore d'un enfant. L'acte de naissance a été retrouvé, il est né il y a dix ans. C'est aussi il y a dix ans que Madame Edel a rendu l'âme.

- Dix ans . . . murmuré-je.

- Tu as dit quelque chose ? me demande Livaï en se tournant vers moi.

Je lève mes yeux vers lui. Il me fixe, attendant une réponse, mais je ne dis rien. Quelle est donc cette étrange sensation ? Je ressens comme une boule au ventre, mais je ne saurais expliquer pourquoi.

Soudain, un énorme bruit surgit dans le silence. Je sursaute. On aurait dit que quelque chose de lourd vient de tomber au sol. L'origine du bruit ne semble pas éloignée, on dirait qu'elle provient de l'une des chambres de l'étage.

Livaï soupire :

- On dirait que ton jeune protégé vient de faire une gaffe.

C'est alors que j'ai un déclic :

- Je sais, m'exclamé-je, je sais qui est l'enfant de Lord Edel !

Je me précipite en dehors de la pièce, laissant derrière moi le caporal Livaï et Hitch, qui ne tardent pas à s'élancer sur mes talons.

J'arrive devant la porte de la chambre du petit garçon de la ferme et l'ouvre. L'enfant est sur le sol, l'étagère en bois meublant sa chambre également, et tous les livres qui étaient dessus sont à présent éparpillés sur le plancher en bois.

Livaï relève l'étagère à lui seul pendant que je m'agenouille près du garçon pour m'enquiérire de son état :

- Comment vas-tu ? Tu ne t'es pas blessé au moins ?

J'examine son visage, ses bras et le reste de son corps, mais n'y trouve aucune blessure. Je pousse un soupir de soulagement :

- Dieu merci, tu vas bien ! Mais que s'est-il passé ici ?

Je me tourne vers l'étagère. Elle est à présent debout contre le mur, tous les livres remis en place, et Livaï, à côté, se frotte les mains pour en faire tomber la poussière, signe qu'il vient de finir son rangement. Il en profite même pour glisser :

- Il faudra vraiment nettoyer cette pièce de fond en comble.

Je souris et me tourne à nouveau vers le petit. Je le relève et époussette ses vêtements. Puis je lui fais remarquer :

- Il est dangereux d'essayer d'attraper par soi-même les livres qui se trouvent trop haut, jeune Lord Edel.

Il a un sursaut et lève les yeux vers moi. Son regard est plein de panique.

- Ne crains rien, le rassuré-je en caressant ses cheveux, nous ne te voulons aucun mal, tu le sais. Tout ce que nous voulons, c'est t'aider, mais nous ne le pourrons pas si tu ne coopére pas. Tout ce que tu as à faire à présent, c'est nous raconter ton histoire.

Le petit tremble, mais ce n'est plus de peur cette fois. Ses yeux s'emplissent de larmes : il pleure.

Je le serre dans mes bras :

- Là, là. Pleure un bon coup, cela te fera du bien.

Alors il ne se retient plus. Il pleure à chaudes larmes, en sanglotant. Je lui tapote la tête pour le réconforter, Hitch se retourne pour cacher une larme qu'elle essuie d'un revers de main, et Livaï observe la scène, impassible, comme d'habitude.

Quand, au bout de plusieurs minutes, l'enfant a vidé toutes les larmes de son corps, il pousse un soupir : pleurer l'a soulagé. Il s'écarte un peu de moi et renifle. Je lui tends un mouchoir pour qu'il puisse nettoyer son nez et essuyer ses larmes. Ensuite, il lève à nouveau ses yeux vers moi. Je lui souris. Alors, il me réponds par un timide petit sourire, le premier que je lui vois.

Je pose ma main sur son épaule :

- Je te connais depuis plusieurs jours, et tu as tout d'un charmant garçon ! Alors j'aimerai pouvoir mettre un nom sur cette charmante image.

Il me regarde de ses grands yeux verts, intensément, puis me sourit :

- Le charmant garçon s'appelle Charles Edel.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Vous aimez lire Ystorienne Histoire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0