Prologue (1er jet)

3 minutes de lecture

J’avais toujours imaginé l’île d’Albar comme le dos d’un porc-épic, recouverte de tours et de flèches en guise de piquants. Maître Rygon m’avait dit que dans chacune de ces tours se trouvaient les apprentis que j'allais un jour devoir affronter pour entrer à l’Académie.


Je sautai les dernières marches de la Tour des trois Soeurs et m’élançai dans la ruelle et les rumeurs de la Cité. Les odeurs du marché emplirent mes narines. Ce matin-là, celles des épices, des céréales et des pâtisseries sucrées me semblaient plus fortes. Les pièces que m’avait donné Amèle tintèrent dans ma poche intérieure. J’allais d’un étal à l’autre et me tortillait sur la pointe des pieds, à la recherche de l’article que je convoitais. Certains adultes me jetaient des regards intrigués, tandis que d’autres se montraient plutôt agacés. Je m’amusais à deviner à l’avance la réaction qu’ils pouvaient avoir en apercevant mes oreilles d’elfes. Ils étaient plutôt prévisibles. Je me faufilais dans la foule.

Le ciel était dégagé. La journée s’annonçait chaude. En hateur, les façades de pierre scintillaient sous les lueurs de l’astre levant. Je croisai un groupe d’adolescents qui chahutaient, armés de bâtons de bois. Ils me dépassaient tous en taille d’une tête ou deux. Plus loin, un homme coursait une poule. Enfin, la ruelle déboucha sur la place centrale de l’île, noire de monde, d’étalages et d’articles en tout genre. Le visage de pierre de l’immense statue me fixait de son regard pénétrant. Je souriais à l'effigie de Klogan, le plus puissant des maîtres-magiciens de la Ciadelle, parcourue d'un frisson. C’était la première fois que je me rendais seule au marché de la place de l’Ascension.

(achat parcemin et premier journal de magicienne).

Naturellement, maître Rygon n’était pas au courant du présent de ma nourrice. Cela restait entre nous deux, car les apprentis de l’île n’avaient pas le droit de recevoir de l’argent en dehors de celui de leur maître.


La matinée suivait son cours, et je décidai de rentrer pour ne pas manquer ma leçon. J’empruntai une des ruelles au nord de l’île, pour contempler la baie et la Citadelle. Arrivée près de la Tour des Ombres, celle réservée aux maîtres de l’île, une étrange sensation me fit tressaillir. Une fine pellicule noire recouvrait les pavés de l’allée, ainsi que les pierres blanches de la Tour. J’observai en reculant de quelques pas le phénomène s’étendre de plus en plus haut sur la bâtisse, comme une espèce de mousse bouillonnante. Mon dos percuta le mur opposé. Un cri s’échappa de ma gorge à la vue de la brume qui enveloppait la ruelle : Cette même brume sombre qui s’agitait la nuit dans les orbes d’emprisonnement de mon maître.


Un craquement me fit sursauter. La Tour des Ombres s’effritait et s’effondrait par blocs entiers devant moi. De monstrueuses mandibules noires en jaillirent dans le chaos. J’étais pétrifiée, incapable de réagir. Des exclamations puis des rayons argentés fendirent le brouillard. Des mains m’attrapèrent par la taille et me soulevèrent du sol. J’étais sur l’épaule d’un homme encapuchonné, portée et ballotée comme un sac de farine. L’homme portait un masque recouvert d’arabesques. Il s’éloigna en courant du démon et de la Tour. Je jetai un regard en arrière, puis aperçus les magiciens qui l’entouraient.


L’immense créature aux yeux rouges se dressa de toute sa hauteur, et rugit si fort que les vitres des bâtisses avoisinantes éclatèrent. Les passants s’enfuirent en courant et hurlant. La panique gagna toute l’île. C’est un Tourmenteur, entendis-je plus tard de la bouche d’un maître. Un démon du second ordre.


Plus d’une semaine après l’incident, quand maître Rygon m’autorisa enfin à sortir de nouveau, je repassai dans la ruelle pour voir la Tour des Ombres. Les trous calcinés qui la parsemait - noircis et violacés par l’essence de la créature - étaient toujours là. Je compris avec le temps que l’on n’effaçait pas ces marques là.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Mitchole ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à l'Atelier des auteurs !
Sur l'Atelier des auteurs, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscription

En rejoignant l'Atelier des auteurs, vous acceptez nos Conditions Générales d'Utilisation.

Déjà membre de l'Atelier des auteurs ? Connexion

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de l'Atelier des auteurs !
0